Crise politique en RDC : Tshisekedi siffle la fin de la “récré”, grandes annonces contre la corruption et pour un nouveau gouvernement

A peine annoncée cet après-midi par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo (FATSHI), la nomination d’un informateur qui aura pour mission de mener des consultations et investigations devant déboucher sur l’identification d’une nouvelle majorité parlementaire, et partant d’une future majorité gouvernementale, est déjà perçue par la grande majorité des Congolais comme une solution à la longue crise politique dans laquelle le pays est installée depuis que le camp politique de l’ancien président de la république, Joseph Kabila, s’est arrangé à confisquer l’alternance démocratique, en s’octroyant par des moyens tout sauf démocratiques,  la majorité des membres de chacune des deux chambres du parlement congolais.

Dans un discours fleuve délivré dimanche 6 décembre, le numéro 1 congolais a livré à ses « chers compatriotes » le résultat de trois semaines de consultations politiques avec  toutes les entités représentatives du peuple congolais, comme il l’avait annoncé lors d’une précédente adresse à la nation le 23 octobre dernier.

Autant, sinon plus que le précédent évoqué supra, le discours très attendu de ce 6 décembre du président Tshisekedi  aura été à la hauteur des attentes, non seulement  des Congolais, mais également des Africains qui, en même temps qu’ils souhaitaient vivement que ce discours mette énergiquement fin au bicéphalisme de fait qui prévaut dans ce pays du fait d’une majorité parlementaire qui ne rate aucune occasion de montrer son hostilité au chef de l’Etat, tout en se revendiquant d’une alliance politique (FCC-CACH) avec son obédience politique, n’en souhaitaient pas moins que la sagesse et la pondération habituelles de FATSHI le conduisent à éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain. Cela aurait été le cas d’une dissolution de l’Assemblée Nationale. Une option souhaitée mais pas inévitable.

La dissolution de l’assemblée évitée… Pour l’instant.

« La majorité actuelle s’étant effritée, j’ai décidé de nommer un informateur, conformément aux dispositions de l’article 78, alinéa 2, de la Constitution. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée Nationale », a déclaré le président, réaffirmant fortement son engagement à ne pas laisser les nostalgiques de l’époque révolue de la Kabilie toute-puissante marcher sur ses platebandes.   

#ctaText??#  RDC/Présidentielle 2023 : derniers dossiers pour la désignation du président de la CENI attendus le 26 juillet

D’ailleurs, il n’a pas usé de circonlocutions pour faire entendre que ni lui, ni les Congolais qui l’ont investi d’une immense responsabilité lors de l’élection présidentielle du  30 décembre 2018 ne sont dupes, au sujet de la coalition formée par son camp politique et celui de l’ancien président. Aussi note-t-il, même s’il ne compte pas prendre toutes les mesures radicales qu’implique la situation,  « qu’il faut mettre fin à l’accord de coalition FCC-CACH et dissoudre l’assemblée nationale », dans la mesure où, par ailleurs, « Le gouvernement de coalition FCC-CACH n’a pas permis de mettre en œuvre le programme pour lequel vous m’avez porté à la magistrature suprême ».

La nomination d’un informateur ainsi que la feuille de route qui lui sera assignée, sans oublier la nouvelle orientation qu’il entend donner à la gouvernance des affaires de la RDCongo, procèdent,  si l’on en croit  le vainqueur de l’élection présidentielle de 2018, des avis collectés depuis le discours du 23 octobre.

« J’ai recueilli des memoranda, cahiers des charges, j’ai été impressionné par la qualité des analyses de mes compatriotes, … j’ai compris que notre peuple et la majorité des élites ne supportent plus d’être pris en otage par la corruption », a affirmé l’homme d’Etat qui relève par ailleurs que « Tous veulent voir émerger un Congo nouveau », et que «le devoir constitutionnel » qui lui incombe, « c’est d’être le garant de la nation. ».

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

L’affaire Eric Christian Nya prend désormais une autre tournure....
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...

Autres actualités

Urgent : 16 morts après un accident à Yaoundé

Au moins 16 personnes ont été tuées jeudi matin dans un accident sur une autoroute à Awae,...

Crise anglophone Médecins sans frontières quitte le Nord-ouest

Les autorités camerounaises ont accusé le groupe humanitaire d'aider des groupes séparatistes dans la région du nord-ouest, une accusation que le groupe...

Voici pourquoi Issa Hayatou a été suspendu par la Fifa

Mauvaise nouvelle pour le football camerounais. De source bien introduite, la Fifa annonce ce mardi 3 août 2021, que la Chambre de jugement...

Affaire Malicka : Martin Camus Mimb et son compagnon plaident coupables

C’est une information qui a été tenue secrète. Contrairement aux insultes formulées par leurs proches et sympathisants ; aux accusations de complots...

Rencontre Gbagbo-Ouattara : une lueur d’espoir, au-delà des jeux d’intérêts ? (Par Théophile Kouamouo)

Cet édito hebdomadaire est destiné aux abonnés payants de cette newsletter. Mais à titre exceptionnel, ce texte est rendu public. Pour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :