Les implications de l’accord Rwanda-Royaume Uni

Le partenariat Rwanda-Royaume-Uni pour la migration et le développement économique prévoit le transfert au Rwanda des migrants qui sont entrés ou ont cherché à entrer illégalement au Royaume-Uni. Une fois au Rwanda, les arrivants suivront la procédure de demande d’asile ou d’immigration.

Ceux qui ne souhaitent pas rester au Rwanda seront encouragés à retourner dans leur pays d’origine ou à choisir un pays tiers.

Ceux qui choisissent de rester au Rwanda seront accueillis dans la communauté, selon le gouvernement. Le Rwanda n’a pas de politique de détention pour les migrants ou les réfugiés. Les nouveaux arrivants seront installés dans la communauté, plutôt que dans des camps comme cela a été rapporté.

“Dès le premier jour, les migrants se verront proposer des investissements en capital humain, en fonction de leurs capacités et de leurs objectifs. Cela comprend […] la formation professionnelle, la formation linguistique, l’enseignement supérieur, ainsi que les soins de santé et la protection sociale”, indique le gouvernement dans un communiqué. Les nouveaux arrivants seront en fait invités à faire partie de la communauté rwandaise.

L’accord, dont la durée initiale est de cinq ans, est complexe et coûteux. Il augmentera la demande sur l’infrastructure sociale du Rwanda et sur son système de protection sociale naissant. Pour faire face à ces coûts, le Royaume-Uni a accepté de le financer à hauteur de 120 millions de livres (156 millions de dollars).

Le financement fera partie du Fonds de transformation et d’intégration économique du Rwanda et profitera tant aux Rwandais qu’aux migrants.

Alors que l’exercice est universellement perçu presque entièrement du point de vue du Royaume-Uni, l’initiative était en fait un partenariat égal entre le Royaume-Uni et le gouvernement rwandais. Nombre de ses composantes, principalement l’incorporation des migrants dans la communauté, ont été initiées par le Rwanda.

L’approche du Rwanda à l’égard de l’accord repose sur une politique consistant à ne jamais refuser une personne cherchant refuge. En tant que peuple qui, à un moment donné, a été le plus grand pourvoyeur de réfugiés au monde, c’est un article de foi virtuel que le Rwanda accueillera toujours ceux qui ont besoin d’un refuge.

Le pays considère également que l’accord répond non seulement aux obligations internationales du Rwanda, mais aussi à la responsabilité de l’Afrique de répondre à la crise mondiale de la migration.

“Relever le défi de la migration est une responsabilité partagée entre l’Afrique, l’Europe et la communauté internationale. Chaque jeune Africain ou migrant venu d’ailleurs devrait pouvoir mener une vie digne, productive et sûre sur le continent africain”, déclare le gouvernement.

Le pays accueille actuellement environ 130 000 réfugiés provenant non seulement de la région des Grands Lacs, mais aussi d’Afghanistan, de Libye et d’Ukrainiens récemment déplacés. Le Rwanda accorde aux réfugiés le droit automatique de travailler, de créer des entreprises et d’accéder à tous les services offerts aux Rwandais ordinaires.

Lors de la conférence de presse annonçant l’accord avec le ministre rwandais des affaires étrangères, Vincent Biruta, la ministre britannique de l’intérieur, Priti Patel, a souligné que la politique du Rwanda en matière de réfugiés était l’une des raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne avait conclu cet accord avec le pays. Elle a également tenu à souligner que l’initiative était un accord de partenariat à double sens, qui ne doit pas être considéré comme un simple envoi de migrants par le Royaume-Uni au Rwanda.

“Aujourd’hui, notre approche, en tant que deux pays tournés vers l’extérieur, a conduit à la signature d’un nouveau partenariat international, qui est une première… un partenariat en matière de migration et de développement économique, entre le Rwanda et le Royaume-Uni… Il s’agit avant tout d’un partenariat, et il est clair que nous nous engageons dans un dialogue, et ce depuis plus de neuf mois maintenant. Le Rwanda a une histoire unique, en termes de réfugiés et de réinstallation, de réinstallation en particulier”, dit Patel.

“Mais d’abord et avant tout, le Rwanda est un pays sûr et sécurisé, qui respecte l’État de droit et qui dispose clairement d’une série d’institutions qui ont évolué et se sont développées au fil du temps. Et avec cela, la manière compétente avec laquelle le Rwanda a déjà fourni la réinstallation, pour près de 130.000 réfugiés de plusieurs pays”.

L’accord ne concernera que les migrants que la Grande-Bretagne identifie comme étant entrés illégalement dans le pays, et dont la plupart sont déjà en détention. S’ils ne souhaitent pas être rapatriés au Rwanda, ils disposeront de toutes les voies de recours normales pour contester le transfert. Toutefois, si l’appel échoue, ils n’auront d’autre choix que d’être renvoyés dans le premier pays sûr où ils ont atterri ou d’émigrer au Rwanda.

Alors que le Royaume-Uni fait l’objet de critiques quasi universelles concernant cet accord, au Rwanda, il est considéré comme “l’engagement du pays en faveur de la pleine intégration sociale et économique des demandeurs d’asile et des réfugiés, qui font partie de notre vision du développement économique”, selon le ministère des affaires étrangères.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Blinken en Afrique ou l’histoire d’un autre échec occidental

Il faut bien le souligner : l’élite anglo-saxonne est beaucoup plus perfide que celle de l’Hexagone. Sachant analyser les échecs de ses...

Comment la Russie veut achever l’Ukraine ?

Comment l’armée russe a adapté son opération face à la résistance ukrainienne et l’aide occidentale ? Art opératif et mobilisation permanente contre...

Selon Marthe Cécile Micca, One All Sport n’est pas un équipementier mais un...

Les équipementiers sont connus dans le monde, et même quand on fait dans le Sport automobile, One All...

Bouba Kaele, Spécialiste en Marketing estime que la Fecafoot nous entraine dans une nébuleuse

L’expert en Marketing et communication réagit en ces termes à l’annonce du nouvel équipementier de la Fédération Camerounaise...

Les USA fuient le Mali ?

Une partie du personnel de l’ambassade des États-Unis au Mali est rentrée à cause des attaques terroristes près...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :