Cameroun, “Venger Tangem Thomas est devenu un idéal” : L’A.R.F. veut venger l’anglophone mort menotté sur un lit d’hôpital

Des déclarations qui présagent de lendemains à tout le moins troubles. Surtout quand on a entendu le Secrétaire à la Défense de l’Ambazonia Restoration Forces affirmer que venger Tangem Thomas était devenu dès l’instant un idéal non aliénable à atteindre, quel qu’en soit le prix, et que le gouvernement intérimaire allait s’y atteler.

Les sécessionnistes de l’Etat en projet d’Ambazonie sont sous le choc depuis la disparition mercredi 5 août dans un hôpital de la capitale camerounaise, d’un anglophone, le nommé Tangem Thomas, 57 ans arrêté en 2017, et incarcéré depuis tout ce temps-là sans procès.

En cause, les conditions dans lesquelles est décédé ce prisonnier de conscience : transporté à l’hôpital central de Yaoundé vendredi dernier seulement alors que sa santé s’était considérablement dégradé longtemps avant, dépassant de loin les compétences de l’infirmerie de la prison, l’homme qui était en détention provisoire à la prison de Kondengui depuis trois ans pour des soupçons de complicité avec les séparatistes -alors que les meneurs séparatistes arrêtés au Nigeria en 2018 ont été déjà jugés et condamnés en 2019-, était resté menotté sur son lit d’hôpital jusqu’à son décès, malgré toutes les sonnettes d’alarmes tirées aussi bien par les organisations de défense et de protection des droits de l’homme, que par la presse.

Ce décès troublant a donné lieu mercredi à une réunion d’urgence du soi-disant Gouvernement intérimaire du Southern Cameroons (“Ambazonie”), au cours de laquelle le Secrétaire à la Défense dudit gouvernement  a déclaré avoir reçu l’instruction de « venger le sang du prisonnier d’opinion Tangem Thomas qui est passé à l’éternité… à l’hôpital central de Yaoundé menotté sur un lit d’hôpital ».

Le martyre des “Ambazoniens” galvaniserait les sécessionnistes plus qu’il ne les attiédit   

Selon le même secrétaire à la Défense d’Ambazonie les Southern Cameroonians poursuivront le combat dans lequel était impliqué le défunt Tangem Thomas, jusqu’à la libération de la République fédérale de l’Ambazonie.

Prenant également la parole à la suite du “Secrétaire à la défense” lors de la réunion d’urgence, le Vice-président  du Gouvernement intérimaire, Dabney Yerima,  a indiqué que c’est à tort que les ennemis du peuple ambazonien se faisaient l’illusion que le martyre des Southern Cameroonians comme l’ingénieur Tangem Thomas mort enchainé sur un lit d’hôpital ramolliraient ou arrêterait leur résistance. Selon lui, la réalité  de la situation sur le terrain ces quatre dernières années devraient plutôt inciter “l’oppresseur” à réviser ses méthodes et prévisions. Autrement dit, selon Yerima, « le martyre est la   force-motrice derrière le programme de résistance et d’autodéfense d’Ambazonie ».

La mort du prisonnier anglophone Tangem Thomas pourrait en rajouter à l’escalade actuelle.

Des déclarations qui présagent de lendemains à tout le moins troubles. Surtout quand on a entendu le Secrétaire à la Défense de l’Ambazonia Restoration Forces affirmer que venger Tangem Thomas était devenu dès l’instant un idéal non aliénable à atteindre, quel qu’en soit le prix, et que le gouvernement intérimaire allait s’y atteler.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroon: Heightened Crackdown on Opposition (Human Rights Watch)

(Nairobi) – Cameroon authorities banned demonstrations after the opposition party Cameroon Renaissance Movement (Mouvement pour la renaissance du Cameroun, MRC) encouraged people...

Cameroun/Opération Biya doit partir : Au moins 1 mort au compteur ce 22 septembre?

Selon un bilan en fin de journée du 22 septembre de l’Opération "Biya doit partir", lancé par Maurice Kamto, au moins un...
video

Après la répression du 22 Septembre dans leur pays, Des Camerounais prennent l’Ambassade au...

Pour ces camerounais de la diaspora qui veulent faire entendre au monde la tragédie de leur peuple, ce n'est que le décor...
video

“22 Septembre 2020” au Cameroun : Douala dans la rue malgré la violence militaro-policière

De nombreux habitants de la capitale économique camerounaise, militants de l’opposition et des mouvements citoyens, ont pris rendez-vous ce jour, 22...

Cameroun : Marches pacifiques, violentes riposte de l’armée

Quartier Ndokoti à Douala, l'atmosphère est tendue ce 22 septembre, sortie à main nue pour...
- Publicité -
Facebook Comments