Covid-19 : Abandonnés aux EAU, +de 100 Camerounais aux portes de la prison. Cri de détresse du Consul Général D. Mebouogue

Selon le journaliste camerounais Boris Bertolt qui en a rendu compte sur les réseaux sociaux, « plus d’une centaine de Camerounais en voyage [sont] bloqués à Dubaï (aux Emirats Arabes Unis) [où ils] risquent la prison ».

Lisez plutôt ci-dessous la narration de ce drame, et ajoutez-y que les Emirats Arabes Unis ne sont pas le seul pays où les concitoyens du fantomatique patriarche des Ekangs  sont en détresse, du fait de ne pouvoir rentrer dans le seul pays où on ne peut pas leur demander une carte de résident, ou de séjour, ou un visa. Face à l’irresponsabilité des dirigeants camerounais, la Suisse vient de proposer d’aider 10 Camerounais parmi ceux qui sont actuellement coincés sur son sol à regagner leur pays, en leur offrant des places dans un vol Zurich-Yaoundé prévu mardi matin.    

« Plus d’une centaine de camerounais partis du pays pour aller faire des achats, du tourisme et affaires pour leur business sont bloqués à Dubaï. Des Camerounais en larmes et détresse se sont enregistrés auprès du consulat général du Cameroun à Dubaï depuis la fermeture des frontières au Cameroun pour manifester leur intérêt de rentrer au pays.

Le consul général Mr Donatien MEBOUOGUE est dépassé par la situation; ce dernier a transmis plusieurs requêtes à sa hiérarchie à Yaoundé sans succès. Malgré ses appels téléphoniques auprès des responsables du ministère des relations extérieures, il n’a reçu aucune réponse des autorités de Yaoundé.

La situation n’avance pas alors que le Kenya, l’Éthiopie, le Nigeria, le Sénégal, la Cote d’ivoire ont déjà envoyé leurs compagnies rapatrier leurs compatriotes sous le regard des Camerounais abandonnés.

Tous ces Camerounais disposent de leurs billets retour mais les compagnies refusent de les embarquer parce que les frontières camerounaises sont fermées. La loi de Dubaï en matière d’immigration est claire: si un touriste dépasse la validité de son séjour il est frappé dune pénalité de 150$ par jour soit près de 80000 FCFA et plusieurs camerounais sont déjà dans cette situation. Certains ont été chassés des hôtels et d’autres dorment à l’aéroport. Le consul ne sait plus quoi faire il est dépassé. »

Il faut « rapatrier tout le monde » !

Le journaliste s’interroge à la fin : « Qu’ont fait les camerounais pour mériter ce degré d’irresponsabilité de leurs dirigeants? », avant de conclure : « Ce n’est pas normal de maintenir des camerounais à l’étranger en insécurité sans même leur donner des informations. Il faut rapatrier tout le monde. ».

« Rapatrier tout le monde », un impératif qu’il faut sans doute rappeler au gouvernement camerounais, car la situation en suisse et aux Emirats Arabes Unis vient simplement mettre à nu un mensonge gouvernemental propagé depuis samedi par le ministère des Relations Extérieures camerounais (MINREX).

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook le 28 mars, le département ministériel en charge de la diplomatie camerounaise fait savoir que :   

« Suivant les Très Hautes Instructions du CHEF DE L’ÉTAT, S.E. PAUL BIYA, relatives au rapatriement, dans la mesure du possible, des camerounais résidents au pays et en séjour temporaire à l’étranger (Mission, Raisons médicales, Stage, Transit…) au moment de la fermeture de nos frontières nationales à l’effet de contenir la propagation du COVID-19,

Le Gouvernement de la République du Cameroun, sous la Supervision du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, S.E. Dr Joseph DION NGUTE, assisté des Ministres des Transports, des Relations Extérieures, de la Santé Publique et de l’Administration Territoriale, a procédé à date au rapatriement de 371 de nos compatriotes en détresse à l’étranger, ainsi qu’il suit :

* Par voie terrestre:
– 110 voyageurs provenant du Tchad, de la RCA, du Gabon et du Congo.

*Par voie aérienne:
– 148 passagers à bord d’un vol d’Ethiopian Airlines en provenance D’Addis-Abeba le 18 mars 2020;
– 97 passagers à bord d’un vol de Kenya Airways en provenance de Nairobi le 24 mars 2020;
– 16 passagers à bord d’un vol d’Ethiopian Airlines en provenance d’addis-Abeba ce 28 mars 2020.

Tous ces passagers, enfin de retour, ont été mis en quarantaine pour une période de 14 jours, avec suivi médical.

Le Gouvernement, qui remercie ses partenaires bilatéraux, à l’instar de la République Fédérale Démocratique d’Éthiopie, la République du Kenya, les États-unis d’Amérique, le Tchad, la RCA, le Gabon et le Congo pour leur heureuse coopération, ainsi que les compagnies Ethiopian Airlines et Kenya Airways, continue de mutualiser ses efforts avec d’autres partenaires pour ramener nos compatriotes en détresse au “Berceau de nos ancêtres”. ».

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments