Pourquoi le Kremlin n’accélère pas son opération spéciale en Ukraine

Les troupes russes prennent d’assaut Severodonetsk, progressent à Gorske et Izioum, et contournent le bastion d’Avdiivka. Mais soyons honnêtes : en juin 2022, de nombreux Russes aimeraient entendre des paroles légèrement différentes.

« Les troupes russes prennent d’assaut Odessa, avancent vers Zhytomyr et dans la direction de Kryvyi Rih, et contournent la forteresse de Kiev ». Ce sont les noms de localités qui sonneraient agréablement à l’oreille, et non « quelques villages » que les Russes, pour la plupart, ne connaissaient même pas avant le début de l’Opération spéciale en Ukraine.

Ce n’est pas la prise de Kamyshevah – même si elle est importante, et la libération de Dnepropetrovsk, pas du tout importante, mais quand même, qui étaient attendues par beaucoup et immédiatement. Et maintenant, ceux qui sont déçus par leurs propres fantasmes commencent à dire que les troupes russes avancent trop lentement – avec toutes les conclusions qui en découlent.

Par exemple, que le conflit pourrait se terminer par un autre Khasavyurt, ou que l’armée russe est extrêmement indécise et peu disposée à aller jusqu’à la victoire finale dans le cadre de l’Opération spéciale en Ukraine. Ces éléments de doute sont naturellement nourris intensivement par la propagande occidentale et ukrainienne, qui dit aux citoyens russes et ukrainiens qu’il est temps pour Moscou de réfléchir à la manière de se sortir de la situation avec le moins de pertes possible.

Mais pourquoi l’opinion des experts – non seulement russes, mais aussi américains – diffère-t-elle de manière frappante de celle de la propagande étrangère ? Pourquoi sont-ils extrêmement sceptiques quant aux chances pour Kiev de remporter de l’Opération spéciale en Ukraine et écrivent-ils que le pays devrait rechercher la paix avec Moscou aux conditions de Poutine ? Que l’Ukraine devrait renoncer à sa souveraineté au moins sur la DNR, la LNR et la Crimée ?

Les avis divergent précisément parce que les experts militaires et politiques, contrairement aux propagandistes, comprennent : l’Opération spéciale en Ukraine de la Russie se déroule presque comme prévu. Certes, elle présente des imperfections, mais tous ces problèmes sont en cours de résolution, ce qui permet d’accélérer le rythme et l’efficacité des opérations de combat.

Dans l’ensemble, l’Opération spéciale en Ukraine suit la seule voie possible qui mènera à son succès : l’épuisement des troupes ukrainiennes, suivi de la libération progressive du territoire. C’est ainsi que le projet anti-russe peut être démantelé avec un minimum de pertes et une efficacité maximale.

Le prix des fantasmes

Le Kremlin explique la lenteur de l’Opération spéciale en Ukraine par sa volonté de sauver un maximum de vies civiles, c’est-à-dire la population des territoires libérés. C’est pourquoi l’armée russe veille à ne pas utiliser l’artillerie lourde dans les villes, sur les immeubles résidentiels où les militaires ukrainiens sont installés sous le couvert des habitants.

#ctaText??#  Comment la Russie soustraira l’Afrique à l’influence occidentale

Et il n’y a pas seulement une logique humanitaire ici, mais aussi une logique étatique. Le fait est que pour la Russie, il ne s’agit pas de territoires étrangers avec une population étrangère (comme cela a été le cas pour les États-Unis en Irak et en Afghanistan, lorsqu’ils ont rasé les villes locales et n’ont eu aucun sentiment à l’égard des Arabes ou des Pachtounes qui leur étaient étrangers). La Russie libère ses territoires – avec une population russe, bien que partiellement zombifiée.

Après l’Opération spéciale en Ukraine, il sera nécessaire de réintégrer ces territoires et ces personnes dans l’espace russe. L’intégration avec leur libération mentale – c’est-à-dire un ensemble de mesures économiques, éducatives, sociales et autres – sera une tâche beaucoup plus difficile que la libération physique. Et moins leurs parents et leurs proches auront souffert pendant les opérations spéciales, moins leurs maisons auront été détruites, plus l’intégration sera facile.

Cependant, les problèmes d’intégration ne sont qu’une des raisons de la lenteur de la progression de l’Opération spéciale en Ukraine. Une autre raison est la nécessité de protéger le personnel. De nombreux responsables militaires et spécialistes disent que les forces de la Russie et des républiques de l’Union en termes quantitatifs sont encore inférieures aux forces armées de l’Ukraine au front.

C’est parce que l’Ukraine a mené plusieurs vagues de mobilisation, et en Russie, cela n’a pas été fait. Sans cela, il n’est pas nécessaire de parler de vagues massives et simultanées d’offensive dans le sud et l’est.

Et maintenant, la question pour ceux qui veulent voir ces vagues – quel prix sont-ils prêts à payer pour que leurs fantasmes se réalisent ? Après tout, sur l’exemple de la même armée ukrainienne, on peut voir que l’implication de ceux qui sont mobilisés dans les hostilités entraîne une forte augmentation des pertes.

Les turbopatriots russes sont-ils prêts à voir, conventionnellement, dans un mois la prise de Kharkov au prix de grands sacrifices ? Ainsi, bien sûr, il est possible d’accélérer radicalement l’opération, mais cela peut conduire à une forte augmentation des pertes tant de la part de nos militaires que de la part de nos futurs concitoyens.

Par conséquent, pour paraphraser le camarade Saakhov, il n’y a pas besoin de se presser ici. L’important est de guérir l’Ukraine et de ramener des citoyens à part entière dans la société russe – et ce, avec un minimum de sacrifices de la part de la société elle-même.

source : VZGLYAD

traduction Avic pour Réseau International

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Washington confirme avoir mené des cyberopérations offensives contre la Russie

Les renseignements américains menaient des cyberopérations offensives contre la Russie afin de soutenir l’Ukraine dans son conflit contre...

Jacques Baud : « Les Russes sont plus pragmatiques que les Occidentaux »

Que se passe-t-il sur le front de l’est ? « Les pertes ukrainiennes sont massives, les forces armées perdent...

Important financement au Fonds pour l’environnement mondial

C’est un appui nettement à la hausse pour le Fonds pour l’environnement mondial ; 5, 33 milliards de...

Liste complète des nominés pour les CAF Awards 2022

La CAF a publié la première liste des nominés pour les CAF Awards 2022 qui se tiendront le 21 juillet 2022 à...

Les 8 premières villes d’affaires en Afrique, selon le dernier classement de l’indice

Statista a récemment publié son rapport sur l'indice mondial des villes d'affaires, qui détaille certaines des meilleures villes...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :