Côte d’Ivoire : Konan Bédié et le FPI d’accord pour “l’unité d’action” anti-Ouatara demandée par Guillaume Soro

L’ex-chef de l’Etat Henri Konan Bédié dont la candidature à l’élection présidentielle du 31 octobre prochain en Côte d’Ivoire n’a pas mis du temps pour répondre à l’appel lancé par son jeune compatriote et une des principales figures de l’opposition ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro, qui en avait appelé jeudi, en début de journée, à une unité d’action de l’opposition pour arrêter la « folle aventure de monsieur Ouattara », candidat à un 3ème mandat présidentiel illégal.

Je me félicite de l’«unité d’action » proposée par le GPS et soutenue par le FPI contre le 3ème mandat « inconstitutionnel et interdit » d’Alassane Ouattara, a twitté jeudi celui qui est devenu le leader de l’opposition ivoirienne depuis sa rupture d’avec le RHDP, synonyme de retour à l’autonomie de son parti, le PDCI, ex-parti unique. « Le PDCI s’associe évidemment à cette démarche », a-t-il tenu à préciser en conclusion de son tweet.

Il faut souligner que cette prise de position du président Bédié est déjà matérialisée par le retrait de son parti des élections des Bureaux des Commissions locales de la CEI. A cet effet, le représentant désigné du PDCI dans la Commission centrale n’a d’ailleurs pas encore prêté serment.

C’est encore là la preuve de la sagacité de l’opposition ivoirienne qui a toujours su dépasser ses antagonismes véniels pour s’unir autour de l’essentiel : l’alternance.

On  l’a vu avec l’union sacrée avant et pendant la présidentielle de 2010 de Bedié et Ouattara pour renverser le régime socialiste du Pr. Laurent Gbagbo, alors que l’inimitié “historique” entre les deux personnalités surpassait de loin celle qui pouvait opposer l’une et l’autre –prises individuellement- au chef du régime FPI.     

Ainsi donc, malgré la validation de sa candidature à l’élection présidentielle, monsieur Bédié souscrit entièrement à l’appel d’un autre leader de l’opposition qui estime que l’élection présidentielle en elle-même est une énorme connerie, puisque faussée par la présence en lice d’un candidat qui n’aurait jamais dû l’être, et qui s’y incruste par la force comme à son habitude. Même son de cloche du côté du FPI, formation politique à gauche de l’échiquier politique qui aurait eu beau jeu de renvoyer dos à dos les “enfants de Houphouët-Boigny” que sont Bedie et Ouattara, et par ricochet, Guillaume Soro, mais qui préfère se ranger derrière la “bonne” cause.

Dans un autre pays, on en serait à des histoires du genre « c’est au petit poucet de Guillaume Soro de se ranger derrière le grand leader en le soutenant pour qu’il remporte la présidentielle contre Ouattara », ou alors on perdrait un temps fou à rappeler au monde et à la ville que c’est grâce à lui que Ouattara est arrivé au pouvoir et que pour cette seule raison, il est disqualifié pour s’opposer efficacement à celui qu’il a fait roi.

Le Cameroun, seul pays francophone avec le Gabon à n’avoir jamais connu d’alternance à la tête de l’Etat -sauf à nier ou à ignorer que Léon Mba, Omar et Ali Bongo au Gabon, ainsi que Ahmadou Ahidjo et Paul Biya au Cameroun sont les faces d’une même monnaie- est un exemple patent de ce type d’opposition à l’opposition, où de soi-disant “opposants” préfèrent se faire hara-kiri en faisant la courte échelle au régime qui leur fait des misères à tous –parfois sans contrepartie autre que celle de voir tomber l’opposant le plus en vue-, au besoin en appelant ledit régime à envoyer à l’échafaud l’opposant le mieux placé.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

C'est entre les lignes d'un télégramme produit en date...
L'aventure de la taxe sur les téléphones et les...

Autres actualités

Guinée Conackry : Que vaut la ” victoire” de Cellou Dalein Diallo ?

«Mes chers compatriotes, malgré les anomalies qui ont entaché le scrutin du 18 octobre et au vu des résultats sortis des urnes,...

Taxes sur les téléphones : Comment Paul BIYA a cédé

L'aventure de la taxe sur les téléphones et les tablettes numériques n'aura durée que trois jours finalement. Minette Libom, la ministre des...

La scène politique camerounaise en deuil : Woungly Massaga “Commandant Kissamba” a passé l’arme...

L'homme politique Camerounais René Jacques N'gouo WOUNGLY-MASSAGA dit "commandant KISSAMBA" est mort des suites de maladie. Il était né le...

Urgent : La gendarmerie de Bamenda Up Station en feu

C'est un coup sévère qui est porté à l'armée camerounaise sans doute par les combattants séparatistes. L'une des gendarmerie des...

Menaces du Colonel biyaïste Bamkoui à Sébastein Ebala «Si (le Bamiléké) Kamto prend le...

Cela se passe simplement de commentaires, et annonce combien les Camerounais doivent encore lutter pour sortir leur pays de la pire des...
- Publicité -
Facebook Comments