Campagne électorale : Le dictateur Museveni assassine une dizaine d’Ougandais pour arrêter la course vers la présidence de Bobi Wine

Elles s’annonçaient déjà rudes, les élections générales du 14 janvier 2021, à l’occasion desquelles les Ougandais devront élire leur président et les membres du parlement. Mais elles se font en plus très sanglantes aux dernières nouvelles.  

Pour ne pas se faire devancer par des chiffres qui pourraient se révéler les véritables, le porte-parole de la police ougandaise, Fred Enanga, a anticipé en annonçant vendredi le chiffre horrifiant de 7 morts et quelques 45 blessés lors des échauffourées entre la police et des manifestants qui protestaient contre l’arrestation de l’opposant et candidat à la présidentielle, Robert Kyagulanyi, plus connu sous son nom d’artiste –il est aussi un chanteur de Reggae très populaire- Bobi Wine.     

« Nous avons eu 7 personnes qui ont perdu la vie à cause du tumulte violent. Environ 45 personnes ont été blessées, y compris un LDU dont la tête a été cassée », a fait savoir monsieur Enanga, qui parle d’un tumulte comme si cela était survenu ex nihilo.

Or les manifestations de colère qui se sont faites violentes par la suite, ont été déclenchées par l’arrestation mercredi, du jeune leader de l’opposition, plusieurs fois embastillé par les services de sécurité à la solde du tyran de Kampala, Yoweri Kaguta Museveni.

Le retour de la torture pour un habitué des geôles de Museveni

En effet, mécontentes de la popularité de Bobi Wine traduite par une participation massive des populations du district de Luuka (Est de l’Ouganda) où il était en campagne électorale, les autorités ougandaises avaient instruit la police de l’arrêter sous prétexte qu’il violait les mesures de sécurité édictées dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la Covid-19, notamment les directives de la commission électorale relatives aux rassemblements publics pendant la campagne électorale.

Prétexte tout trouvé pour déstabiliser à travers les tortures physiques et morales, celui qui empêche Museveni de dormir sur ses deux oreilles.

« Plus de 24 heures après son arrestation et sa détention brutale à Nalufenya, Bobi Wine s’est vu refuser l’accès à ses avocats et à son équipe médicale ! Seuls les officiers de l’armée et de la police ont accès à lui, se sont insurgés ont ses collaborateurs sur son compte Twitter qu’ils gèrent, non sans espérer que « La violation de ses droits en toute impunité doit être condamnée par toutes les personnes de bonne conscience ».

Un souhait qui n’est pas tombé dans les oreilles des sourds comme le prouve la prise d’assaut des rues par les  Ougandais épris de liberté et pas du tout dupes des intentions cachées derrière  cette ignominie d’interpellation du leader du mouvement démocratique.

Un souhait également exhaussé par les Etats-Unis qui ont dit leur désaccord avec la tournure actuelle des choses, et déploré « la violence qui a coûté la vie à plusieurs personnes », « Et nous exprimons notre sympathie aux familles et aux proches des victimes. Nous exhortons toutes les parties à renoncer à la violence, à prendre des mesures de bonne foi pour réduire les tensions et à respecter les libertés fondamentales  », peut-on lire dans le communiqué rendu public par le département d’Etat.   

Toujours dans cette veine des réactions-condamnations, les candidats de l’opposition à la Présidentielle de janvier prochain ont temporairement et conditionnellement mis un terme à leur participation à la campagne électorale et appelé à la libération de leurs camarades.  

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Un passeport numérique COVID-19 bientôt nécessaire pour voyager ? (TVA nouvelles)

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a annoncé cette semaine la création d’un passeport numérique qui pourra indiquer si un passager a...

Soutien aux tyrans, auteurs de holdups électoraux : La Côte d’Ivoire lance le boycott...

C’est par un communiqué laconique annonçant une importante déclaration du président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (Rpci-Ac), Christian...

Humanitaire : Malgré une 1ère édition de Téléthon mitigée La Fondation Inorie Fotso poursuit...

En octobre 2019, à son initiative, la pop-music singer Inorie Fotso, fille du milliardaire camerounais Victor Fotso  -aujourd’hui défunt-,  se mettait ensemble...

R.D. Congo : A son tour, Me Georges Kapiamba de l’ACAJ s’insurge et exige...

L’ancien maitre de Kinshasa serait mensuellement rémunéré à hauteur de 680.000 USD. Une pension léonine qui n’est pas pour plaire à Me...

Cameroun-Covid-19: Les solutions de la société civile pour les couches vulnérables

L'appel de l'Association Rayons de Soleil était ouvert à 100 organisations de la société civile reconnues et expérimentées...
- Publicité -
Facebook Comments