Cameroun : le gouvernement sacrifie des enseignants pris en otage

Enlevés depuis quelque temps par des combattants séparatistes, des enseignants francophones de la région du Nord-Ouest sont complètement ignorés par le régime en place malgré leurs multiples cris de détresse.

Ils sont entre la vie et la mort dans les griffes des Ambaboys. Ces enseignants en service au lycée bilingue de Kumbo sont tous du sous-système francophone. Ils s’indignent du mutisme assumé des autorités camerounaises et particulièrement de Pauline Nalova Lyonga, qui sont au courant des exactions qu’ils subissent dans cette région anglophone. « Dans un premier temps, les autorités nous mettent la pression et pour continuer d’enseigner. Nous prenons des risques pour nous rendre dans cette zone. », a confié l’un de ces enseignants sous anonymat au lanceur d’alerte Boris Bertolt. Le risque pour ceux qui ne prennent pas service dans cette région en crise est de perdre définitivement leur emploi « Certains collègues ont été suspendu du fichier solde de l’Etat. » A-t-il assuré.

« Et deuxièmement, en route nous subissons les contrôles des ambas boys. Actuellement où je vous écris, on a des collègues du lycée bilingue de Kumbo et du lycée technique de Kumbo qui sont entre les mains des ambas boys et ces derniers demandent des rançons. Les autorités de Kumbo ne disent plus rien. Nous sommes fermement dépassés jusqu’à quand cette situation va durer ? », se demande l’enseignant. À lui en croire, la présence des enseignants francophones dans les écoles de cette collectivité territoriale n’est pas seulement risquée, elle devient de plus en plus inutile « dans ce lycée bilingue de Kumbo, nous n’avons plus de sections francophones, car tous les francophones ont déserté la Zone. Nous ne comprenons pas pourquoi nous, enseignants francophones, on nous maintient dans cet endroit. Nous voulons être redéployés afin d’exercer calmement notre profession. » Suggère l’enseignant.

Des données compilées par l’UNICEF renseignent que plus 90 % des écoles primaires et 77 % des écoles secondaires de l’enseignement public sont restées inactives dans les régions à majorité anglophone en raison de la crise. Exception faite des écoles privées où les chiffres sont tout aussi impressionnants. Plus de 3 500 personnes ont été déjà tuées et plus de 700 000 ont fui leurs villages. Malgré ces exactions, le gouvernement privilégie toujours la réponse militaire en lieu et place du dialogue devant une situation quasiment hors de contrôle.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun-Cybercriminalité : 5000 faux comptes suspendus, des milliards perdus

Les formes de cybercriminalité sont de plus en plus variées selon les constats de l’Antic. L’Agence a révélé les 5 pratiques les...

Le Cameroun rapatrie les anciens combattants nigérians et les membres de leurs familles

Plus de 850 anciens combattants de Boko Haram et les membres de leur famille qui ont fui leurs villages en raison des...

Cameroun : Séquestré par le Colonel Emile Mbankoui, Fridolin Nké fait un direct sous...

C’est à partir du bureau du Colonel Mbankoui, le chef de la SEMIL, que Fridolin NKE a réalisé la vidéo alarmante. L’enseignant...

RDC-Exploitation minière : Félix Tshisekedi révise les accords signés par Kabila

C’est le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, qui a fait part des injonctions de Félix Tshisekedi à ses collaborateurs « Le...

Guinée : La junte du Lt-Colonel Doumbouya exclut tout départ en exil de l’ancien...

Après le départ de la mission de la Cédéao, le CNRD, la junte militaire au pouvoir, a affirmé que le président guinéen...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :