Libéré en catimini après -2 ans de séquestration, MAMADOU MOTA annonce la poursuite de la lutte, le vrai visage du Biyaisme révélé

Comme s’il doutait de la justesse de la séquestration pendant environ deux ans du 1er vice-président du MRC, les autorités camerounaises se sont fait une fois de plus la risée de l’opinion nationale et internationale en se refusant d’attendre que le jour se lève pour libérer l’un des plus illustres martyrs de la démocratie camerounaise,  Mamadou Mota.

Comme s’il se livrait à un acte de brigandage, le régime qui avait interpellé Mamadou Yakouba dit “Mota” en plein jour le 1er juin 2019 a attendu minuit pour le remettre en liberté.

Raison de cette libération clandestine? Faire en sorte que Mamadou Mota ne soit pas l’objet d’une standing ovation de la part des centaines, voire des milliers de militants du MRC, et autres partisans du changement de régime au Cameroun, qui s’étaient mobilisés pour donner une fête inénarrable à cet intrépide combattant revenu victorieux du combat livré depuis son arrestation le 1er juin 2019 contre une oppression dantesque qui s’est fait chair dans le pouvoir de Yaoundé.

Objectif atteint, puisqu’à sa libération en catimini à une heure où la ville aux sept collines était endormie, celui qui incarne depuis quelques temps la fissure entre le régime du président Biya et son septentrion d’origine (présenté par certains apparatchiks du pouvoir comme leur « bétail électoral ») n’a eu pour l’accueillir que des cadres de la direction du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun et ses avocats, pour le conduire jusqu’au domicile du président élu et leader du MRC, le Pr. Maurice Kamto.

Mais ce coup  fourré, pour réussi qu’il a été, n’a servi qu’à montrer un peu plus le vrai visage d’un pouvoir tyrannique, résolument passé de l’autre côté de l’obscur.

Il y a trente-et-un ans, en effet, Nelson Mandela était libéré en Afrique du Sud par le régime blanc de l’Apartheid. La libération de Madiba s’était faite en mondovision, malgré le fait que la popularité démonstrative de l’ancien pensionnaire de l’île de Robben Island, de Pollsmoor et de la prison Victor Verster, desservait leurs intérêts. C’étaient des Blancs dont le racisme le disputait fortement à l’arianisme hitlérien. Au Cameroun, pays de Noirs, dirigé par des  Noirs, on a peine à ne pas croire que l’homme noir n’est pas un loup pour l’homme noir.     

Après, il y aura toujours de vains rhéteurs pour faire croire aux Camerounais que leur véritable ennemi se trouve en Occident et dans la presse. Archifaux, l’ennemi est dans la maison ! Et vraisemblablement au sommet de l’Etat!

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Fidèle Fumi… C’était l’homme qu’on appelait...
La province congolaise du Nord-Kivu, à l'est sombre...

Autres actualités

Le sommet de guerre à Paris prépare l’envoi de troupes de l’OTAN en Ukraine...

Les chefs d'État de l'Union européenne (UE) se sont réunis lundi à Paris pour un sommet sur la guerre de l'OTAN avec...

Tchad : Des violences et plusieurs morts suite à une attaque armée de l’Agence...

La capitale tchadienne, N'djaména, a été le théâtre des actes de violence et d'une grande confusion suite...

Guinée : Amadou Oury Bah, nouveau Premier ministre du Général Doumbouya

Conakry, 27 février 2024- le Président de la République, le Général de Corps d’Armée, Mamadi Doumbouya a nommé Amadou...

Indépendance du Sahara Occidental : Alger trouve son compte dans la “retenue” française à...

Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune En Algérie, c’est la satisfaction que la France n’ait pas officialisé sa position sur...

Protestation en République Centrafricaine contre la présence étatsunienne en Afrique et au pays de...

Le peuple de la République centrafricaine s’oppose à l’intervention américaine sur le continent africain, en particulier en...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :