Qui gouvernera le système mondial de demain ? Pour quel type d’ordre ? Et dans quelle perspective globale ?

L’ordre européen de l’équilibre des forces entre l’Est et l’Ouest a pris fin le 24 février 2022 avec l’ouverture des hostilités en Ukraine et le principe de légitimité de cet ordre s’est effondré avec les élections du Parlement européen du mois de mai 2019, avec l’affrontement radical entre souverainistes et globalistes, quant au primat du régime politique qui fonde la souveraineté de la loi nationale ou supranationale.

La guerre en Europe et la fin du mythe européen

L’Union européenne est morte de la fin de son mythe, le déni de la guerre en Europe. Elle est morte du mépris de la dialectique historique, artificiellement apaisée et théoriquement anéantie. Elle s’est éteinte enfin de son absence de vision globale vis à vis de l’Amérique agissante.

Quel type de perspective historique reflètera la fin des combats en Ukraine dans le couloir continental de l’Eurasie entre le Khanat de la Horde d’Or des tatars turco-mongols de Crimée et l’espace légendaire qui mène à l’ancienne Novgorod de la Russie profonde ? L’ordre européen de demain ne naîtra pas d’une perspective morale unique, imposée par les Monarchies absolues sur les peuples, comme dans la paix de Westphalie (1648), ni d’un rapport mondial des forces, de conception équilibrée, avec une Sainte Alliance des Princes pour le maintien de la stabilité, comme au Congrès de Vienne (1815), après la réintégration de la France, perturbatrice pendant deux siècles, et devenue avec Talleyrand facteur de conservation et de retour à l’ancien régime. Cet ordre ne sera pas la refonte régionale des Nations unies, nées de San Francisco en 1945, après l’écrasante victoire des États-Unis sur le Japon impérial, en garants démocratiques de la paix globale. Les dirigeants de l’Occident, de l’Eurasie et du Pacifique ne se feront plus contre-poids, comme dans le concert européen du XIXe, mais ils joueront aux variables des rapports de pouvoir, de légitimité et de force à l’échelle du monde. Ce sera, dans la meilleure hypothèse, d’un ordre multipolaire, appuyé sur des alliances systémiques.

Le Leadership et l’ordre multipolaire. Qui définit la « grande stratégie » ?

Les triangulations stratégiques États-Unis, Russie et Chine et, en subordre, les allégeances opportunistes des puissances relatives émergentes conduiront à se poser fatalement la question essentielle de toute coalition : « Qui définit la stratégie ? Qui gouverne le processus de changement par les armes et qui décide du but de guerre sur le terrain des combats ? Avant de traiter du problème de la réconciliation, successive à tout conflit et des règles à définir pour une communauté internationale recomposée, résumons schématiquement les traits de la paix de Westphalie (1648), du Congrès de Vienne (1815) et du concert mondial des Nations unies (1945).

– Équilibre des forces, non-ingérence, inviolabilité des frontières, souveraineté nationale et légitimités multiples et distinctes pour le système de Westphalie.

– Quadruple Alliance (Angleterre, Autriche, Prusse et Russie), contre « l’Hydre de la Révolution » et face aux défis à l’ordre territorial (l’OTAN de l’époque), Sainte Alliance pour les menaces aux institutions et pour la préservation du « statu quo » intérieur (l’Union européenne ante litteram), en ce qui concerne le Congrès de Vienne.

– Définition des objectifs communs et légitimes, pour faire face aux crises émergentes du point de vue du droit international (pour les Nations unies).

Quelles sources d’inspiration et quels modèles d’ordre pour le monde d’après le conflit ukrainien, si la « paix des cimetières » ne régnera pas sur terre, à jamais vitrifiée par une guerre mondiale apocalyptique.

Le monde d’après, néo-machiavélien et chaotique

Il est fort probable que l’ordre planétaire de demain sera celui où des forces centripètes pourront contribuer, en apparence et très partiellement, à définir l’avenir commun et où la reconnaissance de l’unité planétaire s’accompagnera de l’acceptation du nouveau centre de gravité du monde, l’Asie-Pacifique turbulente.

Entre-temps le maintien ou le changement de l’Hégémonie (américaine), sera l’objectif prioritaire de la nouvelle phase historique, la phase néo-machiavélienne de l’histoire universelle, qui procédera de la priorité de tout système non chaotique, pour parvenir à l’établissement d’un ordre stable, au moyen d’un désordre organisé.

Ce nouvel ordre sera d’apparence démocratique pour éviter l’émergence de nouveaux centres de pouvoir et pour mieux fonder l’urgence d’un leadership ordonnateur, en Sujet-Maître de la Grande Politique. Or, puisque les grandes décisions sont toujours unilatérales, la nouvelle hégémonie sera conforme à la loi naturelle du plus fort, du plus rusé et du plus impitoyable. Le nouvel Hégémon sera de surcroît un décideur sournois, qui dispensera à chacun « sa » vérité et fera en sorte d’alimenter des guerres sans fin.

Si l’hégémonie sera l’objectif affiché pour maintenir l’unité du système, les revendications de groupes minoritaires multiples dépasseront, et de loin, le respect dû autrefois aux autorités établies et il n’y aura pas d’uniformité rationnelle des sociétés ni de théories politiques préfigurant un ordre d’avenir. La lente disparition des vieilles doctrines du sacré et de l’immortalité de l’âme, ne permettront pas de faire porter aux Églises une part de la légitimité assurée autrefois par « l’unité des deux glaives », du Trône et de l’Autel. Le seul principe calculable de la rationalité politique, la « Raison d’État » ou le visage patriotique de « l’intérêt national », se succèderont selon les cycles aristotéliciens des formes pures et des formes corrompues, dans une conjoncture de transition systémique et de naissance de nouveaux paradigmes. Par ailleurs la diffusion des critiques au concept de hiérarchie et de suprématie sociale, provoquera une accélération dans la dissolution des sociétés traditionnelles, qui avaient trouvé une forme de défense dans les doctrines de la foi et dans le partage de la souveraineté dans les vieilles terres d’Europe, d’Afrique et d’Amérique.

Le non-engagement et le débat sur l’aide militaire

Face à la « menace russe » les pays d’Europe centrale (Pologne, Hongrie, États baltes), obligés de choisir entre l’unité de façade proposée par l’Union européenne et l’exigence de protection et de sécurité, garantie par Hégémon à travers l’OTAN, choisiront l’asservissement à Hégémon et la guerre contre l’ennemi désigné, voulue par le leader de bloc. Ainsi la vassalité de l’Europe centrale vis à vis de l’Amérique deviendra une nécessité politique et militaire, afin de décourager implicitement l’Allemagne de vouloir unifier demain, le continent par la force, en jouant la carte d’une nouvelle entente stratégique avec Moscou, une réédition de l’Ostpolitik contre les puissances passives de l’Ouest et les illusions politiques de la France de préférer le verbe à l’action et la politique intérieure à la politique internationale et continentale. Au-delà de cet horizon, l’équilibre entre les rivalités européennes se prolongera en une recherche constante des équilibres de pouvoir entre l’Europe occidentale et le reste du monde, autrement dit les puissances montantes du Golfe, de l’Eurasie et de l’Indo-Pacifique. Et ce même équilibre s’étendra à la sphère religieuse, mobilisant l’Islam et l’univers musulman, comme nouveaux et puissants perturbateurs. Ainsi, face à la crise ukrainienne qu’elle aura contribué politiquement à créer et qu’elle aura successivement alimenté en armements (une enveloppe de 1,5 milliards d’euros en 2022, au titre de la « facilité européenne pour la paix », face à 33 milliards de dollars proposés par J. Biden au Congrès), l’Europe survivra-t-elle au défi existentiel du XXIe siècle, dans la recherche d’un ordre mondial qui exige entre partenaires d’alliance un rapprochement des stratégies et des visions du monde, au lieu d’une évolution conflictuelle et d’un affrontement systémique et civilisationnel, conforme aux intérêts américains ?

Neutralité et allégeance politique

Un débat, au même temps qu’un combat, est en cours en Europe occidentale sur l’aide militaire et le soutien humanitaire aux populations civiles ukrainiennes, dont la « limite » est représentée par le concept de « non-belligérance », décidé par Moscou. La neutralité politique et non morale, exigée par la Russie à l’adresse de l’Ukraine vis à vis des occidentaux fait partie d’une diplomatie risquée, qui condamne Kijiv au combat et éloigne les perspectives de compromis et de sortie de crise. D’autre part la ligne idéologico-politique, suivie par la Chine et par les pays non-engagés, tache d’éviter qu’ils ne subsistent que deux camps, deux sortes de pays et deux types de régimes aux prises. Pariant sans vraiment y croire sur la victoire de Kijiv sur Moscou, l’Amérique entend clairement affaiblir et épuiser la Russie, par personne interposée, et pousser Zelenski au combat, jusqu’au « dernier homme ». Or, dans l’éloignement d’un compromis, imposé par les Américains à leur agent de Kijiv, comment l’Europe doit elle se définir par rapport aux cinquante-huit pays qui, aux Nations unies, n’ont pas voté la censure contre Moscou pour son initiative militaire, dictée par son exigence de sécurité et de cohésion intérieure ? Quant au thème de la neutralité, proposée au futur statut de l’Ukraine, la mesure proposée, qui demeure toutefois un des enjeux majeurs du conflit, la finalité d’ordre diplomatique et militaire est moins d’obtenir la capitulation de Kijiv, que d’interdire son entrée dans l’OTAN. La forme que pourra prendre cette neutralité constituera une option géopolitique à convenir entre les belligérants et la communauté internationale, puisqu’ils auront le choix, entre neutralité armée (Suède et Suisse), neutralité désarmée (Finlande et Autriche) et une forme générique de neutralisme, qui a confondu, par le passé, une singularité géopolitique (Yougoslavie) et une option idéologico-politique, correspondant à tous les pays qui n’appartenaient pas explicitement à aucun bloc ou regroupement militaire.

La France et les défis diplomatiques d’Helsinki (1975)

Au titre d’une rétrospective historique, l’issue de la première « guerre froide » a comporté le remplacement des tensions et des crises par le développement d’une coopération paneuropéenne entre nations indépendantes, situées entre l’Atlantique et l’Oural. Ceci a impliqué pour la France, de considérer le pan-européisme comme un moyen pour dépasser l’ordre bipolaire. L’Acte final d’Helsinki réaffirmant le « statuquo » politique et territorial de l’Europe, proclamait la possibilité du changement pacifique des frontières, défendant le principe westphalien de la souveraineté et de la « non-ingérence », à propos des dispositions dites « humanitaires » (échanges de personnes, informations et idées). L’interprétation des pays de l’Est, opposés à la diffusion du « virus de la liberté », soutenue par les occidentaux se fit au nom du traité de Westphalie. En réalité, la lecture qu’en fit chaque partie fut absolument contradictoire, car le vocabulaire commun cachait des réalités politiques divergentes et antagonistes. Les défis diplomatiques d’Helsinki créèrent une désidéologisation de la détente et un dépérissement des blocs, anticipant l’émergence du tripolarisme dans le monde. Face à une situation pour beaucoup similaire le temps n’est-il pas venu de reprendre la tentative d’un Helsinki-2 ?

L’Acte Final d’Helsinki (Août 1975) et la naissance d’une diplomatie triangulaire

L’Acte Final d’Helsinki, marqua la transition de la bipolarité à la diplomatie triangulaire et le début d’une détente qui ne pouvait être limitée aux États. L’actualité de la Conférence d’Helsinki repose aujourd’hui sur le renversement du « jeu d’antagonismes asymétriques » entre Washington-Pékin et Moscou. De facto, l’antagonisme sino-américain a pris le dessus sur le rapprochement russo-chinois, qui était à l’époque improbable, ainsi que sur les relations russo-américaines de stabilisation et de prolongement du Traité New Start concernant le réarmement par la maîtrise des armements. L’influence de l’Acte final sur la scène diplomatique influa, à l’époque, sur le dégel des alliances bipolaires (OTAN, Pacte de Varsovie) compte tenu de la crainte de la part de chaque acteur d’une coalition des deux autres contre lui. Cette Conférence permit en Europe l’encadrement de l’Ostpolitik de Willy Brandt pour le règlement diplomatique de la « question allemande » et la normalisation des relations entre RFA et RDA.

#ctaText??#  La Russie affirme avoir trouvé encore deux laboratoires militaires sur les territoires libérés du Donbass
Changements de l’échiquier géopolitique et esquisse de prospective stratégique

Le conflit ukrainien actuel, qui a abouti au « Coup d’État de Maïdan » (février 2014), au « retour de la Crimée » à la Russie et au conflit séparatiste concomitant de l’Est de l’Ukraine (Donetsk, Lougansk), a visé à saper l’influence de la Russie et le danger qu’elle représente, aux yeux des États-Unis, dans l’espace post-soviétique et dans le monde post-occidental. L’ensemble des dynamiques mentionnées, promues au nom de la démocratie, permet de brosser une esquisse de prospective stratégique, mettant en valeur les caractéristiques générales de la conjoncture.

Les éléments retenus interfèrent entre eux et affectent le système dans son ensemble, par leurs répercussions d’ordre général.

Ils concernent :

– les hypothèses de conflits entre pôles et les scénarios de belligérance entre alliances continentales et alliances insulaires ;

– la stratégie à adopter par Hégémon vis à vis d’une grande coalition eurasienne et anti-hégémonique (Russie, Chine, Iran) ;

– les incertitudes des nouvelles « coalitions multipolaires » dans un contexte de bipolarisme sous-jacent (Chine-USA) ;

– le système de sécurité ou de défense collectives, qui échappe en large partie aux organes existants (ONU, OTAN, autres…) et aux instances de gouvernance actuelles (G7, G20), et cela en raison des variations de la « mix security » ;

– les combinaisons croisées de la « Balance of Power » et de la « Balance of Threats » ; la première  pratiquées par les puissances traditionnelles et la deuxième par les puissances montantes (comme mélange de menaces et de vulnérabilités) ;

– la démocratisation du feu balistico-nucléaire (ADM) et la généralisation multiforme de nuisances et de terrorisme (Iran, Corée du Nord…) ;

– la dominance offensive de la cyber-guerre et des guerres spatiales, qui induit une modification du rapport de forces entre attaquants et défenseurs (avec une prime à l’attaquant) ;

– l’asymétrie, les guerres hybrides et les conflits non maîtrisées ;

– une tentative d’isolement international de la Russie, comportant une multitude de sanctions économiques et financières, personnelles et de groupe, à l’efficacité douteuse. Ces mesures, impliquant une logique de rétorsions, frappent en retour l’Allemagne (Nord Stream 2) et les autres pays européens, suscitant une fracturation de l’unité de camp occidental, déjà compromise par la subordination de la démocratie à l’Hégémonie.

Ainsi les institutions universelles, de débat et de prévention, comme foyers de médiation, d’élaboration de règles ou de leurs contestations (ONU, etc.), ont été reléguées à des missions de sécurité collective et à la gestion mineure des tensions

Trois observations incitent cependant à la réflexion

Pour la première : la distribution des alliances s’effectue en fonction d’un choix systémique, qui discrimine, comme toujours, entre puissances du « statu quo » et puissances perturbatrices, puissances terrestres et puissances thalassocratiques et concerne principalement l’étreinte de la Russie et de la Chine.

La deuxième vaut l’observation de R.Aron, formulées dans les années soixante selon lequel il ne suffit pas de parler de pôles, mais de savoir que sont politiquement et concrètement ces pôles.

Quant à la troisième, la criminalisation de la guerre, rendue exemplaire au procès de Nuremberg pour « Complot contre la Paix » et visant à faire passer l’agression hitlérienne comme crime international, incitant au châtiment des responsables, soulève une objection juridique dans son application éventuelle, même figurée à Poutine, qui tient d’une part au concept de crime et de l’autre à la figure qui l’incarne. S’agit-il de punir l’État ou le Chef de l’État ? Dans le premier cas la sanction souhaitée concerne la souveraineté, dans l’autre des personnalités identifiées (Poutine et ses plus proches oligarques), au moyen desquelles l’État russe est punissable pour les crimes contre la paix et pour les crimes de guerre (thèse des Américains et des médias mainstream). La seule hypothèse applicable serait celle de Winston Churchill, « One man, one man alone ! », lorsqu’on peut prouver que la totalité absolue des pouvoirs étaient dans les mains d’un seul homme, incarnant un État criminel. Dans ce cas, il faudrait que la communauté des États ait adopté le juridisme le plus formel, selon lequel « la guerre est mise hors la loi ». Ce qui n’est pas le cas, puisque la guerre, « ultima ratio regum », demeure légale et légitime. Devant les difficultés que soulèvent les deux hypothèses, les occidentaux, mélangeant morale et politique, opinent pour la responsabilité individuelle, impossible à adopter, mais utile pour démoniser l’adversaire dans une campagne acharnée d’illations et de propagande.

La guerre en Ukraine, l’aide militaire et ses répercussions politiques aux États-Unis

La guerre en Ukraine a relancé un débat aux États-Unis entre les deux courants de pensée, les idéalistes interventionnistes, défenseurs de la démocratie libérale et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et les réalistes classiques, porteurs du souverainisme et nationalisme américains, sur le rôle des États-Unis dans le monde. En l’absence d’un débat équivalent en Europe, le bilan européen ne va pas plus loin d’un appel, générique et peu engageant, sur l’indépendance politique et l’autonomie stratégique et touche indirectement, surtout en France, le débat sur la souveraineté et la supranationalité, ainsi que le fondement, démocratique ou technocratique de leur pouvoir. Il investit le domaine du multilatéralisme et de ses institutions (UE, ONU, institutions de Bretton Woods, FMI, BM…) et donc le rapport entre autorités fonctionnelles et autorités politiques dans la scène internationale. Il a été remarqué (L. Nardon. Le Monde du 5 mai) que, pour le secrétaire d’État, Antony Blinken, la guerre en Ukraine est la transposition du débat interne entre républicains-populistes et idéalistes-progressistes, intégrant l’Ukraine et l’Europe centrale dans une zone de redéfinition de la géopolitique américaine, dont la posture prioritaire est représentée par la menace de l’Empire du milieu. Ainsi l’issue de cette crise, à caractère régional, est resituée à un baromètre des relations globales entre Washington et Moscou.

La reconfiguration du pouvoir international. Problèmes régionaux et « balance » mondiale

Le chef d’état-major des armées françaises, Général F. Lecointre (photo), après avoir rappelé que « le risque de conflit va s’accroître d’ici à 2030 » (Le Figaro du 22-23 mai 2021), a conclu son jugement sur la conjoncture stratégique actuelle par la formule « Nous allons vers une réorganisation de l’ordre du monde ». L’examen de ce procès est tout autant de nature politique que stratégique, et vise l’aspect régional et global de la sécurité, par une vue d’ensemble de la conjoncture, « car le cours des relations internationales reste suprêmement historique : en toutes les acceptions de ce terme » (R.Aron). À ce propos et sur le plan politique, le théâtre européen élargi (par l’inclusion des crises en chaîne, allant des zones contestées de l’Europe orientale au Moyen-Orient et donc des Pays Baltes, Bélarus et Ukraine au Golfe et à l’Iran, en passant par la Syrie et par la confrontation israélo-palestinienne), peut-devenir soudainement l’activateur d’un conflit interétatique de haute intensité. Cette hypothèse n’est pas nulle et nous pousse à la conjecture que la clé, déterminante et finale, de l’antagonisme régional en Europe, dont l’enjeu est la suprématie d’un État sur le continent, par le contrôle de sa zone d’influence est, aux yeux des occidentaux, la répétition par la Russie des aventures des grands États du passé (Espagne, France et Allemagne). La conclusion d’une pareille aventure se situerait dans la bordure continentale et maritime de l’Eurasie et dans la stratégie du Rimland du monde. Autrement dit, à la frontière indécise entre les problèmes régionaux irrésolus, en Europe ou ailleurs, et les équilibres stratégiques de la « Balance of Power » mondiale, pivotant désormais sur le système asiatique, devenu central. Ainsi, l’actuelle progression vers une guerre générale repropose aux décideurs le dilemme classique, hégémonie ou équilibre des forces, comme dans les guerres du passé. Or, suite à la constitution d’un système asiatique autonome autour de la Chine, comme centre de gravité mondial, la victoire finale, dans un affrontement général, pourrait échapper à la coalition des puissances maritimes, le Rimland, par l’impossibilité d’une conquête ou reconquête de l’Eurasie de la part de l’Amérique et de ses forces coalisées et vassales. Au sein de la triade, Russie, États-Unis et Chine les deux plans d’analyse, régional et planétaire, présentent des interdépendances conflictuelles majeures et caractérisent cette conjoncture comme de « révolution systémique », plus encore que de « transition hégémonique ». Par le biais de la sécurité régionale nous percevons clairement que se met en place une autre organisation de l’ordre du monde et que cet ordre se structure autour d’une compétition sans nuances entre Chine et États-Unis, dans laquelle chaque pays est obligé de choisir son camp, y compris la Russie, qui perdrait son rôle traditionnel d’équilibre.

En ce qui concerne l’Europe, qui a inventé tous les concepts-clés de la vie internationale, la souveraineté, l’État-nation, l’équilibre des forces, l’empire universel et la jalouse émulation ; elle demeurera le seul ensemble du monde moderne à ne jamais avoir connu de structure politique unifiée.

Ainsi en Europe de l’Ouest, dépourvue d’unité et d’identité politique et militaire, la confrontation colporte une déstabilisation des régimes au pouvoir et des formes de sociétés, au cœur desquels s’affrontent des héritages ethniques et culturels antinomiques. Depuis 1945 et le processus de décolonisation l’Europe a perdu la force et la confiance en elle-même, qu’elle a remplacé par le règne de la morale et de la loi, aggravé par l’égarement de ses intérêts et de son rôle. Par ailleurs, déshéritée par le Saint Esprit de la Realpolitik, la construction bureaucratique qui lui a succédé, lui a interdit initiatives et risques, faisant d’une médiocrité souveraine, la reine de toutes les batailles.

Quant aux aspects géopolitiques et stratégiques, la crise des démocraties occidentales engendre deux tentatives contradictoires, l’exigence de compenser les faiblesses internes de l’autorité et de l’État, marquées par le terrorisme et par l’ennemi islamique et la subordination accrue à l’alliance atlantique, l’OTAN. La recherche européenne d’une autonomie politique et d’une indépendance stratégique, assurant un équilibre géopolitique entre l’Est et l’Ouest, résulte de la tentative d’échapper aux contraintes de sécurité mondiale et d’une crise asiatique majeure, sous peine, pour l’Europe, de disparaître totalement et de perdre sa marge résiduelle de liberté d’action vis à vis de la Russie et de la Chine. Dans une pareille situation, la Chine, puissance extérieure à l’Europe, mais dominante en Eurasie, serait bénéficiaire d’une lutte à mort entre l’Occident et la Russie et marquerait la prééminence finale sur le monde connu.

par Irnerio Seminatore.

source : Enderi

via Euro-Synergies

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La Chine resserre le nœud coulant autour du cou de Taiwan

Ces deux derniers jours, il ne semblait y avoir aucune autre nouvelle dans le monde que la visite à Taïwan de la...

« Je veux m’assurer que la vie de Glencore soit un enfer »Akere Muna

L’avocat international entend en tout cas se battre pour qu’elle, l'affaire Glencore, continue de faire les gros...

Nancy a bravé le dragon chinois mais a-t-elle gagné

N’est-ce pas ? Pas vrai ?! Et bien…… Oui,...

Washington se cache derrière une vieille dame pour provoquer la Chine

Les États-Unis viennent de nous montrer qu’ils peuvent descendre encore plus bas que leurs créatures ukro-nazies du bataillon Azov, passés maitres dans...

La bombe suprême tranchera la guerre

Washington est « profondément préoccupé » par le fait que Moscou utilise maintenant l’usine comme base militaire et tire sur les forces ukrainiennes autour...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :