OMS : Deux tiers des Africains pourraient avoir eu le COVID

Selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus des deux tiers des personnes vivant en Afrique pourraient avoir contracté le COVID-19 au cours des deux dernières années, soit environ 97 fois plus que le nombre d'infections déclarées.

Les tests de laboratoire ont permis de détecter 11,5 millions de cas de COVID-19 et 252 000 décès sur le continent africain. Mais selon le rapport publié jeudi, quelque 800 millions de personnes pourraient avoir déjà été infectées en septembre dernier.

Les responsables de la région Afrique de l’OMS ont déclaré que l’étude – qui est toujours en cours d’examen par les pairs – suggère que les chiffres officiellement confirmés «ne font probablement que gratter la surface de l’étendue réelle des infections à coronavirus en Afrique».

«Une nouvelle méta-analyse d’une étude standardisée de séroprévalence a révélé que le nombre réel d’infections pourrait être jusqu’à 97 fois supérieur au nombre de cas confirmés déclarés», a déclaré Matshidiso Moeti, chef de la Région Afrique de l’OMS. «Cela suggère que plus des deux tiers des Africains ont été exposés au virus COVID-19», a-t-elle ajouté.

Le rapport a analysé plus de 150 études publiées entre janvier 2020 et décembre de l’année dernière. Il a montré que l’exposition au virus a bondi de seulement trois pour cent en juin 2020 à 65 pour cent en septembre de l’année dernière. «En termes réels, cela signifie qu’en septembre 2021, au lieu des 8,2 millions de cas signalés, il y en avait 800 millions», a déclaré Moeti.

La moyenne mondiale du nombre réel d’infections serait 16 fois plus élevée que le nombre de cas confirmés déclarés. L’accès aux centres de dépistage étant limité pour une grande partie de la population africaine, de nombreuses infections n’ont pas été détectées, car les tests étaient principalement effectués sur les patients symptomatiques dans les hôpitaux et sur les voyageurs dont les résultats de la PCR étaient négatifs.

«L’accent a été mis sur le dépistage des personnes symptomatiques, alors que l’accès au matériel de dépistage était difficile», ce qui a entraîné une «sous-représentation du nombre réel de personnes exposées et infectées par le virus», a déclaré Moeti aux journalistes.  M. Moeti a déclaré qu’il était difficile de produire des données précises sur le continent, qui dispose en grande partie d’installations de santé inadéquates et manquant de ressources, car «67 %» des personnes en Afrique ne présentent aucun symptôme.

#ctaText??#  La prochaine pandémie 20 fois plus mortelle que le Covid-19 en préparation

Les jeunes sont les plus infectés

Alors que le coronavirus SRAS-Cov-2 a eu un effet catastrophique sur certaines parties du globe, l’Afrique semble avoir échappé au pire et n’a pas été aussi durement touchée qu’on le craignait au début de la pandémie.

En raison de la faiblesse des installations et des services de santé, de nombreux experts avaient craint que les systèmes ne soient dépassés. Plusieurs analyses ont été réalisées sur l’évolution de la pandémie en Afrique, certaines concluant que la jeunesse de la population du continent a servi de tampon contre les maladies graves.

Au Ghana, l’étude de l’OMS a établi que les jeunes étaient les plus infectés, selon le Dr Irene Owusu Donkor, de l’Institut Noguchi Memorial pour la recherche médicale. De nombreux pays africains sont habitués aux épidémies, mais les chiffres rapportés ne reflètent pas toujours la réalité.

L’année dernière, l’OMS avait déjà averti que six infections au COVID sur sept n’étaient pas détectées en Afrique. La plupart des cas de COVID sur le continent ont été enregistrés en Afrique du Sud – avec plus de 3,7 millions d’infections – qui a effectué le plus grand nombre de tests et peut se targuer de disposer de structures sanitaires mieux équipées que la plupart des pays d’Afrique subsaharienne.

Malgré cela, son bilan officiel des décès dus au COVID serait bien inférieur au nombre réel de personnes tuées par le virus. Les dernières données compilées par le Conseil sud-africain de la recherche médicale montrent que le nombre de décès pourrait être le triple des chiffres déclarés.

L’Afrique du Sud a enregistré 303 969 décès excédentaires de causes naturelles entre le 3 mai 2020 et samedi dernier. Pourtant, les chiffres officiels montrent que le COVID a tué 100 075 personnes depuis le début de la pandémie.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

La province congolaise du Nord-Kivu, à l'est sombre...
Le signe d'admiration est un très ancien signe religieux (comme tous...

Autres actualités

Aide US à l’Ukraine : Le Pentagone a ouvert plus de 50 enquêtes criminelles...

© AP Photo / Charles Dharapak "Nous n’avons étayé aucune de ces allégations, même si...

Levée avec effets immédiats des sanctions contre le Niger : L’humiliant et tardif...

© Photo Twitter / @ecowas_cedeao Les chefs d'Etat des pays membres de la Communauté économique...

Il y croit toujours : « Nous vaincrons »,  affirme Volodymyr Zelensky au 2e anniversaire...

Deux ans jour pour jour après le début de la guerre, Volodymyr Zelensky a remercié les soldats ukrainiens pour leur mobilisation et...

Chantage en Russie : Le Kremlin en passe d’enterrer clandestinement Alexeï Navalny

«Ils veulent que tout soit fait secrètement et me dire “ci-gît ton fils”. Désespérée, la mère de Navalny accuse la...

Réponse du berger à la bergère : A son tour le Porte-parole de Poutine...

Pour beaucoup, c'est une grosse humiliation que le porte-parole de Poutine, Dimitri Peskov, a infligé au président américain qui avait auparavant...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :