Voici comment l’Afrique peut se mettre à l’abri du Covid-19

L'arrivée brutale de la pandémie de COVID-19 a ébranlé le monde, provoquant des ravages dans les économies et les tissus sociaux et causant un lourd tribut sur les vies et les moyens de subsistance. De nombreux pays riches ont vacciné une masse critique de leur population. Nombre d'entre eux ont rouvert leurs frontières pour que les affaires reprennent leur cours normal.

À première vue, la situation semble catastrophique pour l’Afrique. Le bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment publié une déclaration indiquant que 90 % des pays d’Afrique ne parviendraient pas à atteindre l’objectif de vaccination de 10 % de leur population d’ici juin 2021. Ces avertissements sont-ils un signe de désespoir ? Où sont-ils un appel à l’action ? Mais quelles actions les pays africains peuvent-ils entreprendre de manière réaliste, compte tenu des obstacles qui se dressent devant nous ?

Les pays africains se trouvent à différents stades de la pandémie. Lors de la formulation des politiques nationales, les gouvernements doivent intégrer les bonnes pratiques découlant des enseignements tirés jusqu’à présent pour renforcer leurs systèmes de santé. Les éléments essentiels de la politique doivent inclure des composantes de préparation et de riposte.

Ce qui peut être fait

Les pays africains devraient recourir aux pratiques de santé publique ancestrales issues du continent.

Prenez les observations scientifiques astucieuses de l’épidémie d’Ebola de 1976 au Zaïre. Cela nous a appris qu’en connaissant les modes de transmission, nous pouvons réussir à stopper la propagation de l’épidémie en brisant la chaîne de transmission par l’isolement d’un cas positif suivi d’une surveillance. Nous avons réussi sans recourir à la vaccination.

Deuxièmement, les bons chasseurs savent qu’ils peuvent attraper une proie lorsqu’ils ont étudié ses habitudes. Nous savons que le virus responsable du COVID-19 est principalement transmis par voie aérienne. Comme les bons chasseurs, nous devons exploiter cette connaissance et briser la chaîne de transmission du virus par des options viables à notre disposition.

Par exemple, nous pouvons réduire la source de transmission dès le départ en instituant une forme de verrouillage ou de mise en quarantaine de tous les sujets dont le test de dépistage du COVID-19 est positif. La stratégie de confinement de l’Afrique du Sud s’est révélée prometteuse au début de l’épidémie, mais n’a pas donné les résultats escomptés lorsqu’elle a été assouplie par intermittence.

La pratique de la distanciation sociale en gardant une distance d’au moins deux mètres les uns des autres a largement fonctionné en Occident. Elle peut être difficile à mettre en pratique dans toute l’Afrique. En effet, la surpopulation est courante dans les grandes villes et dans les villages, des familles étendues vivent dans une seule maison.

Nous pouvons également nous protéger en portant correctement un masque respiratoire afin de réduire le risque de transmission. De nombreuses études scientifiques menées dans de nombreuses régions du monde témoignent de l’utilité du port d’un masque dans les espaces fermés, les établissements de soins et les lieux bondés où l’air est partagé. Toutefois, l’utilité des masques peut être compromise par la non-disponibilité de types non respiratoires ou par une formation insuffisante à leur utilisation correcte, ce qui entraîne des vagues récurrentes.

Troisièmement, une bonne politique de santé publique permettrait de sauver des vies et de réduire les maladies. Les pratiques exposées ci-dessus doivent être intégrées aux politiques existantes ou nouvelles en matière de préparation et d’intervention, afin d’être en phase avec les critères du Règlement sanitaire international de l’OMS.

En outre, tous les pays devraient disposer de plans d’urgence prévoyant des médicaments et des installations de maintien des fonctions vitales adéquats. L’un des éléments clés est la garantie de l’approvisionnement en oxygène, car la grande majorité des décès entraînés par le COVID-19 sont dus à l’absence d’oxygène adéquat et opportun.

#ctaText??#  Comment Les Puissances Étrangères Recrutent et Fabriquent une élite locale à leur service

Quatrièmement, nous devons mettre en place une surveillance aux niveaux les plus élémentaires pour permettre la reconnaissance et le signalement précoces des cas de COVID-19, grâce à la formation des agents de santé communautaires.

Les citoyens doivent être responsabilisés par l’éducation et le leadership communautaire pour reconnaître un groupe de cas avant que la maladie n’ait le temps de se propager dans les institutions ou les communautés. Les citoyens agissent de manière responsable lorsqu’on leur fournit les bonnes informations. Ils auront le sentiment de contribuer à l’intérêt national de la protection de la santé publique et pas seulement à leur propre intérêt.

L’éducation doit être dispensée dans la langue locale afin de cibler la population à risque, notamment les travailleurs de première ligne et les personnes souffrant d’affections médicales présentant une vulnérabilité accrue. Nous devons dissiper les fausses informations qui réduisent à néant les mesures de santé publique par le biais de méthodes classiques d’information, d’éducation et de communication, en faisant appel à des personnalités modèles telles que des artistes, des chefs traditionnels et d’autres leaders communautaires.

Il incombe donc à tous les gouvernements nationaux, aux organisations non gouvernementales et aux établissements d’enseignement d’inculquer l’auto-isolement, le port de masques et la pratique de l’hygiène personnelle.

La quête de vaccins doit se poursuivre

Nous ne pouvons pas abandonner la quête de vaccins, car ils ont contribué à des progrès significatifs dans le contrôle de nombreuses maladies sur le continent. Les gouvernements africains devraient explorer la diplomatie des vaccins à tous les niveaux. Il s’agit notamment de soutenir la renonciation aux droits de propriété intellectuelle et le transfert de technologie, afin d’étendre la production locale de vaccins au-delà de l’Égypte, du Sénégal et de l’Afrique du Sud. Parallèlement à ces efforts, nous devrions également promouvoir l’utilisation des médecines traditionnelles pour soulager la gravité de la maladie.

Les gouvernements nationaux doivent cesser de dépendre de l’approvisionnement précaire de l’alliance COVAX et rechercher activement des accords bilatéraux, encourager les partenariats public-privé et assurer leur propre approvisionnement en affectant un budget à cet effet.

Actuellement, la vaccination par le COVID-19 met en évidence le fossé entre les nantis et les démunis et creuse le fossé de l’inégalité sociale. Ce thème doit être poussé dans tous les forums internationaux pour galvaniser le soutien à l’Afrique.

La vaccination de masse pour le continent et le reste du monde deviendra une réalité lorsqu’il y aura une pression pour un contrôle mondial comme cela a été fait pour l’éradication de la poliomyélite et de la rougeole. Ce sont des maladies qui se transmettent sans distinction entre les nantis et les démunis, tout comme le COVID-19. L’Afrique a déjà fait preuve de résilience face aux pandémies. Elle doit à nouveau relever le défi.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun-Cybercriminalité : 5000 faux comptes suspendus, des milliards perdus

Les formes de cybercriminalité sont de plus en plus variées selon les constats de l’Antic. L’Agence a révélé les 5 pratiques les...

Le Cameroun rapatrie les anciens combattants nigérians et les membres de leurs familles

Plus de 850 anciens combattants de Boko Haram et les membres de leur famille qui ont fui leurs villages en raison des...

Cameroun : Séquestré par le Colonel Emile Mbankoui, Fridolin Nké fait un direct sous...

C’est à partir du bureau du Colonel Mbankoui, le chef de la SEMIL, que Fridolin NKE a réalisé la vidéo alarmante. L’enseignant...

RDC-Exploitation minière : Félix Tshisekedi révise les accords signés par Kabila

C’est le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, qui a fait part des injonctions de Félix Tshisekedi à ses collaborateurs « Le...

Guinée : La junte du Lt-Colonel Doumbouya exclut tout départ en exil de l’ancien...

Après le départ de la mission de la Cédéao, le CNRD, la junte militaire au pouvoir, a affirmé que le président guinéen...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :