Covid-19-Prisons : Comment le gouvernement joue avec le feu au Cameroun

Cameroonvoice a appris qu’en respect des droits de l’Homme, le gouvernement gabonais a procédé mardi à la relaxation d’une vingtaine de détenus de nationalité camerounaise, afin de limiter la propagation du nouveau Coronavirus. Le pays de Paul Biya reste indifférent à cette démarche malgré les risques que cette inaction peut engendrer.

Le coronavirus est peut-être cette pandémie qui va remettre certaines choses à l’ordre. La France a annoncé hier que ses frontières aériennes seront fermées jusqu’à nouvel ordre à tous les pays non européens. Et, aujourd’hui c’est le Gabon voisin qui relaxe les prisonniers camerounais en détention dans ses géôles. Force est de constater que chaque pays ne veut plus avoir à faire à des étrangers. Et, le 02 avril dernier c’était la Guinée-Equatoriale qui élevait un mur pour fermer l’accès au Cameroun.

« Nous avons reçu à nos frontières, côté Gabon, une vingtaine de personnes supposées de nationalité camerounaise, qui ont été visiblement refoulées parce qu’elles étaient toutes en détention dans les prisons gabonaises. Semblerait-il, des mesures avaient été prises pour élargir certains détenus de ce côté. Des détenus de nationalité camerounaise ont été refoulées pour qu’ils regagnent leur territoire », a déclaré, Bouba Haman, préfet de la Vallée-du-Ntem, région du Sud.

Ce sont donc précisément 20 citoyens camerounais partis en aventure sûrement pour des conditions de vie meilleure qui retrouvent la liberté. Placés actuellement en quarantaine dans la ville de Kye-Ossi, ces derniers devraient subir des tests pour déterminer s’ils ne représentent une menace sanitaire pour le Cameroun par ces temps de propagation fulgurante du Covid-19.  A ce jour, on recense plus de 5 000 personnes en détention à la prison centrale de Yaoundé, soit 5 fois plus que sa capacité.

Une promiscuité inquiétante qui a récemment amenée des associations et l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights à recommander à l’Etat camerounais de « remettre en liberté les prévenus dont la détention provisoire n’est pas absolument justifiée pour des raisons de sécurité publique, et mettre en place un système permettant d’envisager une libération anticipée ou une liberté surveillée pour les détenus les plus exposés au risque représenté par le virus, notamment les plus âgés et ceux dont l’état de santé rend le virus encore plus dangereux pour eux, ainsi que ceux qui sont détenus pour des infractions mineures. Sans cela, la santé – et la vie – de milliers de personnes seront en danger. ». Des alertes qui ont laissé le Cameroun aussi silencieux que son président qui n’a pas montré le petit doigt depuis que son peuple souffre des impacts de cette crise sanitaire imposée au monde entier. Sans doute, le régime veut avoir 5000 cas positifs dans les prisons avant de se souvenir qu’il n’est pas à même d’accueillir aisément les près de 900 cas signalés à ce jour au Cameroun.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Cette annonce est la dernière agitation en date dans...
Bien que l’Occident suggère qu’il ne cherche que la...
Une énormité. C’est le fait sans équivoque et incontestable qui...

Autres actualités

Le détournement de la Santé

Depuis 2 ans, nous vivons une avalanche de chiffres. Tous ceux qui travaillent dans le domaine des statistiques connaissent des difficultés énormes...

USA: le coup fourré anti Sultan?

Le Premier ministre grec a fait part de l’achat éventuel des chasseurs F-35 de fabrication américaine et de la contribution de la compagnie...

La bonne gouvernance en Afrique sub-saharienne, opportunités et leçons

Des institutions solides qui garantissent l'intégrité dans la gestion des affaires publiques sont essentielles sur la voie d'une croissance plus élevée et...

Nigeria, la destination des startups prometteuses d’Afrique ?

Tomi Ayorinde, cofondateur et directeur général, a déclaré que ce nouveau financement permettra de faire passer son réseau d'agents mobiles de 7...

Pourquoi l’Afrique représente l’opportunité la plus lucrative pour la fintech, le DeFi et le...

Barbara Iyayi a fondé Unicorn Growth Capital en 2020, un fonds de capital-risque dirigé par des femmes qui investit dans l'avenir de...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :