Côte d’ivoire : Ouattara pris à son propre piège

A peine voilées, les manœuvres d’Alassane Ouattara pour se maintenir à la magistrature suprême connaissent déjà de sérieux revers en raison d’une grogne qui se prépare dans les rangs de l’armée ivoirienne.

En retrait provisoire de la vie publique dans un cadre un intime où il prenait du bon temps, le président ivoirien Alassane Ouattara a dû mettre fin à son séjour pour une raison dont son troisième bail à la tête de la Côte d’ivoire. En effet, il a été alerté par les services de renseignement sur l’imminence d’un mouvement de contestation au sein d’une faction influente de l’Armée de Côte d’ivoire. Remontés contre le président sortant, les soldats de la caserne du génie militaire à Bouaké ont affiché un comportement inhabituel ces temps.

Ils  auraient  refusé d’effectuer les rassemblements obligatoires dans les casernes, et refusent  par ailleurs de monter la garde à la Prison  et la  garde civile pénale.  Des actions pour affirmer leur mécontentement ; ils n’en n’ont pas caché les motivations. Ils exigent au président d’honorer à ses promesses quand il est encore temps. Ils réclament chacun la somme de 10 millions de FCFA au président Ouattara, en compensation d’une promesse qui tarde à être réalisée. Ces derniers s’insurgent des pots de vin qui ont été remis récemment par Alassane Ouattara aux officiers supérieurs pour acheter dignité au prix d’un nouveau mandat.

L’influence de cette caserne est révélatrice du drame auquel ADO peut s’exposer si rien n’est fait pour les contenter. Il ne fait aucun doute que le vent de cette révolte peut également souffler dans les autres casernes. On pourrait alors assister au scénario de janvier 2017. Au motif des revendications similaires,  des militaires avaient barricadé et attaqué  le commissariat dans la deuxième ville ivoirienne. Tout était également parti de Bouaké. Conscient du danger ambulant que tournant pourrait induire à l’approche de l’élection générale, Alassane Ouattara a entamé des négociations avec les militaires.

Il nous revient qu’à l’issue d’une concertation lundi, le président sortant a promis verser à chacun d’eux la somme de 3 millions pour garantir la sérénité durant cette période électorale. Cela semble n’avoir rien pour les arranger ; tant ils restent campés sur leur condition. La décision, en dernier ressort, de Ouattara sera déterminante pour la suite en raison de son appétit immodéré pour la gloire. Va-t-il revoir son offre pour conforter les manifestants   ?  La stabilité durant les mois qui bous reviennent et la tenue de l’élection du 31 octobre.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

« La politique des boucs-émissaires ne développera pas le Cameroun » : Maurice Kamto...

Face à son incapacité à résoudre les crises multiformes qui plombent le Cameroun, à proposer un cap qui vaille à notre pays...

Urgent : LA FIFA maintient Seidou Mbombo Njoya

Rendue le 15 janvier 2021, la décision du Tribunal arbitral du Sport était déjà consommée dans les rangs de l’exécutif de la...

Elections : Please Help Bobi Wine and the People of Uganda Urge the International...

KAMPALA, Uganda, 11 January 2021, -/African Media Agency (AMA)/- Uganda is scheduled to hold presidential and parliamentary elections on January 14, 2021,...

Urgent : Le TAS annule l’élection de Seidou Mbombo Njoya à la tête de...

C'est ce 15 janvier que la décision a été rendue. Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) vient d’annuler l’élection de M. Seidou...

Cameroun : Issa Hayatou grandement honoré par la CAF

Il y a un peu plus de trois ans il quittait la CAF après 28 années de bons et loyaux services. Les...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :