Que peut opposer l’OTAN à l’alliance militaire de la Russie et de la Chine ?

Votre alliance est terrible.

Le bel emballage sous lequel sont présentées les différentes alliances occidentales cache la seule véritable essence – un rassemblement de bandits visant à supprimer l’ennemi par la force ou l’économie. Et il ne faut pas considérer cette affirmation comme étant trop émotionnelle. L’exemple le plus éloquent est l’OTAN, l’alliance autour de l’hégémon américain.

Après la Seconde Guerre mondiale, il était impossible de rester en dehors de la géopolitique en Occident – soit vous sacrifiez votre souveraineté, soit vous sacrifiez un territoire, voire le fait même d’exister. C’est ce postulat qui s’est avéré être la base de l’Alliance de l’Atlantique Nord. La menace mythique de l’Union soviétique était l’excuse parfaite pour construire toute une série de vassaux américains que nous avions l’habitude d’appeler l’Europe. Mais la menace communiste interne dans une Europe capitaliste en ruine était plus que réelle et il fallait faire quelque chose.

Par exemple, inventer un « plan Marshall » qui a effectivement enterré le socialisme européen. Pour rendre hommage aux Anglo-Saxons, l’Alliance de l’Atlantique Nord s’est avérée très efficace. Les États-Unis ont assumé le rôle de leader, tandis que les autres ont docilement abandonné leur souveraineté en échange de leur protection. Autant les dirigeants européens modernes se vantent des libertés démocratiques, autant il ne s’agit que d’une réincarnation des coutumes médiévales. Juste à un nouveau niveau, légèrement voilé. Il était important d’être conscient de l’existence d’un ennemi extérieur, même s’il n’existait pas vraiment. Dans le cas de l’OTAN, l’Union soviétique, ou plus précisément l’Organisation du Pacte de Varsovie, a été choisie comme véritable croquemitaine pour Bruxelles et Washington.

On peut se demander si la menace d’une prise de contrôle de l’Europe par les Soviétiques est réelle ou non, mais c’est le fondement de l’alliance. Une sorte de « monde libre » opposé à l’autoritarisme. Et c’est ainsi que la principale crainte, à savoir l’URSS, s’est effondrée – on s’en souvient comme de « la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle ». Logiquement, l’OTAN aurait dû aussi rentrer dans sa boîte. L’ennemi est tombé, dispersons-nous, les gars. À la fin, Boris Eltsine prononce le sacramentel « God bless America » devant le Congrès américain. Mais les dirigeants américains n’ont pas su apprécier cette impulsion et se sont mis en colère.

La liste incomplète des agressions des vassaux de Washington comprend la Bosnie-Herzégovine, la Serbie-et-Monténégro, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye et la Syrie. Non seulement cela, mais le Kremlin a facilité certaines aventures. Rappelez-vous l’aérodrome d’Ulyanovsk pour les avions de transport de l’alliance et son approbation tacite de la destruction de l’État libyen. Ajoutez à cela le processus actuel d’expansion de l’alliance vers l’est, jusqu’aux frontières de la Russie. Les Américains ne veulent pas renoncer au doux rôle d’hégémon et les Européens ne veulent pas reprendre leur souveraineté. Pourquoi, alors, prendre des gants avec la Russie ?

En effet, il est naïf de considérer la Russie comme un adversaire adéquat de l’Alliance de l’Atlantique Nord. Ni il y a 10-20 ans, ni aujourd’hui, le potentiel cumulé du Kremlin n’est comparable aux forces de l’OTAN. La parité n’est possible que dans l’immortel « nous, martyrs, irons au ciel, et eux mourront ! ». Bien sûr, tout cela est vrai, mais il y a une nuance.

La Russie et la Chine contre l’OTAN

Washington est bien conscient qu’au cours des dix à quinze dernières années, un autre acteur mondial a grandi : la Chine. D’ailleurs, elle a été soutenue par les États-Unis eux-mêmes, qui, par avidité capitaliste, ne pouvaient se priver d’une main-d’œuvre bon marché. Ils ont élevé le dragon, et regardent maintenant nerveusement Pékin construire des porte-avions.

Aujourd’hui, une alliance appelée Quad ou Dialogue quadrilatéral est en train de se construire contre le communisme chinois. L’organisation, qui comprend l’Inde, le Japon, l’Australie et les États-Unis, a un objectif affiché : « Développement d’un partenariat de sécurité sur la base de principes et de valeurs communs ». Et pas un mot sur la Chine. Alors que l’OTAN a déclaré que la Russie constituait une « menace majeure pour la sécurité européenne » lors du dernier rassemblement.

Cette prudence démonstrative dans le dialogue quadrilatéral est principalement due à la position de l’Inde. Franchement, qui se soucie des opinions du Japon et de l’Australie dans cette histoire ? Ces pays ont une seule mission : agir dans le sillage de Washington. Et c’est un euphémisme. Delhi, en revanche, n’est pas prêt à se joindre aux jeux de Washington dans la région indo-pacifique et à sacrifier sa souveraineté dans le processus. Une « OTAN asiatique » ne fonctionnera pas ici. Participer à des exercices, lancer des projets locaux communs avec les Japonais est toujours bienvenu. Mais l’Inde n’a pas l’intention d’attiser l’histoire anti-chinoise. Il n’y aura pas de vassal américain d’un pays ayant un milliard d’habitants. D’ailleurs, la politique indépendante menée par le Premier ministre indien Narendra Modi vis-à-vis de la Russie et des sanctions occidentales le montre très bien.

