Julie Owono nommée membre du Conseil des sages de Facebook

L’avocate camerounaise Julie Owono a été désignée parmi les 20 tout premiers membres du Conseil de surveillance de Facebook en tant que représentante de l’Afrique subsaharienne.

C’est ce 6 mai que la décision a été prise. A l’instar de 19 autres personnes,  la Directrice du réseau Internet Sans Frontières vient d’être désignée membre d’une entité qui sera composé au final de  de 40 personnalités prestigieuses qui possèdent une expertise significative dans plusieurs domaines clés, notamment la liberté d’expression, les droits numériques, la liberté religieuse, la modération du contenu, les droits d’auteur numériques ou encore la sécurité en ligne, la censure sur internet et la transparence.

 La journaliste camerounaise qui a fait ses preuves dans plusieurs médias internationaux de renom ; parcours poursuivi dans la robe d’avocate. Elle s’est engagée depuis 2010 au sein de l’organisation Internet Sans Frontières dont elle est responsable pour la zone Afrique pour la défense  des droits et la liberté d’expression sur la toile et participe au développement de l’organisation à l’international. Elle mène notamment un combat pour faire respecter le droit à la vie privée sur l’Internet africain conjointement avec ses multiples interventions médiatiques du haut de sa maîtrise de la région du golfe de Guinée. Tout comme elle deux africaines sont honorées par cette distinction. Afia Asare-Kyei (Sénégal), Maina Kiai (Kenya).

Aussi, la lauréate yéménite du prix Nobel de la paix 2011 Kolkata Abdel-Salam Karman, l’ancienne Première ministre danoise et ancienne présidente de l’ONG Save the Children Helle Thorning-Schmidt, Andras Sajo, ancien juge hongrois et vice-président de la Cour européenne des droits de l’Homme, ont rejoint ce cercle restreint pour  « le commencement d’un changement fondamental dans la façon dont certains décisions sur les contenus de Facebook seront prises », a assuré le directeur des politiques publiques de la plateforme, Brent Harris.

« Le conseil prendra des décisions définitives et contraignantes sur la question de savoir si un contenu spécifique doit être autorisé ou supprimé de Facebook et Instagram », a expliqué Facebook. Le réseau social  s’engage à rendre publiques toutes les décisions prises par son conseil de surveillance « sur son site Web, tout en protégeant l’identité et la vie privée des personnes impliquées ». ». Le conseil d’administration publiera un rapport annuel public faisant le point sur les actions menées et la mage de respect des engagements de Facebook.  Si 20 autres membres de ce conseil sont encore à nommer par cette entité, les sages auront 90 jours pour statuer.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

C'est un contrôle de éléments de la gendarmerie...
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...
Les déclarations du journaliste sont sans appel. Parlant des...
Assimi Goïta n’y va pas du dos de la...

Autres actualités

Cameroun : Sébastien Ebala nie avoir demandé pardon à Paul Biya

C’est depuis sa cellule que le journaliste Sébastien Ebala a tenu à rétablir la vérité. Il a annonce être surpris de savoir...

Cameroun-Maurice Kamto sur les meurtres de Buéa « Il est temps d’exprimer enfin notre...

Le jeudi 14 octobre 2021 n’est pas loin d’une nouvelle journée noire pour le Cameroun selon le président Maurice Kamto. Une journée qu’on...

Le combat doit se mener en Afrique

Si certaines personnes se réjouissent que ces jeunes aient parlé sans fard au président français, d'autres se posent les questions suivantes :...

Cameroun-Buéa : le crime contre l’avenir, la réaction du gouvernement

Elle n’avait que 5 ans, elle n’en aura pas plus hélas ! La jeune Cora Louise Ndialle a été arrachée à la vie...

Cameroun : Enceinte de 8 mois, elle est détenue et torturée

Les bavures de Moja Moja John Ikome alias Moja Moja, officier du BIR et chef traditionnel, a récemment infligé...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :