Cameroun : la montée des menaces rebelles dans le Septentrion

Les autorités camerounaises accusent les rebelles de la République Centrafricaine de traverser la frontière, de voler du bétail et d'enlever des villageois pour imposer des rançons. Selon des sources, ces rebelles de la RCA quittent leur pays pour échapper aux violences induites par la crise post-électorale.

Les autorités camerounaises accusent les rebelles de la RCA de pénétrer sur le territoire pour perpétrer diverses exactions notamment dans la région de l’Adamaoua, frontalière avec la République Centrafricaine. Outre le harcèlement des civils et les personnes déplacées par les combats, on apprend également que ces groupes armés s’emparent ensuite du bétail et de la nourriture des éleveurs et des agriculteurs camerounais. Une trentaine de civils ont été enlevés en juin, les membres de leur famille devant payer des rançons allant de 1 000 à 10 000 dollars par personne pour garantir leur retour en toute sécurité.

Les personnes soupçonnées de collaborer avec les autorités camerounaises pour dénoncer les rebelles, qui se cachent dans des villages le long de la frontière camerounaise, sont également enlevées et torturées en représailles. Kildadi Tagueke Boukar, le gouverneur de la région de l’Adamaoua, s’est rendu le 4 juillet dernier dans le département du Mbéré, où on enregistre plusieurs attaques. Malgré l’ampleur de la situation, l’autorité administrative affiche un optimisme assumé.

« Le département du Mbéré partage plus de 160 kilomètres de frontière avec la République Centrafricaine. Nous sommes venus renforcer les forces de l’ordre, inciter la population à être en alerte et informer la hiérarchie [gouvernement] de la situation qui se passe à cette frontière. », a déclaré Kildadi Tagueke Boukar. Le gouverneur n’a cependant pas donné de précision sur les troupes à déployer dans le cadre de cette riposte, même s’il a assuré que leur mission sera de désarmer et de stopper les circuits de circulation illégale des armes qui ont cours sur les 9 000 KM de frontière que le Cameroun partage avec la RCA.

Si aucun chiffre n’a été donné relativement au nombre de bovins volés par les rebelles, il nous revient que l’activité économique est en chute libre à Djohong et à Ngaoui, réputés pour être les villages courus dans la vente des bœufs. Comparativement à l’année dernière, ils sont passés des milliers à une centaine de bœufs vendus par semaine en raison de l’insécurité. Une situation davantage compliquée par les enlèvements avec demande de rançon comme l’a expliqué Oumarou Issama, le maire de la commune de Djohong. À lui en croire, depuis le 15 juin, 3 000 des 6 500 personnes vivant à Yamba sont des personnes déplacées de RCA.

Dans le même temps, le département du Mbéré abrite 21 000 personnes déplacées en raison de la crise en RCA. 7 000 de ces personnes déplacées étaient retournées dans leur pays mais sont revenues au Cameroun au cours des deux derniers mois, suite à la reprise des combats entre les rebelles de la RCA et l’armée centrafricaine. Les combats ont gagné en intensité depuis la réélection de Faustin-Archange Touadera à la tête du pays. La plupart des combats se déroulent désormais dans les zones frontalières, où les rebelles peuvent passer dans les pays voisins en raison de la porosité des frontières.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Persécution/répression des Panafricanistes: Franklin Nyamsi  en passe d’être exécuté le 14 décembre en France pour...

Après Nathalie Yamb interdite de séjour en France et Maïkoul Zodi dont le visa a été annulé par la France, c’est au...

Sommet États-Unis-Afrique (13-15 décembre) : Washington choisit ses “bons” et “mauvais” dictateurs africains. Voici les 5...

Après avoir condamné la réélection au score stalinien en Guinée Equatoriale de Obiang Nguema, Washington a invité le dictateur à vie de...

La Russie fait don de 260 000 tonnes d’engrais à l’Afrique

"Cela servira à soulager les besoins humanitaires et à prévenir les pertes catastrophiques de...

Cameroun : Des survivants racontent le drame de Damas

Makolo Doss était sur le site mortel comme les autres personnes enterrées suite à l'éboulement. Il n'a eu...

Voici enfin la vérité sur la mise à l’écart d’André Onana

C'est peu avant le début de la deuxième rencontre des Lons Indomptables en coupe...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :