OTAN, honte et ruine pour l’Europe

Les deux grandes guerres économiques du XXe siècle, la Première et la Seconde Guerre mondiale, ont été déclenchées par la politique britannique visant à empêcher toute puissance d’être hégémonique en Europe. Ni le Kaiser n’était un impérialiste irrécupérable, ni Hitler ne voulait conquérir une Europe dont il savait qu’elle orbiterait autour de 100 millions d’Allemands réunifiés en 1938 et qui, par le poids même de son économie, servirait de pôle autour duquel le « nouvel ordre européen » serait construit. Le résultat des deux guerres mondiales a été la défaite de l’Europe. Il ne reste rien de la paix de Versailles. De la conclusion de la Seconde Guerre mondiale, il reste l’OTAN, ce résidu infâme qui n’aurait jamais dû voir le jour et qui n’a été que la reconnaissance de la vassalité de l’Europe envers les États-Unis. Le problème, aujourd’hui, est que les États-Unis sont un « empire » en déclin, non viable à court terme, déstabilisé de l’intérieur et qui, à tout moment, pourrait s’effondrer, non pas en raison de menaces extérieures, mais en raison d’un effondrement interne. Rien de tout cela ne semble importer aux gouvernements européens. Toujours emprisonnée dans la dynamique de la guerre froide et émasculée par la gauche « altermondialiste », par les « éco-pacifistes » et par une droite qui se reconnaît dans le « modèle américain », l’Europe se meurt à la même vitesse que la « capitale impériale ».

De la CECA à la CED, du charbon et de l’acier à la défense

En 1945, l’important était de reconstruire l’Europe et de prendre conscience du pourquoi et du comment des deux conflits mondiaux, de prendre conscience aussi qu’ils avaient été provoqués.

Tous les politiciens européens n’étaient pas aveuglés par les « opérations psychologiques » qui avaient présenté d’abord le Kaiser comme l’agresseur, puis Hitler comme une bête assoiffée de sang. Des gens comme Jean Monnet et Robert Schuman étaient conscients qu’il y avait un conflit entre l’Allemagne et la France au sujet du charbon et de l’acier, mais qu’il pouvait être réglé simplement en établissant des pactes mutuels durables et en réorganisant l’économie européenne.

C’est ainsi que la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) est née en 1951, réunissant la France, la République fédérale d’Allemagne, l’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Cet accord historique a mis fin à trois guerres qui avaient handicapé trois générations de Français et d’Allemands et qui avaient toujours été stimulées par la politique britannique traditionnelle depuis le XVIIIe siècle : empêcher toute puissance européenne d’être hégémonique sur le continent et torpiller toute tentative de formaliser un accord Paris-Berlin-Moscou.

La CECA a été « acceptée » par le président Truman. Après tout, à l’époque, les États-Unis étaient engagés dans la guerre de Corée et devaient maintenir leur alliance avec les États européens. Ce n’était pas le meilleur moment pour leur tirer les oreilles. Sans oublier qu’en 1951, l’URSS avait déjà effectué des essais nucléaires à Semipalatinks. Les États-Unis, à cette époque, ne pouvaient donc avoir aucune friction avec leurs « alliés » européens.

Cependant, lorsque René Pleven, chef du gouvernement français, Jean Monnet et Robert Schuman proposent la création d’une « force armée européenne » l’année suivante, ni les États-Unis ni le Royaume-Uni n’y sont inclus. L’OTAN avait bien été créée en 1949, mais elle était trop dépendante des États-Unis, ce qui faisait du continent européen un théâtre d’opérations incontournable en cas de confrontation avec l’URSS. Dans un premier temps, les États-Unis ont soutenu l’initiative, estimant qu’elle leur épargnerait un nouveau déploiement en Europe, sans pour autant diminuer leur influence. La Communauté européenne de Défense (CED), qui devait être la traduction militaire de la CECA, se heurte à une opposition inattendue du général de Gaulle, ancré dans son « nationalisme mesquin ». Si la France peut être une puissance nucléaire à elle seule, si elle maintient encore un « empire » en Indochine (qu’elle perdra en 1954), en Algérie (qu’elle perdra en 1962), en Afrique (des colonies qui seront perdues au compte-gouttes des années 1960 jusqu’à l’indépendance de Djibouti en 1977), elle n’a pas besoin de coopérer militairement avec des « ennemis historiques ».

En 1954, le projet CED est officiellement enterré. Donc, toute initiative militaire se fera dorénavant avec l’OTAN seule…

La grande escroquerie du référendum socialiste sur l’OTAN. Matière oubliée…

Depuis lors, l’OTAN n’a cessé de croître : elle compte aujourd’hui 30 États membres (le dernier ralliement est celui de la Macédoine du Nord en 2020). Elle n’est pas, et ne peut pas être, une association « paritaire » d’États : c’est celui qui paie le joueur de cornemuse qui décide, et les États-Unis paient (70% du budget est fourni par les États-Unis) au point de n’être qu’un instrument aux mains de la politique étrangère américaine, dans laquelle les autres partenaires ne comptent que comme figurants, sans le moindre pouvoir de décision.

Certaines adhésions ont été faites en utilisant des mensonges et des tromperies de la plus basse espèce. Le résultat du référendum du 12 mars 1986, organisé en Espagne, s’est par exemple soldé par une victoire du OUI de 56,8%, sur une participation de moins de 60% de l’électorat : 9 054 509 voix pour (56,85%), contre 6 872 421 voix contre (43,15%), avec 1 127 673 votes blancs (6,54%) et 191 849 votes nuls (1,11%). Ainsi, sur un total de 29 024 494 électeurs, moins d’un tiers a décidé d’adhérer à l’OTAN, et, soit dit en passant, le pays était déjà membre de l’organisation depuis mai 1982 sur décision de Leopoldo Calvo Sotelo. L’arnaque est survenue parce que le bulletin de vote indiquait que l’adhésion de l’Espagne à l’OTAN devait être établie dans les termes suivants : « 1. La participation de l’Espagne à l’OTAN n’inclura pas son incorporation dans la structure militaire intégrée ; 2. L’interdiction d’installer, de stocker ou d’introduire des armes nucléaires sur le territoire espagnol sera maintenue ; 3. La présence militaire américaine en Espagne sera progressivement réduite ». Eh bien, avec ce bulletin de vote inhabituel, qui ressemblait plutôt à un pamphlet en faveur de l’IS, le maintien de l’Espagne dans l’OTAN était justifié, malgré le fait que les trois conditions ont été violées dès le départ !

L’Espagne était importante pour l’OTAN : elle fournissait une « profondeur stratégique » et les Pyrénées constituaient – du moins en théorie – une barrière pour les chars soviétiques et notre territoire une possibilité de regrouper des forces en cas d’invasion, de recevoir des matériaux et des troupes pour lancer une contre-offensive.

L’OTAN grandit, les USA progressent dans leur crise interne

Mais tout cela relevait d’un monde qui, en 1983, était déjà sur le point d’expirer. Huit ans plus tard, l’URSS était dissoute. Depuis lors, tout le problème de l’OTAN a été de construire un « ennemi » tangible pour justifier son existence : ce furent tour à tour « Milosevic et la Serbie », « l’axe du mal », « le terrorisme islamique », « Saddam », « Khaddafi », « les Taliban » et maintenant Vladimir Poutine. Aucun, absolument aucun de ces ennemis n’était suffisamment important en soi pour justifier l’existence d’une alliance qui, par définition, n’aurait dû être active que dans « l’Atlantique Nord ». Pourtant, sauf dans le cas de la guerre contre Saddam, aucun pays européen n’a jamais couiné lorsqu’il a été appelé à coups de sifflet par l’empire pour aider à abattre tel ou tel ennemi.

#ctaText??#  La Russie va-t-elle passer à une stratégie de guerre ?

Mais il y a un problème ; en fait, il s’agit d’une contradiction : plus l’OTAN avance ses lignes, plus « l’ami américain » montre des signes de faiblesse, moins les ralliements sont sûrs et moins ils peuvent contribuer à la « défense commune ». Les États-Unis d’aujourd’hui ne sont plus les États-Unis de 1989, lorsque le mur de Berlin est tombé. Ce ne sont même plus les États-Unis qui ont envahi l’Irak et l’Afghanistan. Ce sont les États-Unis qui se sont retirés piteusement de Kaboul malgré le souvenir du retrait du Vietnam en 1975. Ils ne sont même pas ceux de 2000, où 75% des brevets internationaux étaient américains. Aujourd’hui, les États-Unis ne font guère preuve de « leadership mondial »: ils sont en tête, certes, pour les fusillades de masse, les tueurs en série et les armes au centimètre carré. Mais dans rien d’autre.

Même dans les domaines scientifiques les plus avancés, ils ont été dépassés par la Chine. Il est significatif que la course à la téléphonie mobile et à la connectivité, la 5G, soit menée par la Chine (qui teste déjà la 6G). Auparavant, la 4G avait été promue par les États-Unis (avec la participation de Samsung), tandis que la 3G était un « truc européen » (Siemens et Nokia en particulier). Les Chinois livrent également une concurrence féroce aux laboratoires américains dans les domaines de la biotechnologie et de l’informatique quantique, et sont à égalité avec eux dans la course à l’espace.

Dans ces circonstances, l’adhésion à l’OTAN présente tous les inconvénients possibles pour l’Europe et ne lui offre absolument aucun avantage. Ni la Russie ni Poutine n’ont montré le moindre intérêt pour la colonisation de l’Europe. Poutine est bien conscient de l’apathie de l’opinion publique européenne envers l’OTAN. Il a fallu l’impact des « opérations psychologiques » entourant le conflit ukrainien et le choc émotionnel des attentats pour que l’adhésion de la Suède et de la Finlande puisse se faire sans grandes protestations sociales (pour l’instant). Le conflit ukrainien a par ailleurs montré qu’il est une chose de donner un coup de siffler comminatoire pour imposer des « sanctions » à la Russie et une autre de s’engager militairement dans un conflit. Un homme politique qui lancerait son pays dans une guerre contre la Russie pour défendre des valeurs abstraites et des situations créées artificiellement risquerait de sombrer dans les intentions de vote dès le premier instant.

La classe politique européenne : le talon d’Achille du continent

Le talon d’Achille de l’Europe est la médiocrité, l’absence de sens de l’État, les déficiences intellectuelles et culturelles de sa classe politique, qui ont fait que l’UE est sans défense et continue à devoir payer l’hypothèque et la subrogation de sa défense aux États-Unis. Sans parler du fait que le génie consistant à rejeter l’énergie nucléaire et à soutenir les « énergies propres » est suicidaire car l’Europe manque de matériaux stratégiques avec lesquels construire des batteries au lithium ou des panneaux solaires. En matière d’énergie, l’Europe est hyper-dépendante de la Russie et de ses approvisionnements en pétrole et en gaz. Les gouvernements européens, désireux d’échapper à cette dépendance, se sont placés sur le terrain encore plus fragile et instable des « énergies propres » et de la « transition énergétique », ce qui complique encore la question : l’Europe n’a pas de cérium, d’holmium, d’europium, de samarium, tous des lanthanides, dont 80% proviennent de Chine ! Et dans une moindre mesure de la Russie, de l’Inde, de l’Australie, du Canada et du Brésil… Les gouvernements européens parient aujourd’hui sur un modèle énergétique qu’ils ne peuvent eux-mêmes développer. Cependant, ces mêmes gouvernements ont précédemment accepté qu’une grande partie de leur industrie manufacturière soit délocalisée en Chine.

Les aspects énergétiques, commerciaux, technologiques et de défense montrent pourquoi l’Europe a décliné et pourquoi le continent est désormais un nain politique qui ne compte pour absolument rien, ignoré même par son « allié », en réalité son « suzerain impérial ».

Mais la « mère de toutes les erreurs » de la classe politique européenne a été d’avoir abandonné l’idée d’une Communauté européenne de défense (qui aurait signifié le développement d’une industrie militaro-artistique et la recherche et le développement de nouvelles technologies, qui pourraient être aussi efficaces que le projet Airbus) et d’avoir renoncé à sa défense, face, hier, à l’URSS et, aujourd’hui, à la Russie. Les États-Unis n’ont fait que suivre plus de deux siècles de politique britannique sur le continent.

Et maintenant quoi ?

Le seul espoir maintenant est que l’effondrement interne des États-Unis rompe ce lien de dépendance. Dès que cela se produira – et tout Européen qui a voyagé aux États-Unis aura remarqué que s’il n’y a pas eu d’explosion sociale au cours des deux dernières années, c’est grâce aux prestations sociales qui ont fait qu’un dollar sur deux existant actuellement a été imprimé pendant les années de la pandémie, ce qui a fait grimper l’inflation – ce sera « l’Europe » qui devra se réinventer : mais cela se produra, avant tout, par l’enterrement définitif de la classe politique composée de « jeunes leaders mondiaux », forgée dans le nid douillet du Forum économique mondial, avec une partitocratie corrompue qui étouffe la société civile et s’en nourrit par le biais d’exactions diverses, de pression fiscale et de démagogie sociale, de bien-pensance verte et d’absurdités émanant de l’Agenda 2030.

Toute une vieille classe politique doit disparaître sans délai, pour que l’Europe puisse (re)vivre. Un système entier construit pour l’utilisation et la jouissance de la démocratie doit céder, volontairement ou par la force, la primauté à la société. Cette Europe formée par les von der Leyer et les Borrell doit être reformulée et repensée, et ceux qui ont conduit l’Europe à l’insignifiance doivent avoir leur Nuremberg, sommaire, expéditif et impitoyable. Regardez le continent, où leur négligence nous a menés, et vous conviendrez que, pour certains de ces vendus, quatre murs pour une sanction sont trois murs de trop.

Cinq réflexions en guise de résumé :

• Paris-Berlin-Moscou, l’axe qui garantirait la paix sur le continent.

• La Défense européenne commune, le projet CED abandonné en 1954 doit être relancé.

• Liquider l’OTAN en raison de « l’absence d’ennemi » et parce qu’elle constitue un danger pour la paix (le conflit en Ukraine en est la preuve).

• Attendez l’effondrement interne des USA pour briser définitivement le nexus transatlantique.

• Mise en place d’une « nouvelle légalité » sur le continent découlant de la rupture avec l’ancienne classe politique et son concept de « partitocratie ».

source : Info Krisis

via Euro-Synergies

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Washington confirme avoir mené des cyberopérations offensives contre la Russie

Les renseignements américains menaient des cyberopérations offensives contre la Russie afin de soutenir l’Ukraine dans son conflit contre...

Jacques Baud : « Les Russes sont plus pragmatiques que les Occidentaux »

Que se passe-t-il sur le front de l’est ? « Les pertes ukrainiennes sont massives, les forces armées perdent...

Important financement au Fonds pour l’environnement mondial

C’est un appui nettement à la hausse pour le Fonds pour l’environnement mondial ; 5, 33 milliards de...

Liste complète des nominés pour les CAF Awards 2022

La CAF a publié la première liste des nominés pour les CAF Awards 2022 qui se tiendront le 21 juillet 2022 à...

Les 8 premières villes d’affaires en Afrique, selon le dernier classement de l’indice

Statista a récemment publié son rapport sur l'indice mondial des villes d'affaires, qui détaille certaines des meilleures villes...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :