Lendemains amers d’élections régionales : Et le Manidem découvrit la nature des acteurs de la “scène politique” camerounaise

Comme tous les partis qui ont accompagné le Rdpc, « vainqueur naturel » de toutes les élections au Cameroun, le Mouvement Africain pour la Nouvelle Indépendance et la Démocratie (MANIDEM), s’est copieusement cassé la figure aux élections régionales du 6 décembre dernier dont les résultats étaient connus d’avance.

A l’heure des comptes le parti créé par Georges Anicet Ekane qui s’est fendu le 11 décembre d’un communiqué,  accuse l’opposition de n’avoir pas profité de ces élections pour faire prendre un peu plus d’étoffe à la démocratie au Cameroun.

A en croire son président, signataire du communiqué, le Cameroun est pris en otage par des “aujoulatistes” qui constituent aussi bien le pouvoir que l’opposition. Une “immense découverte” qui sera sans doute consignée en lettres d’or dans les annales de l’histoire politique du Cameroun.

“UN PETIT PAS, MAIS UN PAS SÛR”.

Déclaration du bureau politique du Manidem.

Le Manidem a déclaré le 8 septembre 2020 qu’il « participera, d’une manière ou d’une autre », aux élections régionales qui se sont tenues ce 6 décembre 2020.

Fidèle à notre démarche d’ouverture et  d’aiguillon, nous avons effectivement discuté avec diverses formations de la meilleure manière de profiter de cette occasion pour faire avancer la démocratisation par une meilleure répartition des centres de pouvoir.

Malheureusement, ces démarches n’ont pas atteint les buts espérés.

Cela est regrettable mais ne nous empêche pas de continuer sur une lancée qui a déjà fait ses preuves à travers l’histoire.

Le Manidem réaffirme donc qu’au Kamerun, le régime néocolonial Unc-Rdpc continue de régner en maître. A cause de sa mauvaise politique depuis plus de 60 ans, le pays a été fragmenté en zones ou bantoustans ethniques. Ce qui favorise le maintien du statu quo.

La scène politique est dominée par deux camps aujoulatistes, un dans l’opposition, un autre au pouvoir, qui se mènent une bataille féroce afin de mériter le soutien de leurs amis et maîtres occidentaux.

Nombre de conseillers municipaux de partis de cette opposition aujoulatiste l’ont clairement démontré à nouveau au cours de cette élection.

Ils ont voté pour le RDPC. D’autres élus du RDPC on fait le contraire.

Ce qui indique qu’au-delà de tout, les aujoulatistes s’entendent toujours à la fin.

Il s’agit donc désormais de pousser tous les acteurs, partis au pouvoir, partis de l’opposition issus des milieux du pouvoir, et opposition patriotique, à mieux considérer l’essentiel.

Ce ne peut-être qu’un pas, comme hier avec les lois sur les libertés qui ont permis de desserer l’étau de la dictature sur le cou des Kamerunais, mais c’est avec plusieurs pas que l’on finit par atteindre le sommet.

Pour nous, l’essentiel est d’agir pour mettre fin au long drame de notre pays en commençant par la crise anglophone qui avec l’élection présidentielle de 2018, est venue raviver un face à face dangereux pour le pays.

Ce qui en même temps amenuise les chances d’un changement de système.

Il s’agit aussi de réduire le fossé entre Kamerunais. Tant l’insolence de la richesse des grands continue d’insulter la misère de la plupart des Kamerunais, surtout les plus démunis.

Le Manidem appelle donc tous ces acteurs à s’entendre pour le bien du Kamerun et pas seulement de quelques-uns.

À tous les nouveaux conseillers régionaux, à tous ceux qui occupent les fonctions électives ou exécutives, à toute Kamerunaise et tout Kamerunais soucieux de justice et de paix, notre proposition est de réunir nos compatriotes à partir de la base communale pour progressivement changer la situation générale.

Notre proposition vise à préparer l’organisation du pays en quatre régions économiquement viables et culturellement homogènes.

Le Manidem dit ce qu’il fait , et fait ce qu’il dit.

#ctaText??#  Gestion Kafkaïenne : les folies d'une ministre de Paul Biya

Douala 11 décembre 2020 Pour le bureau politique Le Président Anicet Ekane

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Voici l'intégralité de son analyse
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...
C'est un communiqué publié le 13 novembre...

Autres actualités

Cameroun-Covid-19 : la stratégie de KmerTech et ses partenaires pour accentuer la lutte

100 acteurs en présentiel et plus de 3 000 participants en ligne, voilà le public que la conférence nationale T-I-E organisée entend...

« Notre lutte c’est la cause du Cameroun. Et c’est là… toute la différence...

La véritable motivation derrière les arrestations illégales et les longues détentions des militants du MRC sous de fallacieux prétextes que les auteurs...

FECAFOOT : l’humiliation de Samuel Eto’o

Voici l'intégralité de son analyse Ce que les sportifs camerounais doivent...

FECAFOOT : la candidature de Samuel Eto’o retenue

8 jours après le dépôt de sa candidature pour le poste de président de la Fédération camerounaise de...

Cameroun : l’administration musèle l’opposition positive selon Mamadou Mota

Il était présent aux côtés de Maurice Kamto lors de l’interdiction de la manifestation de 24 novembre prévue se tenir à l’Hôtel...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :