Cameroun : Massacre en cours lors d’une offensive de l’armée dans la localité anglophone de Babessi (NOSO)

Une offensive entamée depuis vendredi matin par l’armée camerounaise contre les groupes armés anglophones de la localité de Babessi a fait environ une dizaine de morts recensés par nos correspondants dans le village Mambim, arrondissement de Babessi (département du Ngoketunja, région anglophone du Nord-Ouest), sans compter les dépouilles qui n’ont pas pu être ramassées, les proches des morts étant eux aussi dans une situation de sauve qui peut, où la maman, fuit de son coté, l’enfant du sien…

Selon nos correspondants sur place dont les rapports faits au téléphone sont, à l’heure où nous transcrivons, rythmés par les tirs nourris de coups de feu, il n’y a pas de combat entre les soldats de l’armée camerounaise et les groupes armés sécessionnistes, mais des représailles que l’armée mène depuis les premières heures de cette journée, contre les populations réputées abriter des séparatistes.

Des femmes très âgées (80 ans,  voire plus) ont été contraintes de s’agenouiller voire de ramper pour avoir la vie sauve.  Certains jeunes hommes n’ont pas eu la même chance, et ont été expédiés dans l’au-delà par des jeunes soldats du Bataillon d’Intervention rapide (BIR, unité paramilitaire de lutte contre le terrorisme), particulièrement furieux.

Peu avant 15 heures, il était fait état d’au moins un millier de personnes (hommes, femmes et  enfants) fuyant précipitamment sur la route menant à Bangourain (ville voisine et sœur du département francophone du Noun dans la région francophone de l’Ouest), devant l’armée, laquelle a détruit de nombreuses habitations, en évitant cette fois-ci d’y mettre le feu contrairement à une habitude, mais a quand même tué de nombreuses personnes soupçonnées de ne pas vouloir leur indiquer les caches et abris sécessionnistes.

Il y a environ 30 minutes, c’était vraiment une ambiance de capharnaüm, si nous en croyons le grand chambardement que nous avons pu percevoir au téléphone pendant que les différents correspondants de Cameroonvoice postés à différents points de la localité de Mambim, un village de l’arrondissement anglophone de Babessi où se sont installés les Bamouns, relataient cette situation tendue.

À LIRE  Au Cameroun, « Paul Biya est mort… ne vous laissez plus imbéciliser… » : Wilfried Ekanga siffle la fin de la Biya-Fiction

Cameroonvoice reviendra instantanément sur cette effrayante actualité.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments