Cameroun/Sommet de la CEEAC : La santé de Paul Biya au centre de vives préoccupations

Encore un fait qui va donner du grain à moudre aux tenants de la thèse de la “disparition” du président camerounais, Paul Biya, dont les compatriotes en majorité, affirment avoir perdu les traces depuis fin mars 2020.

Le président Camerounais, n’a pas personnellement pris part à la 17ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), mais s’y est fait représenter, comme pour les sessions précédentes, par son Premier ministre, Dion Ngute Joseph.

Mieux, le chef de l’Etat qui est qualifié par une certaine opinion d’”absentéiste assumé” aux conclaves des chefs d’Etat nègres, lui qui affectionne plutôt des sommets à Paris, Tokyo*, New-York et autres, n’a pas cru bon de déroger à [sa] tradition, et a fait pire cette fois-ci, en se payant la tête de ses pairs au moyen d’un ventriloque, en la personne du Premier ministre Dion Ngute Joseph.

La reddition publique mercredi d’un communiqué de presse surprenant informant les Camerounais que « Sur Très Hautes Instructions (les majuscules  sont de rigueur, ndlr) du Président de la république, Son Excellence Paul Biya », c’est le Premier ministre qui allait représenter le chef de l’Etat à une réunion « qui se tiendra par visioconférence -la précision est de taille- le jeudi, 30 juillet 2020 dès 10h 00 », a de nouveau fait bouillir le sang dans les veines des Camerounais, qui croyaient en avoir fini avec les nouvelles effrayantes du décès ou de la mauvaise santé de leur président : « Finalement on se fout de nos tronches ou quoi ? Quelqu’un est capable de recevoir en audience les ambassadeurs de France, de Grande Bretagne, de Corée du Sud, des Etats-Unis, un ministre congolais…, comme l’indiquent les images de la télévision d’Etat et des télévisions privées obligées, mais il ne peut pas honorer ses pairs d’un échange qu’il pouvait consentir même en étant assis sur son pot de chambre ? », hurle un Camerounais de la rue dans le cours d’un commentaire, à l’intention de son interlocuteur, qui embraye dans le même sens. « Vraiment si Popaul a déjà tourné le dos qu’on laisse les gens tranquilles ; s’il est si malade qu’il ne peut plus marcher, qu’on constate la vacance du pouvoir et les Camerounais passent à autre chose. C’est quoi cette histoire de se faire représenter alors qu’il lui suffit de parler avec les autres présidents sans qu’il soit même besoin qu’il sorte de son bureau qu’on peut même apprêter dans sa chambre à coucher ? »

#ctaText??#  Cameroun/22 septembre : Bibou Nissack convoque le Général Nkoa Atenga pour annuler les menaces d'Atanga Nji et Consorts
Les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC entérinant la réforme institutionnelle par visioconférence.

Des réactions comme celles recueillies ci-dessus, parfois plus violentes, les reporters de Cameroonvoice en ont répertorié dans de nombreuses villes du Cameroun entre mercredi et jeudi soir, qui remettaient la question de la santé ou de la vie même du chef de l’Etat au centre des débats, la volonté de Paul Biya de n’en faire qu’à sa tête en laissant mariner les Camerounais dans le doute n’étant pas forcément pour arranger les choses

Il n’en demeure pas moins que malgré l’absence du 1er Camerounais, La Conférence s’est effectivement tenu sous la présidence du président gabonais, Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la CEEAC, avec pour principal point à l’ordre du jour, la réforme institutionnelle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale  entamée en 2015.

Quelques jours plus tôt,  soit le 24 juillet, ont eu lieu, toujours par visioconférence, les travaux préparatoires  auxquels  s’est attelé le Conseil des ministres des affaires étrangères, afin de préparer les documents portés jeudi à l’attention des chefs d’Etat et du gouvernement.

* Organisation politico-économique sous régionale ayant pour pays membres onze pays africains : Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, République Démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Rwanda, Tchad, Sao Tomé-et-Principe.

**          selon des commentateurs plus ou moins avisés, le Gouvernement Nippon avait préféré, l’an dernier éconduire le vieux président africain âgé alors de 86 ans  et au pouvoir depuis 1982, plutôt que de froisser l’homme de culture Richard Bona, plus précieux…  Une version officielle voudrait cependant que ce soit le Nnom Ngui’i camerounais qui, pour éviter un clash annoncé sur le sol japonais avec des Camerounais de la diaspora qui l’y attendaient de pied ferme, eut décidé d’annuler son déplacement quoiqu’il avait déjà fait avancer une délégation forte de 50 membres, pour préparer sa présidentielle venue.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroon: Heightened Crackdown on Opposition (Human Rights Watch)

(Nairobi) – Cameroon authorities banned demonstrations after the opposition party Cameroon Renaissance Movement (Mouvement pour la renaissance du Cameroun, MRC) encouraged people...

Cameroun/Opération Biya doit partir : Au moins 1 mort au compteur ce 22 septembre?

Selon un bilan en fin de journée du 22 septembre de l’Opération "Biya doit partir", lancé par Maurice Kamto, au moins un...
video

Après la répression du 22 Septembre dans leur pays, Des Camerounais prennent l’Ambassade au...

Pour ces camerounais de la diaspora qui veulent faire entendre au monde la tragédie de leur peuple, ce n'est que le décor...
video

“22 Septembre 2020” au Cameroun : Douala dans la rue malgré la violence militaro-policière

De nombreux habitants de la capitale économique camerounaise, militants de l’opposition et des mouvements citoyens, ont pris rendez-vous ce jour, 22...

Cameroun : Marches pacifiques, violentes riposte de l’armée

Quartier Ndokoti à Douala, l'atmosphère est tendue ce 22 septembre, sortie à main nue pour...
- Publicité -
Facebook Comments