A l’article de la mort à l’hôpital militaire, le leader sécessionniste et Avocat Blaise Sevidzem Berinyuy renvoyé en prison. HRW dénonce !

Même si les pratiques du régime de Yaoundé ne surprennent plus par leur barbarie, le renouvellement fréquent des recettes de déshumanisation ne manquent pas d’alarmer le monde. C’est le cas d’un prisonnier politique pourtant déjà condamné à perpétuité par la justice militaire à qui l’administration pénitentiaire refuse qu’il soit prodigué des soins de santé appropriés, préférant le contraindre de mourir tout de suite plutôt que de purger sa peine, et ce alors que l’affaire de la condamnation à vie, portée en Appel depuis six mois, par celui-ci et ses compagnons d’infortune dont le leader indépendantiste Sissiku Julius Ayuk Tabe, n’est pas encore enrôlée.

Conformément à la mission de mauvaise conscience des bourreaux des droits humains à travers le monde qu’elle s’est assignée, l’ONG Human Rights Watch, par la plume de Mme Allegrozi dénonce cette autre abominable forfaiture pouvant déboucher sur la mort d’un justiciable qui, en attendant que tous les degrés de juridiction du Cameroun confirment le verdict du tribunal Militaire de Yaoundé, est encore réputé innocent. Un prisonnier surtout que même le Tribunal Militaire, dans son extrême sévérité, n’a pas osé condamner à mort, comme pour lui laisser une chance de se “racheter” après avoir cuvé son remords.

Ci-dessous, l’interpellation des autorités camerounaises compétentes par Ilaria Allegrozzi

“Au Cameroun, un leader séparatiste malade devrait recevoir les soins médicaux adéquats Par Ilaria Allegrozzi**

Le prisonnier, Blaise Sevidzem Berinyuy, a subi un traitement dégradant dans un hôpital militaire

Après avoir été hospitalisé et malgré un état de santé critique, le leader séparatiste Blaise Sevidzem Berinyuy, également connu sous le nom de Shufai, a été à nouveau incarcéré dans une prison de haute sécurité à Yaoundé, au Cameroun, le 21 mai, manifestement suite aux pressions exercées sur le personnel médical par le chef du centre de détention. Le transfert de Shufai, qui souffre d’immunodépression, dans un établissement pénitentiaire surpeuplé où la transmission du Covid-19 est de nature à accroître les risques qui pèsent sur sa santé et su sa vie.

Le 16 mai, Shufai, l’un des dirigeants du groupe séparatiste « Gouvernement intérimaire d’Ambazonie », a été transféré de la prison à l’hôpital pour une maladie sans relation avec le Covid-19. Sa famille et ses avocats ont déclaré qu’il avait perdu connaissance et que sa santé s’était considérablement détériorée au cours des 10 derniers jours. Ils ont signalé que, le 19 mai, Shufai avait été menotté à son lit d’hôpital pour la nuit, bien qu’il soit à peine en état de bouger.

Les membres de la famille et les avocats de Shufai ont déclaré que le directeur de la prison s’était rendu à deux reprises à l’hôpital militaire pour le voir, exhortant le personnel médical à autoriser sa sortie, bien que son état demeure alarmant. Et ceci malgré les préoccupations relatives à la propagation de Covid-19 dans les prisons surpeuplées du Cameroun.

Shufai et neuf autres dirigeants du « gouvernement intérimaire d’Ambazonie » ont été arrêtés en janvier 2018 à Abuja, la capitale du Nigeria, et reconduits de force au Cameroun. Leur transfert extrajudiciaire a été dénoncé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), comme une violation du principe fondamental de non-refoulement. Le retour sous la contrainte des 10 dirigeants a également été jugé illégal par un tribunal nigérian en mars 2019. Les 10 dirigeants ont ensuite été placés en détention secrète dans un centre du Secrétariat d’État à la défense du Cameroun pendant six mois avant d’être transférés à la prison de haute sécurité de Yaoundé. Ils ont été accusés de terrorisme, de rébellion et de sécession, et condamnés à perpétuité devant un tribunal militaire le 20 août 2019, à la suite d’un procès profondément inéquitable.

Le Cameroun a une obligation fondamentale de traiter tous les détenus avec humanité et respect et, au moment où les autorités luttent contre la pandémie de Covid-19, elles devraient veiller à ce que tous les détenus puissent bénéficier des mesures telles que se laver régulièrement les mains régulier et un accès adéquat aux soins médicaux. Elles devraient également s’assurer que les détenus malades reçoivent les soins médicaux nécessaires et que leur santé ou leur vie ne soient pas davantage menacées par un risque accru d’infection au Covid-19.

*  Titre original de l’article de Ilaria Allegrozzi :  « Au Cameroun, un leader séparatiste malade devrait recevoir les soins médicaux adéquats »

**Chercheuse senior sur l’Afrique centrale @ilariallegro

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Coronavirus – Pourquoi tout le monde s’est trompé. Il ne s’agit pas d’un «...

« Le conte de fée de l’absence d’immunité » « Il était encore plus faux de prétendre que la population n’aurait...

Erdogan a reçu une tape sur les doigts en Libye. Plus à suivre ?...

Une série de succès remportés par le gouvernement d'union national (GNA) soutenu par la Turquie en Libye a tourné court le 4...

RDC : la faim pourrait tuer plus de gens que la Covid-19, selon Oxfam...

Dans un communiqué publié jeudi 9 juillet, l'ONG internationale OXFAM affirme que la faim liée à la covid 19 pourrait tuer jusqu'à...
video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...

Manifestations du 10 juillet 2020 au Mali : Malgré les morts et les blessés,...

Le chef de l’Etat malien a réagi vendredi soir aux manifestations de colère de ses compatriotes sortis par dizaines de milliers dans...
- Publicité -
Facebook Comments