Tchad : Le gouvernement de transition franchit la ligne rouge

Alors qu’ils répondaient à un appel à manifestation du mouvement de l’opposition Wakit Tama, des centaines de Tchadiens ont été violemment réprimés par les forces de l’ordre. Le Conseil militaire de Transition vient de prendre des mesures inquiétantes pour la stabilité dans le pays.

Une grande majorité de Tchadiens reste fermement opposée au Conseil militaire de Transition qui a pris le pouvoir après la mort du Président Idriss Deby Itno. Les interdictions et menaces du gouvernement de transition n’ont pas empêché une bonne partie de la population de répondre à l’appel du mouvement Wakit Tama ce 8 mai 2021. Ils ont rallié en masse l’espace Fest Africa qui a été décidé comme point de départ de la manifestation. Ils ont à peine battu le pavé dans les ruelles du pays que la police et l’armée se sont invitées à la marche pour l’empêcher. Selon des sources dignes de foi, les forces de l’ordre ont fait usage de la violence et ont d’ailleurs tiré à balles réelles sur des manifestants. L’on signale plusieurs arrestations et de nombreux cas d’arrestation.

 Le bilan de victimes n’est pas encore officiel, mais l’armée a mis plusieurs heures à contenir violemment les manifestants déterminés à réitérer leur soutien à la position du mouvement Wakit Tama. Dans une récente sortie médiatique, le coordonnateur de l’initiative a traité le Conseil militaire de Transition d’illégal et a refusé toute offre de négociation avec l’entité. Me Max Loalngar a soutenu que leur combat vise justement à faire régner de nouveau l’ordre constitutionnel. La position du gouvernement de transition et partant du CMT a été très mitigée relativement à cette marche contestataire. Le ministre de la Communication, par ailleurs communicant du gouvernement, Abdaraman Koulamallah, avait annoncé que la manifestation pouvait se tenir à condition d’être convenablement encadrée. Il a très vite été contredit par son homologue de la Sécurité publique et de l’Immigration.

Souleyman Abakar Adam a interdit la manifestation en invoquant le refus des organisateurs de coopérer et des raisons sanitaires. Voilà qui traduit la brouille permanente qui règne au sein de l’équipe de transition, mais surtout sa détermination à s’imposer à la population par les moyens les plus osés. Un arrêté du CMT a récemment décidé de la suspension de trois hommes d’église tchadiens à savoir les Pasteurs Keleppete Dono, Bekoutou Maraby Pierre et Targoto Josias. Les autorités morales sont accusées de se livrer à des « activités contraires à leur vocation apolitique » A croire que le régime dictatorial sans fondement légal soutenu par le président français Emmanuel Macron s’arroge désormais le droit d’être la loi, le seul pouvoir, la vérité et la vie. 

#ctaText??#  Somment de la CBLT : Une autre preuve que Paul Biya va très mal ?
Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Israël : Ce qu’on ignore sur Naftali Bennett, le remplaçant de Netanyahu

Naftali Bennet est un juif religieux dont la fortune est chiffrée à plusieurs centaines de millions de dollars,...

Cameroun-Urgent : Yaoundé séquestre un journaliste

C'est le site d'information Mimi Mefo Info (MMI) qui a publié l'information ce 13 juin 2021. Le média indique Theodore Mih...

Absence ou présence de Maurice Kamto au Meeting de Paris : Wilfried Ekanga...

Karl Marx disait : " Un spectre hante l'Europe, le spectre du communisme ", et je vais ajouter : " Un spectre...

Cameroun : Paul BIYA pleure à nouveau « sa CAN »

À un peu moins de 7 mois de la tenue de la Grand-messe du football africain, l’incertitude est grande relativement à sa...

Menaces de mort contre Laurent Gbagbo : Christian Vabé met en garde et annonce...

Le rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (RPCI-AC) a appris par voie de presse que le Président Laurent Gbagbo serait...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :