Les États-Unis pompent les poches des Européens avec l’excuse de la guerre

L’Occident collectif parle de l’introduction éventuelle d’un plafond sur les prix du pétrole en provenance de Russie. Toutefois, Moscou ne vendra pas d’or noir aux pays qui prennent une telle mesure, a déclaré le vice-Premier ministre Alexander Novak. Quelles conséquences se cachent derrière le désir des États-Unis et de leurs alliés d’isoler la Russie, a demandé l’expert en économie Dmitry Adamidov.

Novak a qualifié de complètement absurde l’idée que les pays du G7 présentent un plan visant à limiter le prix du pétrole russe. L’idée de l’Occident menace la sécurité énergétique du monde entier, a-t-il ajouté. Moscou ne travaillera pas dans des conditions non commerciales.

L’histoire se répète, affirme l’expert économique indépendant Dmitry Adamidov. La Russie a déjà connu des situations similaires : certains pays hostiles ont refusé de payer le gaz en roubles, tandis que d’autres ont refusé d’acheter directement le carburant.

« L’histoire était assez révélatrice. Rien n’a changé, les médiateurs sont juste apparus après les scandales et les cris. Le pétrole fait peut-être une diversion, mais pas tout : des concepts comme le « mélange letton », le « pétrole belge » sont apparus. D’où viendrait bien le pétrole en Belgique ? Cela semblerait étrange qu’il y en ait. En général, les propres intermédiaires de l’UE en tirent toujours de l’argent », a ajouté l’interlocuteur de PolitExpert.

Cette fois, la situation avec les intermédiaires se répétera, dit l’économiste. Peu importe le nombre de pays qui s’accordent pour fixer un plafond de prix. Selon M. Adamidov, les restrictions imposées peuvent facilement être levées en cas de besoin.

L’Europe fixera un prix plafond pour le pétrole russe, la Russie le vendra en passant par des intermédiaires asiatiques ou américains (comme c’est déjà le cas actuellement avec l’Inde et la Turquie). Le Venezuela peut fournir du pétrole russe. L’Iran peut être mis sur le marché, bien sûr, mais il n’a pas autant de volume pour conquérir une niche. Mais elle conclura simplement un contrat avec la Fédération de Russie et le pétrole russe ira en Europe, mais il sera appelé « iranien ».

#ctaText??#  Production du pétrole : l'Angola devance le Nigéria

La Russie a de grandes possibilités de réorienter le marché, la décision de l’Occident ne jouera donc pas un rôle majeur. Il s’agit d’une performance américaine, qui est jouée pour « prendre de l’argent dans la poche des consommateurs » en Europe et dans d’autres pays sous le prétexte de combattre la Fédération de Russie, dit l’interlocuteur de PE. Par conséquent, les restrictions sur le pétrole russe aggraveront une crise qui s’est déjà aggravée, a-t-il conclu :

« L’économie européenne s’effondre. D’ailleurs, les Européens le comprennent, mais ne peuvent rien faire. C’est ainsi que se manifeste leur indépendance politique. De cette manière sophistiquée, les Américains et les autres parties intéressées résolvent leurs problèmes : ils détruisent l’industrie européenne, qui a toujours été l’alliée de la Russie. Les derniers fonds et fournitures sont retirés des poches de la population ».

Les pays européens ont ressenti toute la force des sanctions anti-russes, plongeant dans une crise énergétique. Le politologue finlandais Johan Bäckman a prédit des émeutes en Finlande en raison des sales coups perpétrés par le gouvernement d’Helsinki dans la lutte contre la crise énergétique.

Note : Il est difficile de comprendre la logique de la position des eurocrates de Bruxelles qui, dans une situation de marché caractérisée par une forte prévalence de la demande d’énergie sur l’offre, prétendent mettre en place un cartel d’achat au rabais. La manœuvre des eurocrates cache en réalité une subordination aux intérêts des multinationales américaines et une volonté de favoriser les lobbies intermédiaires.

source : Ide e Azione

via Euro-Synergies

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

« Nous nous vengerons des martyrs du CGRI et du...
« Ce qui s’est passé...
J’ai reçu une excellente question...

Autres actualités

Burkina Faso : Comment le nouveau coup de force a été acté

Son départ était réclamé à Ouagadougou par des centaines de manifestants favorables au capitaine Ibrahim Traoré, 34 ans, qui avait annoncé sa destitution,...

Vendredi noir : l’Iran se vengera

« Nous nous vengerons des martyrs du CGRI et du Basij et des victimes de cette attaque terroriste à Zahedan. Nous assurons les habitants...

Nord Stream, Ukraine, Brésil

« Ce qui s’est passé hier 27 septembre 2022 est un événement d’une portée colossale. L’Allemagne est restée...

Burkina Faso : Vérités sur le nouveau coup d’Etat

Cette annonce a clôturé une journée qui a commencé par des tirs près d'un camp militaire dans la...

L’Europe va-t-elle rompre avec les États-Unis ?

J’ai reçu une excellente question d’un lecteur allemand qui se trouve également être journaliste. Il a demandé :...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :