URGENT - L'époux de la reine Elizabeth II est mort

URGENT - L'époux de la reine Elizabeth II est mort

Du haut de ses 99 ans, le prince Philip était rongé par la maladie depuis peu . Le palais de Buckingham a annoncé l’admission par mesure de précaution du mari de la Reine d’Angleterre à l’hôpital. Il avait été admis le 16 février 2021 à l’hôpital «Britain-Royals» de Londres par mesure de précaution selon le palais de Buckingham. Il en était d’ailleurs sorti le le 16 mars dernier. Mais l’irréparable vient inéluctablement de survenir ce 9 avril. C’est le départ d’un homme atypique et controversé. De souche allemande, mais de religion orthodoxe, Philip est né prince de Grèce et du Danemark, le 10 juin 1921, sur l’île de Corfou (Grèce). Il est le cinquième enfant, mais le seul fils, du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg.

A la suite de l’exil de ses parents, il va de pensionnat en pensionnat dans toute l’Europe, notamment à Saint-Cloud, en France, et en Allemagne. Philip Mountbatten le duc d’Édimbourg n’a pas passé beaucoup de temps avec sa mère. C’est son oncle Lord Mountbatten, l’aristocrate de nationalité grecque, qui l’amènera à marquer un pas décisif dans sa vie; son entrée dans la marine britannique comme cadet. Il prendra activement part aux joutes de la seconde guerre mondiale. Le 20 novembre 1947, le jeune prince, blond et séduisant, épouse la princesse héritière Elizabeth rencontrée pendant ses études au collège naval de Darmouth. Arrière-arrière-petit-fils de la reine Victoria, par sa fille Alice qui avait épousé un grand-duc allemand, il était aussi l’un des lointains cousins d’Elizabeth. Pour ce mariage d’amour, il renonce à sa nationalité et à ses anciens titres nobiliaires, prend le nom de Philip Mountbatten et embrasse l’anglicanisme, la religion d’Etat.

Tout au long de sa vie, malgré cette conversion, le prince a gardé certaines valeurs inculquées par sa foi orthodoxe, comme le sens de la hiérarchie, le conservatisme en matière de mœurs et les préoccupations écologiques. En février 1952,la mort prématurée de son beau-père, le roi George VI, met fin à une carrière d’officier de la Navy qui le passionnait. L’idée était de se consacrer exclusivement à la reine. Un sacrifice immense que sa compagne va reconnaître en lui accordant plus de responsabilités. ; en 1956, elle enverra ainsi le Prince Philip visiter le Commonwealth, seul et au nom de la couronne. À son retour en février 1957, elle le fait prince du Royaume-Uni, de Grande-Bretagne et d’Irlande, ce qui l’érige officiellement au rang de prince-consort. Un titre qu’il refuse de porter.  

 En 2017, à l’âge de 95 ans, il prend sa retraite et réserve cet usage du protocole à sa vie privée. Durant sa vie publique, le prince d’Édimbourg a présidé, parrainé ou adhéré à plus de 780 associations. Ses responsabilités  et son rang exigèrent qu’il prononce plus de 5 493 discours selon le correspondant royal Peter Hunt. Des représentations officielles que le Prince consort semblait apprécier. Son rôle politique aurait même été moins étendu qu’il le désirait. 

Facebook Comments
Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *