Aveux-choc d’officiers sionistes

La puissance de la Résistance ne cesse de se renforcer face à un Israël dont les politiques semblent échouer, reconnaissent deux généraux de l’armée israélienne.

Presque quotidiennement, on entend sortir des milieux miliaires israéliens des aveux de faiblesse sur la soi-disant donne de dissuasion, tout comme on entend dire que le régime israélien n’est prêt à entrer dans aucune nouvelle guerre. L’agence de presse Tasnim relate de deux brigadiers généraux de réserve de l’armée israélienne qui expriment leur profonde inquiétude quant au renforcement des mouvements de résistance palestinien Hamas, et libanais Hezbollah, sans manquer de parler de la République islamique d’Iran.

Dans une interview avec la chaîne 13 de la télévision israélienne, le général de brigade réserviste, Zvika Fogel, a exprimé comme suit ses inquiétudes : « L’Iran est sur le point de devenir une puissance nucléaire ; le Hamas et le Hezbollah aussi ne cessent de se renforcer ; tandis que nous nous leurrons en nous disant que la situation est plutôt calme. Nous ne nous rendons apparemment pas compte que les Israéliens ne peuvent plus se sentir en sécurité. Nous avons fait preuve de négligence envers la région de Néguev, tandis que sur le font Nord, non plus, nous ne pouvons pas nous déplacer facilement. »

« En effet nous sommes tous les jours giflés par la réalité. Plus de 10 000 missiles du Hamas et 160 000 missiles du Hezbollah sont braqués sur Israël ; et nous savons tous que ces missiles ne sont pas là pour rouiller dans les stocks. Ils vont devoir être tirés un jour en direction d’Israël. Au lieu de répéter des menaces de guerre ou des propos rassurants sur le calme ou la disposition de nos forces armées, nous avons intérêt à nous soucier de notre avenir… »

Son camarade, Kobi Marom, général de brigade lui aussi de la force de réserve israélienne, a reconnu, à l’antenne de la chaîne 12 de la télévision israélienne, que le mouvement de résistance palestinien Hamas l’a remporté face à Israël sur tous les plans, ce qui éveille, selon lui, l’exigence pour le régime israélien de changer de politique.

« Face au Hamas, la guerre sur le plan de l’opinion publique n’est pas moins importante que la confrontation militaire ; alors que les Israéliens ne peuvent pas se sentir en sécurité, le Hamas s’occupe, sans gros problème, de reconstruire des zones endommagées au cours de guerres cette dernière année dans la bande de Gaza. »

Plus tôt dimanche 19 juin, dans une interview avec cette même chaîne de la télévision du régime sioniste, l’ancien patron du renseignement militaire israélien, Amos Yadlin, a évoqué les grands et sérieux défis auxquels est confronté le régime israélien, en se focalisant sur la peur des sionistes envers l’Iran et le Hezbollah.

Amos Yadlin, estime que le régime israélien sioniste est « confus » sur le dossier nucléaire iranien, autrement dit, face à l’Iran, Israël a perdu toute direction.

« La deuxième question préoccupante, à laquelle ils [les dirigeants israéliens] n’avaient pas suffisamment prêté attention, est la question du projet des missiles de précision du Hezbollah. Cela sera le deuxième front de confrontation, et la Syrie qui est le troisième front », insiste le général de division sioniste.

« J’ai suivi la politique intérieure d’Israël. Nous sommes face à de grands défis avant la fin de l’année », a-t-il ajouté.

En effet, à deux reprises, à savoir, en 2000 et 2006, le régime sioniste a tenté d’occuper le Liban en s’appuyant sur une soi-disant suprématie de son armée de l’air ; en vain. Le régime occupant a réalisé qu’il était incapable de contrer les missiles du Hezbollah. Une fois terminée la guerre de juillet 2006, le régime israélien a réalisé que le Hezbollah libanais n’a non seulement renforcé ses arsenaux de missiles, mais il s’est équipé de systèmes de DCA avancés capables d’intercepter sans difficulté les drones et missiles israéliens.

Il va sans dire que la Résistance libanaise réserve de belles surprises balistiques aux sionistes ; lors d’un récent discours, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a indiqué que la puissance aérienne du Hezbollah ne se limitait pas aux missiles ; « les drones aussi sont officiellement entrés dans la donne de la dissuasion qu’impose désormais la Résistance ». Toujours est-il que les services de renseignement israéliens cherchent depuis deux décennies à découvrir les capacités et les équipements militaires à la disposition de l’unité aérienne du Hezbollah. Les lignes qui suivent résument les informations qu’ils ont obtenues à ce sujet.

Canons antiaériens

– Le canon mitrailleur antiaérien AZP S-60, équipé de radar, capable d’intercepter des cibles à des altitudes de 4000 et 6000 mètres ;

– Le canon antiaérien automoteur ZSU-23-4 Shilka, équipé de système de vision nocturne infrarouge, capable d’intercepter avec feu lourd des cibles à une altitude de 1500 mètres avec une portée de 2500 mètres.

Missiles tirés à épaule

– Le 9K32 Strela-2, désigné par l’OTAN SA-7, un système de missile sol-air portatif courte portée équipé de système de guidage thermique ;

– Le 9K34 Strela-3, désigné par l’OTAN SA-14, un système de missile sol-air portatif courte portée, plus avancé que le Strela-2, ayant un système de guidage infrarouge, capable de frapper des avions avec une portée de 4500 mètres, à une altitude de 1800 à 3000 mètres ;

– Le 9K38 Igla, un système de missile sol-air (anti-aérien) portatif à guidage infrarouge, ayant une tête explosive et une vitesse accélérée par rapport aux Sam-7 et Sam-14, avec une portée allant jusqu’aux 5200 mètres et une capacité d’atteindre une altitude de 3500 mètres ;

– le QW, un système de missiles sol-air portatif courte portée à guidage infrarouge, capable de frapper des cibles aériennes à une altitude de 4 kilomètres, avec une portée de 5 kilomètres.

Lanceurs de missiles fixes et amovibles

– Le Sam-8 est un système de missiles sol-air capable de frapper des cibles à basse altitude. Le Sam-8 est le premier système d’artillerie antiaérienne mobile combiné avec un radar ; le tout installé sur un véhicule. Le véhicule-lance-missile Sam-8 se prépare à tirer en l’espace de 5 minutes et est capable de se déplacer sur terre et sur l’eau. Ses missiles volent à une vitesse de 1020 mètres, ont une portée de 15 kilomètres et visent des cibles à une altitude de 12 kilomètres. Le missile Sam-8 a la réputation de pouvoir écarter les brouillages électroniques.

– Le Sam-17 également connu sous le nom de Bouk-M1-2, Code OTAN SA-17 Grizzly, système antiaérien polyvalent mobile de moyenne portée, avec une précision de tir allant jusqu’à 90 à 95%, et un puissant système d’interception pouvant se verrouiller à la fois sur six cibles. Certains tests balistiques laissent évaluer à 24 le nombre des cibles que le Sam-17 est capable d’intercepter en même temps. Ce système de missiles a prouvé sa performance pour frapper et détruire des hélicoptères, des avions de chasse et des missiles aériens, à une altitude allant jusqu’à 25 kilomètres, et contre les cibles terrestres y compris des véhicules lourds, même les cibles navales comme les frégates et les navires de guerre. Les missiles Sam-19 du Hezbollah sont longs de 6 mètres avec une vitesse de 1230 mètres par seconde, avec une grande puissance de destruction.

– Le missile Sam-22 qui a fait preuve d’une performance impressionnante surtout contre l’armée de l’air israélienne en Syrie. Ce missile profite d’un système d’interception à deux étapes, étant capable de voler jusqu’à une altitude de 15 kilomètres avec une portée de 18 kilomètres et une vitesse de 780 mètres par seconde.

SOURCE: FRENCH PRESS TV

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Burundi. D'après les bruits qui courent dans la région, suite à...
« Nous nous vengerons des martyrs du CGRI et du...
Il semble évident que le sabotage de North Stream...

Autres actualités

Polémique autour de la Chinafrique : Accusée de toutes parts la Chine contre-attaque (The...

 Le commerce est-il toujours dynamique, en forte baisse ou totalement insignifiant ? A l'heure où l'inflation mondiale atteint de nouveaux sommets et...

Mouvement d’humeur : Au Cameroun, les enseignants de nouveau en grève pour une...

En cause, les promesses non-tenues du gouvernement (non paiement de leurs salaires malgré de nombreuses années de retard) et l'inertie du même...

Pourquoi la jeunesse africaine détient la clé de son potentiel de développement

Pour les spécialistes du développement humain, la croissance démographique n'est pas un sujet de plaisanterie. D'ici novembre 2022,...

La déclaration de guerre

Il semble évident que le sabotage de North Stream 1 et 2, ne peut être qu’occidental. Polonais, britannique ou...

Burkina Faso : Comment le nouveau coup de force a été acté

Son départ était réclamé à Ouagadougou par des centaines de manifestants favorables au capitaine Ibrahim Traoré, 34 ans, qui avait annoncé sa destitution,...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :