Médicament anti-Covid inventé par une camerounaise et rejeté au Cameroun, le “Ngul Be Tara” homologué au Nigeria

« Nul n’est prophète chez-soi ». Cet adage de Jésus dit “Le Christ” s’est vérifié une fois de plus avec une brûlante acuité après la fin de non-recevoir  essuyée au Cameroun par le médicament traditionnel anti-Covid dénommé “Ngul Be Tara” invention de la Camerounaise  Dr. Peyou Ndi Samba, qui a été finalement retenu par les dirigeants nigérians comme médicament de référence contre la maladie pandémique.

Un simple “adjuvant” ! Ainsi avait été considéré “Ngul Be Tarapar les autorités camerounaises chargées d’homologuer les produits de santé. Soit ni plus ni moins que ce que la vitamine C est au traitement d’un palu sévère une molécule d’accompagnement d’un autre médicament, quant à lui validé.

“Ngul Be Tara” a pourtant été magnifié par les autorités fédérales nigérianes qui l’ont homologué en juillet dernier, rendant ainsi justice à la scientifique camerounaise. 2021

Expert de la Santé Publique et biochimiste, le Dr. Marlyse Peyou Ndi Samba qui est enseignante à la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (FMSB) de l’Université de Yaoundé I n’a pas caché son dépit relativement à l’attitude négative des autorités de son pays d’origine qui à son avis –du reste partagé par beaucoup- auraient opté de « torpiller la médecine traditionnelle » en prétendant que les molécules homologuées au Nigeria ne sont pas des molécules qui soignent le Covid-19. Et celle qui est par ailleurs Directrice de Reece International Research Consortium (RIRCO) de conclure, l’air énervé : « Et ce n’est pas vraiment une avancée ».

Aux dernières nouvelles, le Dr. Marlyse Peyou Mbezele Ndi Samba et son équipe se trouvent actuellement au Nigéria, où ils vont implanter un laboratoire dans l’optique d’une production à grande échelle du “Ngul Be Tara” (littéralement « force des ancêtres » en langue ewondo). Ce qui ne laisse plus de doute sur le fait que le Nigéria, avant sa validation, a consacré plus de temps à l’étude du médicament inventé par la biochimiste camerounaise que les plénipotentiaires de son propre pays où, malgré les résultats positifs produits par “Ngul Be Tara”, la reconnaissance du Nigeria à travers la validation du médicament n’est rien d’autre que de la complaisance.

#ctaText??#  Cameroun : mort de l'artiste congolais Général Defao

La recette de Ngul be tara afin que nul n’ignore (!?)

Il n’est pas superflu de relever qu’à cause de ce médicament proposé au public camerounais mi-2020, le laboratoire du Dr. Marlyse Peyou Mbezele Ndi Samba avait été cambriolé à cette époque. De mauvaises langues avaient imputé cette tribulation de la scientifique camerounaise à ses pairs travaillant pour le compte des officiles pharmaceutiques occidentales. C’est à la suite de ce cambriolage que la recette du “Ngul Be Tara” avait été rendue publique, sans doute pour faire comprendre à ses contempteurs la désormais inutilité de leurs entreprises en vue de nuire à l’inventrice, mais aussi pour que la potion ne soit plus un mystère pour le public camerounais ou africain, voire mondial, si un malheur venait à lui arriver.

Cameroonvoice publie ci-dessous pour ses visiteurs la composition de “Ngul Be Tara” faite d’ingrédients faisant partie de l’alimentation au quotidien du commun des mortels. Précision de taille, effets secondaire quasiment inexistants !

Ingrédients :
Un demi Kilo d’ail
Un demi kilo de gingembres
Un demi kilo de citrons verts bien nettoyés

Préparation

Ecraser l’ail à part, et le laisser pendant 10 minute pour permettre que son produit actif soit libéré. Ensuite écraser le gingembre ensemble avec le citron. Mélanger le tout et y ajouter un peu d’eau et du miel si vous en avez.  Conservez cette la décoction au frais.

Vous pouvez également écraser l’ail et le laisser 10 minute, puis le mélanger dans de l’eau bouillie. Puis l’utiliser comme infusion en utilisant un drap ou d’une couverture pour se couvrir. Bien respirer la vapeur d’eau pour laisser l’infusion pénétrer les voies respiratoires. Le faire toutes les heures. Si l’infusion est bien faite, le virus ne saurait lui résister.

Mode d’emploi

Quatre cuillerées par jour tout simplement et le tour est joué.

N.B. : Pour écraser les ingrédients, utiliser un mixeur ou tout matériel adéquat et efficace.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Bamako, Tombouctou, Kadiolo, Bougouni, Gao… : L’historique démonstration de force du peuple malien contre...

Appelé à prendre leur destin en mains après le lâchage de la CEDEAO qui a opté –à l’instigation présumée de la France-...

Rebecca Enonchong et la taxe sur les transferts d’argent, ou le mobile banking expliqué...

Comme la majorité de ses compatriotes, la fondatrice d’AppsTech est particulièrement remontée contre la décision du gouvernement –cautionnée par l’Assemblée Nationale- d’imposer...
video

“Ils ont tué Kadhafi, détruit la Lybie, et veulent détruire le Mali” : Kemi...

L’onde de choc créée au sein de l’opinion africaine par les sanctions de la CEDEAO contre le Mali...

CAN 2021 : des attaques meurtrières signalées dans les régions anglophones

Alors qu'ils avaient prévenu le gouvernement sur l'éventualité des attaques armées durant la CAN, les séparatistes viennent de mettre leur menaces à...

Sanction contre le Mali : désillusion de la France à l’ONU

Alors que la France avait introduit une résolution pour avaliser les sanctions décidées par la CEDEAO contre le Mali, le projet a...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :