Côte d’Ivoire : La rue s’engage pour débarquer Ouattara

En annonçant qu'il va rempiler à la magistrature suprême pour un troisième bail, le président Alassane Ouattara a suscité l'indignation généralisée de ses compatriotes. Après des figures marquantes de la scène publique, les Ivoiriens se mobilisent en masse dans les rues pour marquer leur désapprobation devant la décision inattendue du président sortant.

l’adresse de Ouattara n’avait pas été officialisée que des Ivoiriens ont battu le pavé le 6 août pour le prévenir en cas d’un désir de briguer un troisième mandat. Avec assurance ils ont mis le président sortant en garde sur le désastre qu’une telle décision entraînerait en Côte-d’Ivoire. C’est donc sans aucune surprise que la volte face d’Alassane Ouattara a suscité une levée de boucliers en Côte d’Ivoire. L’un des messages d’indignation des plus remarqués est celui de l’artiste musicien Meiway, qui a marqué l’adhésion de bon nombre d’Ivoiriens et même au-delà des frontières de la Côte d’Ivoire. De fil en aiguille, les mobilisations se sont enchaînées dans les ruelles du pays.

Plusieurs manifestations d’Ivoiriens contre la décision d’Alassane Ouattara ont été organisées. Des pneus brûlés et la voie barrée empêchant pendant des minutes la circulation en scandant que «Les manifestations vont continuer jusqu’à ce que les noms de nos leaders soient inscrits sur la liste électorale (…) afin qu’ils puissent jouir de leurs droits», a déclaré à Jean Bahé, responsable de la jeunesse universitaire du Front populaire ivoirien (FPI), de Laurent Gbagbo. Acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), Laurent Gbagbo a été condamné en novembre 2019 par la justice ivoirienne à 20 ans de prison pour le «braquage» de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest pendant la crise-post-électorale de 2010-2011.

Contrairement aux allégations des défenseurs de Ouattara, les populations ne se disent pas du tout satisfaites de sa gérance. Ils regrettent les deux mandants que se sont offerts le président sortant et ses fidèles. Ils n’en peuvent plus de ce régime ingrat et véreux; raison pour laquelle ils comptent multiplier les mobilisations jusqu’à ce qu’ils obtiennent l’objet de leur quête. Ouattara pliera-t-il finalement ou non ? La situation ne lui laisse ni le temps ni le choix de se défiler.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun: Plainte internationale contre le régime Biya après la marche du 22 septembre

C'est la deuxième missive qu'il adresse au régime Biya après les bavures policières du 22 septembre 2020 dans plusieurs régions du...

A contested legacy: Julius Nyerere and the 2020 Tanzanian election (The Conversation)

By Luke Melchiorre* Julius Nyerere’s ideas and legacy remain objects of debate in contemporary politics, especially in an...

Parqués tels des bêtes à la Police judiciaire à Douala : Leur crime ?...

Ainsi sont toujours les après-manifestations de protestation au Cameroun. C’est une tradition. Comme c’est une tradition que les policiers tirent sur les...
video

Cameroun : Albert Dzongang introuvable depuis le 22 septembre. Vers un Remake de l’affaire...

Arrêté ou en fuite ? Difficile de dire exactement où se trouve l'ancien député du Rdpc, Conseiller du Président national du MRC,...

22 septembre (suite) au Cameroun : Crainte d’un mouvement des avocats après l’arrestation...

Après les centaines d’arrestation opérées depuis mardi dans les rangs des militants de l’opposition et des activistes de la société civile pour...
- Publicité -
Facebook Comments