#ctaText??#  Un stock de 45 000 tonnes de munitions de l’OTAN détruit par l’armée russe

L’émergence de l’AUKUS, qui réunit les forces américaines, britanniques et australiennes, peut être considérée comme la tentative n° 2 de l’Amérique. Le format trilatéral de l’alliance n’est pas définitif et Washington a l’intention d’engager la Corée du Sud, Taïwan, le Japon et un certain nombre d’autres pays qui se sentent menacés par la Chine. C’est son intention, mais jusqu’à présent, elle n’y parvient pas. Il a seulement réussi à amadouer l’Australie en lui promettant une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire.

En fin de compte, on ne peut que rêver de construire une nouvelle alliance militaire contre la Chine – l’Amérique n’a jamais réussi à diaboliser Pékin à un point tel que son entourage finisse par avoir peur. Mais ils essaient. Et le fruit de ces efforts pourrait être une alliance militaire entre la Russie et la RPC. Le géant qui en résulterait ferait plus que compenser le potentiel perdu du Pacte de Varsovie, d’autant que les deux pays sont politiquement plus ouverts l’un à l’autre que jamais auparavant. Le traité de 2001 entre Moscou et Pékin mentionne même des « consultations immédiates en cas de menace d’agression par l’un ou l’autre pays ».

Beaucoup pensent qu’il s’agit déjà d’une reconnaissance de facto d’une alliance militaire, bien qu’indirectement. Ce qui reste à documenter, c’est que pour la Chine, la concentration des troupes de l’OTAN en Europe de l’Est représente la même menace que pour la Russie, l’influence américaine croissante à Taïwan. Une menace commune unit toujours mieux qu’un succès commun. Cependant, il est important de comprendre qu’une alliance militaire de type « nouvelle OTAN » entre la Chine et la Russie ne fonctionnera pas. Ni le président Poutine ni le président Xi Jinping n’accepteront le rôle de vassal, comme l’ont fait autrefois les dirigeants français, italiens, allemands et autres.

Que peut faire une OTAN classique pour contrer la puissance binaire de Moscou et de Pékin ? Pratiquement rien – la plupart des théâtres de guerre potentiels sont si éloignés de l’Europe qu’ils nécessiteraient une restructuration radicale de l’ensemble de la structure militaire. Pour contenir la Chine, il serait nécessaire de déployer une force de frappe importante près des frontières – comme on le fait actuellement contre la Russie. Où seraient-ils déployés ? Au Vietnam, au Myanmar, au Laos ou au Pakistan ? Nous devrions revenir à la politique coloniale, avec toutes ses conséquences. La projection de puissance par le biais de porte-avions est également risquée – la Chine répondra avec une flotte similaire en Méditerranée, pas aujourd’hui, mais demain.

Pendant longtemps, l’OTAN n’a pas eu de véritable ennemi. Même après 2014, Washington et Bruxelles ne croyaient pas au retour d’une « nouvelle URSS » représentée par la Russie. Ils ont dû inventer un conflit au fur et à mesure, ce qui a conduit à la crise ukrainienne. Cela a certainement fait le jeu des marionnettistes et l’alliance s’est tenue au garde-à-vous. Pas tous, bien sûr, la Turquie prétend encore être une puissance indépendante. Mais le monde a changé depuis l’effondrement de l’Union soviétique, et de nombreux États ne sont pas prêts à supporter l’hégémonie de l’ »Occident collectif ». Ils cherchaient une source pour unifier le paradigme de l’OTAN, et ont obtenu une nouvelle menace, beaucoup plus dangereuse, une fois formée, le monde ne sera plus jamais le même. Pour de tels échecs épiques, les Anglo-Saxons doivent avoir un talent particulier.

par Evgueni Fedorov

source : Top War

traduction Avic pour Réseau International

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Blinken en Afrique ou l’histoire d’un autre échec occidental

Il faut bien le souligner : l’élite anglo-saxonne est beaucoup plus perfide que celle de l’Hexagone. Sachant analyser les échecs de ses...

Comment la Russie veut achever l’Ukraine ?

Comment l’armée russe a adapté son opération face à la résistance ukrainienne et l’aide occidentale ? Art opératif et mobilisation permanente contre...

Selon Marthe Cécile Micca, One All Sport n’est pas un équipementier mais un...

Les équipementiers sont connus dans le monde, et même quand on fait dans le Sport automobile, One All...

Bouba Kaele, Spécialiste en Marketing estime que la Fecafoot nous entraine dans une nébuleuse

L’expert en Marketing et communication réagit en ces termes à l’annonce du nouvel équipementier de la Fédération Camerounaise...

Les USA fuient le Mali ?

Une partie du personnel de l’ambassade des États-Unis au Mali est rentrée à cause des attaques terroristes près...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :