Condamnés au plus barbare et archaïque des châtiments : Ces quatre journalistes peuvent être exécutés à tout moment !

Il est difficilement concevable de voir, en 2020, des journalistes condamnés au plus barbare et archaïque des châtiments. C’est pourtant encore monnaie courante dans certaines régions du monde où des journalistes sont exécutés pour avoir osé élever leur voix ! C’est le cas notamment au Yémen où quatre journalistes ont été condamnés à mort par les rebelles Houthis pour espionnage au profit de l’Arabie saoudite. Depuis leur enlèvement en 2015, ces quatre journalistes ont été transférés secrètement de prison en prison dans la capitale Sanaa, et ont été soumis à de violents interrogatoires.

Abdul Khaleq Amran est le rédacteur en chef du site Al-Islah Online et dirige la Yemen Revolution Press. Ses équipes assuraient la couverture du conflit yéménite, documentaient les crimes commis par les Houthis et donnaient la parole à leurs opposants.

Akram Al-Walidi supervisait les équipes du site web Alrabie-ye.net et de l’agence de presse officielle SABA. Il rassemblait des informations sur les avancements du conflit du côté du parti Islah sur la base de sources solides.

Hareth Humaid est responsable de la veille de l’actualité à l’agence Yemen Revolution Press et rendait publiques les violations commises par les Houthis, en particulier les bombardements de civils et les enlèvements.

Tawfiq Al-Mansouri travaillait pour le quotidien Al-Masdar jusqu’à ce que celui-ci cesse de paraître au début de l’intervention de la coalition arabe en 2015. Il a ensuite rejoint la Yemen Revolution Press en tant qu’infographiste.

Tous souffrent de sévères séquelles physiques et psychologiques provoquées par la torture et les coups répétés. Ils attendent actuellement dans la plus grande incertitude l’exécution de leur sentence. Ni leur avocat, ni leurs proches n’avaient été prévenus du jugement. Soutenez notre mobilisation contre cette punition d’un autre âge, qui est la pire entrave possible à la liberté de la presse. Si vous le souhaitez, faites un don aujourd’hui, pour soutenir nos actions sur le terrain.

Reporters Sans Frontières

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun: Plainte internationale contre le régime Biya après la marche du 22 septembre

C'est la deuxième missive qu'il adresse au régime Biya après les bavures policières du 22 septembre 2020 dans plusieurs régions du...

A contested legacy: Julius Nyerere and the 2020 Tanzanian election (The Conversation)

By Luke Melchiorre* Julius Nyerere’s ideas and legacy remain objects of debate in contemporary politics, especially in an...

Parqués tels des bêtes à la Police judiciaire à Douala : Leur crime ?...

Ainsi sont toujours les après-manifestations de protestation au Cameroun. C’est une tradition. Comme c’est une tradition que les policiers tirent sur les...
video

Cameroun : Albert Dzongang introuvable depuis le 22 septembre. Vers un Remake de l’affaire...

Arrêté ou en fuite ? Difficile de dire exactement où se trouve l'ancien député du Rdpc, Conseiller du Président national du MRC,...

22 septembre (suite) au Cameroun : Crainte d’un mouvement des avocats après l’arrestation...

Après les centaines d’arrestation opérées depuis mardi dans les rangs des militants de l’opposition et des activistes de la société civile pour...
- Publicité -
Facebook Comments