Urgent : Ouattara s’emballe et désavoue la CADHP

Après la condamnation de Guillaume Soro le 28 avril, le Gouvernement ivoirien vient d'annoncer qu'il retire sa déclaration de reconnaissance de la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples.

C’est un communiqué du Ministre ivoirien de la Communication, Sidi Tiémoko TOURE, qui a révélé l’information ce 29 avril, soit un peu moins de 7 mois après que le pays d’Alassane Ouattara qu’il reconnue en application de l’article 34 alinéa 6 du protocole relatif à cette instance juridique. Pour justifier cette décision, pour le moins spectaculaire le Gouvernement ivoirien indique qu’ « Elle fait suite aux graves et intolérables agissements que la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples s’est autorisés, dans ses actions, et qui non seulement portent atteinte à la souveraineté de l’Etat de Côte d’Ivoire, à l’autorité et au fonctionnement de la justice , mais sont également de nature à entraîner une grave perturbation de l’ordre juridique interne des États et à saper les bases de l’État de droit par l’instauration d’une véritable insécurité juridique. », peut-on lire entre les lignes de cette note.

On se souvient que les dix juges de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) avait ordonné à la Côte d’Ivoire de suspendre son mandat d’arrêt contre Guillaume Soro et de remettre en liberté 19 de ses proches emprisonnés. Le gouvernement ivoirien a non seulement ramé à contre courant de cette instance internationale en Condamnant Guillaume Soro à 20 ans de prison ferme, il vient de la désavouer en retirant le mardi 28 avril 2020,  sa déclaration de reconnaissance de compétence de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples; même s’il précise qu’il s’agit d’une décision prise « sans préjudice de l’engagement du Gouvernement à demeurer partie à la Charte africaine des Droits de l’Homme et des peuples ainsi qu’à son protocole additionnel relatif à la Cour Africaine des droits de l’Homme et des peuples.»

#ctaText??#  Cameroun : "« ...il vaut mieux mourir dignes et libres que vivre asservis" Penda Ekoka met en garde Biya et sa soi-disant "opposition"

Une catastrophe judiciaire qui vient s’ajouter au caractère illégal du procès qui a scellé le sort de Guillaume Soro. En effet la tenue d’un procès, au mépris des droits de la défense et de l’autorité de la décision de la CADHP, consacrerait la fin de l’Etat de droit en Côte d’Ivoire. Les engagements internationaux et panafricains s’imposent aux juges nationaux. C’est à croire que Ouattara joue le tout pour le tout pour faire jouer son dauphin sans adversité pendant l’élection générale d’octobre prochain. C’est sans compter la détermination Guillaume Soro qui a, par dessus tout maintenu sa candidature.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun : Chronique d’une nuit militarisée chez Maurice Kamto

La marche de toutes les attentions Quartier Santa Barbara, non loin de la Présidence de la République, la...

Urgent : Explosion à l’Ecole des postes de Yaoundé

Les habitants de la zone de l'Ecole des postes à Yaoundé ont été perturbés par une forte détonation ce 21 septembre....

Cameroun : Chasser le régime néocolonial en place depuis 1955, une urgence nationale

En se liguant ainsi contre l’indépendance du Cameroun, ils se sont ligués contre la fierté, la dignité et le droit inaliénable du...

Cameroun: Pour avoir réprimé et torturé les opposants en 2019, Biya et 69...

Dans un monde où des barbares s’obstinent à imposer à leurs congénères et contemporains la loi de la jungle où la raison...

Manifs du 22 septembre : Le Cabinet Amsterdam & Partners LLP menace Biya...

"Notre cabinet d’avocats est prêt et déterminé à protéger les droits de M. Kamto dans toutes les instances juridiques et politiques disponibles."
- Publicité -
Facebook Comments