Cameroun-reprise des cours : pourquoi le gouvernement va regretter

Alors que la reprise des cours dans tous les ordres d'enseignements est programmée pour ce 1er juin 2020,dans une sortie ce 31 mai ;une décision hasardeuse e risquée en raison de l'absence de sérieux du gouvernement dans cette entreprise.

Après plus de deux mois de réclusion, écoliers et étudiants reprennent le chemin de l’école ce 1er juin dans le coup de 7 heures. Une reprise des cours très inquiétante et marquée par la progression alarmante des chiffres de la pandémie au Cameroun. Les derniers chiffres officiels font état de 5904 cas déclarés de covid-19, dont quelques 3568 prétendus guéris et 191 décès. Avec ces statistiques, plusieurs syndicats d’enseignants ont exprimé leur inquiétude quant au risque lié à la réouverture des écoles.

Le gouvernement s’est visiblement lancé dans cette étape sans prendre les dispositions nécessaires. Notons à l’entame pour ce qui est de certains enseignants le fait d’être abandonnés à eux-mêmes. En effet, en dehors des enseignants recrutés dans la fonction publique, bon nombre de ces encadreurs du privé vont consommer ces derniers mois dans la misère absolue. Dans la plupart des établissements privés l’enseignant est rémunéré en fonction du nombre de cours dispensés. Avec le maintien uniquement des classes d’examen, bon nombre de ses seigneurs de la craie vont se retrouver sans sous; comme cela a été observé durant la période de confinement. L’Etat ne prévoit rien pour les appuyer malgré les nombreux appuis reçus dans le cadre de cette lutte.

Bien des enseignants le disent déjà; bientôt on fera le décompte des cas de Covid-19 dans les écoles.

A côté de ces enseignants abandonnés à leur sort, nous avons des enseignants qui sont plongés dans un tourment permanent. Les parents sont d’abord inquiets pour la sécurité de leurs enfants, conscients du laxisme et de l’indiscipline qui caractérise le régime en place. Ils ont la crainte que des dispositions au rabais soient prises et que leurs enfants soient à la merci du danger dans les rues et les écoles. Ils sont surtout abattus pour certains, car n’ayant pas suffisamment de revenus pour tenir face à cette nouvelle donne. Masques de protection, gels hydroalcooliques, déjeuners de toute la journée. En effet bon nombre de parents ont foncièrement été appauvris par la période d’isolement. Aucun appui de l’Etat n’est à l’ordre du jour.

En filigrane, cette rentrée sonne comme une alerte au pétard mouillé pour bien de parents. En effet si le gouvernement a disposé que les commerces près des écoles ouvrent à nouveau, injonction est faite aux parents de veiller eux-même à préparer ce que mangeront leurs enfants. Aussi, les récréations sont supprimées. C’est dire qu’on avance non seulement vers un crise sanitaire d’envergure, mais aussi une crise économique. Ce qui va davantage affaiblir et tuer les populations camerounaises. Le fait que la rentrée ne soit pas programmée dans les écoles Françaises et catholiques du Cameroun (où sont inscrits la plupart des enfants des pontes du régime) n’a sans doute pas donné l’alerte à l’Etat parce que c’est le bas peuple qui est finalement exposé.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Coronavirus – Pourquoi tout le monde s’est trompé. Il ne s’agit pas d’un «...

« Le conte de fée de l’absence d’immunité » « Il était encore plus faux de prétendre que la population n’aurait...

Erdogan a reçu une tape sur les doigts en Libye. Plus à suivre ?...

Une série de succès remportés par le gouvernement d'union national (GNA) soutenu par la Turquie en Libye a tourné court le 4...

RDC : la faim pourrait tuer plus de gens que la Covid-19, selon Oxfam...

Dans un communiqué publié jeudi 9 juillet, l'ONG internationale OXFAM affirme que la faim liée à la covid 19 pourrait tuer jusqu'à...
video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...

Manifestations du 10 juillet 2020 au Mali : Malgré les morts et les blessés,...

Le chef de l’Etat malien a réagi vendredi soir aux manifestations de colère de ses compatriotes sortis par dizaines de milliers dans...
- Publicité -
Facebook Comments