Mort de Samuel Wazizi : La presse tance le gouvernement

Mort le 3 juin 2020 à l'issue d'un peu moins d'un an de détention illégale à l'hôpital militaire de Yaoundé, rien ne filtre sur le cas du journaliste Samuel Wazizi, en service à CM TV de Buéa; les corporations de journalistes montent au créneau pour exiger une enquête approfondie.

Les journalistes du Cameroun sont résolus à honorer la mémoire du journaliste Samuel Wazizi en faisant la lumière sur sa mort. Dans une conjointe du SNJC et CAMSEJ publiée à la suite du décès du journaliste, les hommes de médias marquent leur indignation après le décès de leur confrère de la Chillen Muzik and Television de Buéa. Le collectif exige précisément « la constitution d’une commission d’enquête nationale pour faire toute la lumière sur cette mort, et demande que soit communiqué à la famille et à l’opinion : le lieu, le date exacte, l’endroit où se trouve la dépouille ainsi que les circonstances de ce décès au plus tard le 4 juin 2020 à 18 heures », peut-on lire entre les lignes de la déclaration.

En sus, devant ce que ces hommes de médias qualifient un acte d’inhumanité et de barbarie, le collectif « condamne fortement et catégoriquement cet assassinat de trop perpétré sur un journaliste… Dénonce ce comportement revanchard du pouvoir et de l’armée sur le journaliste…Rappelle que nous sommes en présence d’une violation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, partie intégrante de la Constitution du Cameroun, dans ses articles 3,5 et 1 ». Une loi qui stipule que « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. (Art 3) », « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. (Art 5)» « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un  acte délictueux d’après le droit national ou international. »

Arrêté le 2 août 2019, l’homme de média qui travaillait pour CM tv à Buéa dans le Sud-Ouest était soupçonné de complicité avec les sécessionnistes pour avoir diffusé des messages propagandistes au cours de son émission en langue pidgin. Un cas de mort qui rappelle tous les autres journalistes actuellement en détention arbitraire à Yaoundé. On se souvient que la détention dangereuse de Paul Chouta qui a été déclenchée par une accusation peu solide ne devait pourtant aller au-delà de 6 mois en est au 12 eme mois sans qu’il ait été proprement été jugé. Le journaliste Sébastien Ebala , arrêté pour des raisons sensiblement analogues est également en détention depuis le vendredi 17 avril, sans mandat par des agents de la Division de la Sécurité Militaire. Il est sur le point d’être transféré à la prison centrale de Yaoundé.

#ctaText??#  Samuel Wazizi Tribute : Okalia Bilai, Banda Kani et Adamou Koupit vont-ils être arrêtés ?
Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Coronavirus – Pourquoi tout le monde s’est trompé. Il ne s’agit pas d’un «...

« Le conte de fée de l’absence d’immunité » « Il était encore plus faux de prétendre que la population n’aurait...

Erdogan a reçu une tape sur les doigts en Libye. Plus à suivre ?...

Une série de succès remportés par le gouvernement d'union national (GNA) soutenu par la Turquie en Libye a tourné court le 4...

RDC : la faim pourrait tuer plus de gens que la Covid-19, selon Oxfam...

Dans un communiqué publié jeudi 9 juillet, l'ONG internationale OXFAM affirme que la faim liée à la covid 19 pourrait tuer jusqu'à...
video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...

Manifestations du 10 juillet 2020 au Mali : Malgré les morts et les blessés,...

Le chef de l’Etat malien a réagi vendredi soir aux manifestations de colère de ses compatriotes sortis par dizaines de milliers dans...
- Publicité -
Facebook Comments