Covid-19 : L’islam souffle le chaud

Depuis le 21 mars 2020, l’Arabie saoudite a décidé de muscler sa riposte face à l’épidémie de coronavirus. Les autorités craignent que la pandémie se propage au sein du pays.

Le royaume Wahhabite est entré en confinement pour éviter une propagation de l’épidémie de covid-19. Même si elle n’a pas encore causé de décès la pandémie de coronavirus se répand au royaume wahhabite, avec une croissance en nombre des cas déclarés ces deux dernières semaines. Crainte justifié, de 20 personnes contaminées par le covd-19 le 10 mars, l’Arabie saoudite est passée à 402 cas, samedi 22 mars, pour huit guérisons annoncées.

Toutefois, comparé à ses voisins du Conseil de coopération du Golfe, le royaume a jusqu’alors été épargné, compte tenu de la taille de la population et de sa proximité avec l’Iran – l’un des plus gros foyers mondiaux du covid-19, avec plus de 20 000 cas déclarés. Depuis le 02 mars 2020, les écoles, universités, stades et centres sportifs avaient fermés, quand l’épidémie semblait encore maitrisée, ce sont les rues du royaume qui se sont vidées cette semaine avec la décision, le 15 mars, de suspendre les activités des restaurants et des commerces, à l’exception des pharmacies et des supermarchés.

Bien que le royaume avait pris des mesures drastiques en février, suspendant fin février le petit pèlerinage (la Umrah) pour les musulmans venus de l’étranger. . Par ailleurs, « c’est le grand pèlerinage (le Hajj), prévu en fin juillet qui devrait être atermoyé pour ceux ne se trouvant pas sur le territoire saoudien », a déclaré le ministre saoudien de la Santé.

Inédit, l’esplanade de la Kaaba à la Mecque fermée

La grande crainte sur le Hajj

Toutes les mosquées de l’Arabie saoudite ont été fermées aux prières du vendredi, pour éviter la propagation de la pandémie. Le 20 mars 2020, les autorités ont suspendu les prières du vendredi à l’intérieur et à l’extérieur des grandes mosquées de La Mecque et de Médine. La Mecque est le site religieux qui attire le plus de touristes (religieux) au monde. Chaque année, le pèlerinage accueille plus de 985 000 000 de visiteurs. Le tourisme religieux est la deuxième source de revenu de l’Arabie saoudite, et le manque à gagner pourrait se chiffrer à plusieurs dizaines de milliards de dollars. L’incertitude sur le Hajj plane dans les esprits des autorités saoudiennes. En effet, depuis la nuit du 20 au 21 mars 2020, tous les avions y compris ceux destinés aux vols domestiques ont été cloués au sol. C’est pareil pour les trajets en autobus, taxi ou train. Comme la quasi-totalité des pays touchés par le covid-19, le pays a fermé ses frontières en suspendant tous les vols internationaux le 17 mars 2020. À Riyad la capitale, la mairie a mis en place 25 points pour la distribution de solutions désinfectantes et assure mener une stérilisation à grande échelle des bennes d’éboueurs. La règle est devenu général, « les saoudiens sont appelés à rester chez eux et à ne pas se rendre sur leur lieu de travail ou à la mosquée », comme l’a indiqué dans un communiqué datant du 23 mars, le ministère de la Santé.

À LIRE  Maurice Kamto : Les Camerounais ont un Président Visible, Actif et Alerte

Yvan Ngon

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments