Appel de détresse de F. Hubert ATEBA : Maurice Kamto du MRC exprime sa compassion et exige l’évacuation sanitaire d’urgence de son ancien camarade

C’est la suite de l’affaire de l’assassinat  Jordane Stéphane Ngah évoquée par  #Cameroonvoice suite à une vidéo de notre confrère en exil Michel Biem Tong. Dans une vidéo publiée le 16 mars et devenu virale sur les réseaux sociaux, l’ancien membre fondateur  cadre du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) dont il avait démissionné en avril 2018 demande avec insistance au président de la république, de le faire évacuer d’urgence pour des soins à l’étranger.

L’homme qui au moment de la réalisation de la vidéo doutait de la possibilité pour lui de survivre quarante-huit heures encore au malaise qu’il a contracté des suites d’un empoisonnement violent dans un restaurant  de la capitale, Yaoundé –un empoisonnement qui a déjà coûté la vie à son frère Jordane Stéphane Ngah – a fait un certain nombre de recommandations sur fonds de testament à l’intention de ses compatriotes. Il les adjure ainsi de maintenir allumée en permanence la flamme du combat pour empêcher les fossoyeurs et prédateurs de ce pays tapis dans les rangs du régime de succéder à Paul Biya.

Autre fait majeur, l’ancien Secrétaire National Adjoint chargé de l’inspection et du développement   du MRC désigne nommément l’auteur de son empoisonnement qui ne serait autre que le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, et ses complices.

L’inattendue demande de pardon

Hubert Franck Ateba ne s’y est pas arrêté, lui qui a solennellement demandé pardon à son ancien ami politique Maurice Kamto.

Réponse immédiate du président du Directoire national du MRC, Maurice Kamto, a publié un communiqué dès le lendemain de la sortie de monsieur Frank Hubert Ateba insistant pour qu’une réponse favorable soit donnée à son cri de détresse, et qu’une enquête judiciaire soit menée en lien avec les accusations d’empoisonnement dont la qualité de l’auteur présumée ainsi que ses mobiles, en font une affaire d’Etat.

Dans le communiqué que nous publions ci-dessous, Maurice Kamto qui montre son empathie et sa compassion pour Frank Hubert Ateba, dit lui accorder le pardon qu’il a demandé, et instruit les militants du MRC de s’abstenir de tout commentaire désobligeant à l’encontre de ce compatriote qui se trouve entre la vie et la mort.

Ci-après, le Communiqué de Maurice Kamto à la suite de l’appel de détresse de Frank Hubert Ateba

COMMUNIQUE.

Depuis quelques jours l’opinion publique est secouée par une sortie de monsieur Franck Hubert ATEBA, devenue virale sur les réseaux sociaux.
Au cours de cette sortie, M. ATEBA affirme que lui et son frère aîné, monsieur NGAH, auraient été empoisonnés, que son frère en est décédé et que sa propre situation est désespérée. Avec l’énergie du désespoir, il supplie pour bénéficier d’une évacuation sanitaire hors du Cameroun, car, selon lui, son cas ne peut être traité sur place.
M. Franck Hubert ATEBA a cheminé avec le MRC dès son lancement en 2012, puis s’est volontairement mis à l’écart des activités après le double scrutin législatif et municipal de 2013. Après une intense campagne de dénigrement de ma personne et du parti, il a démissionné de façon spectaculaire à la veille de l’élection présidentielle d’octobre 2018, alors qu’il avait d’importantes fonctions au sein du Directoire de notre parti. Nous avons respecté sa décision comme celle d’autres anciens militants du MRC qui ont choisi de voguer sous d’autres cieux.
En dépit du tort qu’il nous a causé j’ai été, profondément touché par son cri de cœur en tant qu’être humain. Aussi,

– j’en appelle à toutes les autorités de l’État qui peuvent aider à sauver la vie de M. Franck Hubert ATEBA à agir par humanité en urgence ;

– en mon nom personnel et au nom des militants et sympathisants du MRC, j’adresse à monsieur Franck Hubert ATEBA et à sa famille mes condoléances les plus attristées pour le décès annoncé de son frère aîné, monsieur NGAH ;

– j’appelle les autorités judiciaires et policières du pays à se saisir des révélations et accusations gravissimes portées par monsieur Franck Hubert ATEBA contre des personnalités du pays. Au regard du caractère exceptionnellement grave de faits allégués, les Camerounais attachent du prix à la qualité des investigations mais aussi à la publicité qui sera faite des résultats de cette investigation, dont nul ne peut imaginer qu’elle ne puisse pas avoir lieu.

Si les faits portés à la connaissance du public par monsieur Franck Hubert ATEBA venaient à être établis alors on serait en plein dans une authentique affaire d’État.

Lors de sa terrifiante sortie, monsieur Franck Hubert ATEBA a, malgré sa situation manifestement critique, tenu à me demander pardon pour m’avoir injustement vilipendé, calomnié, démoli, et jeté à la vindicte populaire.
J’accepte son pardon et demande aux militants et sympathisants du MRC de les accepter également, avec sincérité. En conséquence je les invite à éviter tout propos ou commentaires visant ou de nature à accabler un homme en détresse qui exprime des remords.
Je souhaite également que tous ceux à qui il a demandé pardon dans cette sortie l’acceptent. En effet on ne peut rien construire dans la haine ambiante que le régime en place a instaurée pour se maintenir au pouvoir en dépit de son rejet par le peuple.
Nous rassemblerons les Camerounais, tous les Camerounais. Nous n’y parviendrons qu’en sachant ou en apprenant à pardonner.

Bonne chance à monsieur Franck Hubert ATEBA.

#ctaText??#  Cameroun, Marche interdite : Joseph Ateba dénonce une "volonté clairement affirmée d’éradiquer le MRC du paysage politique..."

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Une Camerounaise d’origine nommée sénatrice au Canada

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années », cette boutade tirée du Cid de Pierre Corneille...

La magistrate camerounaise qui a rejoint les Nations unies

Du haut de ses 60 ans, dont 34 années dans le domaine de la magistrature, Régine Esseneme a un nouveau challenge avec son élection...

Jacob Desvarieux, cofondateur de Kassav est décédé

Il était hospitalisé depuis le 12 juillet en Guadeloupe pour une infection Covid-19. Le Guitariste, chanteur, compositeur et co-fondateur de Kassav qui...

Cameroun : la première nuit de Ténor en prison

L’artiste Ténor a passé sa première nuit en prison Il est actuellement placé en détention provisoire à la prison de New-Bell à Douala ce 30...

Cameroun : Ce qu’on sait sur l’arrestation arbitraire de 4 journalistes

C’est une atteinte ouverte à la profession de journaliste, puisque les quatre hommes de médias ont été arrêtés dans l’exercice de leur...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :