Le travail des enfants en hausse en Afrique

Après des années de recul du travail des enfants, la pandémie de COVID a poussé de nombreux enfants africains à reprendre le travail. En conséquence, les experts et les militants des droits de l'enfant demandent des mesures plus strictes pour les protéger.

La capitale du Cameroun, Yaoundé, regorge de jeunes vendeurs. La plupart d’entre eux sont des enfants âgés de 7 à 14 ans, et ils occupent les principaux carrefours et marchés – travaillant souvent jusque tard dans la nuit.

Kevin et Léa font partie des marchands ambulants qui vendent leurs marchandises dans les quartiers populeux de Yaoundé pendant les vacances scolaires.

“Je vends de l’eau pour aider mes parents à payer mes cahiers pour la nouvelle année scolaire”, explique Kevin, 8 ans, à DW.

“Et je vends des cacahuètes pour payer mes fournitures scolaires”, a ajouté Léa, 10 ans.

Chantal Zanga, directrice d’école, est inquiète.

“Je suis contre le commerce de rue que font les enfants”, a déclaré Zanga. “L’enfant a le droit d’être protégé. Si nous les envoyons dans la rue, qui les protégera ? “.

Les enfants manquent de protection


Selon l’UNICEF, la croissance démographique, les crises récurrentes, l’extrême pauvreté et les mesures de protection sociale inadéquates ont conduit 17 millions de filles et de garçons supplémentaires à travailler en Afrique subsaharienne au cours des quatre dernières années.

Les pays africains abritent la plupart des 160 millions d’enfants qui travaillent dans le monde.

L’Organisation internationale du travail estime que plus de 72 millions d’enfants en Afrique subsaharienne – soit près d’un sur cinq – sont concernés par le travail des enfants.

Les experts estiment que des millions d’autres sont en danger en raison de la pandémie de coronavirus.

Selon l’UNICEF, c’est la première fois en 20 ans que les progrès vers l’abolition du travail des enfants sont au point mort.

C’est dans ce contexte que des experts et des militants de la protection de l’enfance se réunissent pour la 5e Conférence mondiale sur l’élimination du travail des enfants à Durban, en Afrique du Sud, du 15 au 20 mai, afin de discuter de mesures plus strictes pour la protection des enfants.

Le danger dans les rues

Les enfants vendeurs de rue en détresse sont confrontés aux dangers quotidiens de la circulation, des intempéries et des violences sexuelles. Juliette Lemana, 12 ans, vend des safous, un fruit également connu sous le nom de prune, et des plantains grillés à Yaoundé.

“Maman m’a envoyée pour vendre”, dit-elle, ajoutant que récemment une moto a écrasé sa camarade de classe.

“Parfois, nous rentrons à la maison la nuit et nous ne trouvons pas notre chemin”, a déclaré la jeune fille à DW.

La loi camerounaise interdit le travail des enfants, selon Pauline Biyong, présidente de la Ligue pour l’éducation des femmes et des enfants.

“Le Cameroun a ratifié de nombreux articles pour protéger les enfants. Ce phénomène devrait être marginal, mais malheureusement nous constatons dans nos villes que des enfants sont utilisés comme main-d’œuvre par leurs parents. Ce n’est pas normal”, a-t-elle déclaré.

La pauvreté, première cause d’exploitation des enfants
Les difficultés économiques ont contraint de nombreux enfants à travailler dans les mines d’or de Tanzanie et du Congo voisin.

D’autres, dans des pays comme le Sud-Soudan, mettent leur vie en danger en tant qu’enfants soldats.

L’Organisation internationale du travail estime que 2,1 millions d’enfants travaillent dans la production de cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana. Environ deux tiers du cacao produit dans le monde proviennent d’Afrique.

#ctaText??#  Le Caoutchouc menace les forêts d'Afrique centrale ?

Nestlé tente de redorer son image dans la culture du cacao en construisant des salles de classe pour les enfants dans les zones de culture du cacao. En outre, le conglomérat suisse s’est associé à l’UNESCO pour soutenir l’alphabétisation des femmes sur les marchés.

Malgré tous ces efforts, des enfants travaillent encore dans certaines plantations de cacao. “Le problème du travail des enfants est réel”, a déclaré à DW Toussaint Luc N’Guessan, responsable du programme Nestlé.

Les parents maltraitent les enfants
Dans les rues de Maiduguri, dans l’État de Borno au Nigeria, de nombreux enfants travaillent à la demande de leurs parents.

“Mon père m’a amené ici pour apprendre la couture”, a raconté un jeune garçon à DW. “Parfois, je gagne 150 nairas (0,36 $/0,35 €)”.

Adamu Umar – qui a 15 enfants – a admis à DW qu’il fait également travailler ses enfants comme vendeurs de rue pour compléter le revenu familial.

Mais leur engagement envers leur famille leur coûte cher, car les organisations d’aide se plaignent que les enfants sont privés de scolarité et d’éducation et donc d’une vie meilleure.

Selon l’Organisation internationale du travail, 43% des enfants nigérians âgés de 5 à 11 ans sont des enfants travailleurs, bien que les conventions internationales l’interdisent.

Des sanctions sévères pour les parents


Dans le cadre des objectifs de développement durable des Nations unies, les 193 États membres se sont engagés à prendre des mesures efficaces pour éliminer le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et les pires formes de travail des enfants – y compris les enfants soldats – d’ici 2025.

Mais les contrôles pour mettre fin à l’emploi des mineurs sont rares, selon l’organisation de défense des droits de l’enfant Plan International.

“Il nous incombe, en tant que parents, de prendre soin de nos enfants, et non pas à nos enfants de prendre soin de nous”, a déclaré Lucy Yunana, une militante des droits de l’enfant au Nigeria.

Mme Yunana a appelé le gouvernement à sévir contre cette menace en imposant des sanctions strictes.

Elle a déclaré que tout enfant pris en train de colporter ou de mendier devrait être arrêté, y compris les parents qui autorisent leurs filles à travailler comme domestiques. Les parents devraient alors payer les amendes.

De retour au Cameroun, un vaste programme appelé “vacances utiles” a été lancé au Centre pour la promotion de la femme et de la famille de Nkoldongo pour occuper les enfants.

Mais peu encouragés, certains parents préfèrent augmenter le revenu familial en faisant travailler leurs enfants.

“Les enfants doivent apprendre à chercher un revenu, ce n’est pas mal”, a déclaré à DW Gisèle, une mère qui vend des safous au marché d’Ekounou.

“Ils n’ont rien à faire pendant les vacances, et c’est normal qu’ils nous aident à préparer la rentrée des classes, au moins en achetant des cahiers. [La vie au] Cameroun est dure”.

Avec DW

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Washington confirme avoir mené des cyberopérations offensives contre la Russie

Les renseignements américains menaient des cyberopérations offensives contre la Russie afin de soutenir l’Ukraine dans son conflit contre...

Jacques Baud : « Les Russes sont plus pragmatiques que les Occidentaux »

Que se passe-t-il sur le front de l’est ? « Les pertes ukrainiennes sont massives, les forces armées perdent...

Important financement au Fonds pour l’environnement mondial

C’est un appui nettement à la hausse pour le Fonds pour l’environnement mondial ; 5, 33 milliards de...

Liste complète des nominés pour les CAF Awards 2022

La CAF a publié la première liste des nominés pour les CAF Awards 2022 qui se tiendront le 21 juillet 2022 à...

Les 8 premières villes d’affaires en Afrique, selon le dernier classement de l’indice

Statista a récemment publié son rapport sur l'indice mondial des villes d'affaires, qui détaille certaines des meilleures villes...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :