"L'Afrique fait sa part, mais doit faire plus" Paul Kagame

"L'Afrique fait sa part, mais doit faire plus" Paul Kagame

Le rapport historique du Secrétaire général, Notre programme commun, n’a fait que gagner en valeur depuis son lancement il y a un an. Mais il a averti que le sentiment que le système international n’est plus à la hauteur de la tâche n’a fait que s’accentuer.

La coopération internationale peut relever les défis

Malgré les lacunes, il a souligné que la santé mondiale était un exemple qui démontrait comment la coopération internationale pouvait réussir à résoudre “les problèmes qui nous concernent tous”.

Dans son discours lors du débat annuel de haut niveau à l’Assemblée générale des Nations unies, M. Kagame a rendu hommage au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui a sauvé d’innombrables vies en Afrique et ailleurs, tout en renforçant les systèmes de santé ;

Afin d’accroître la résilience de l’Afrique face aux futures pandémies, il a souligné que “le financement extérieur doit aller de pair avec une augmentation du financement intérieur de la santé”. Il a cité les efforts en cours pour travailler avec des partenaires afin d’amener la fabrication de vaccins sur le continent.

Le jeu des reproches ne résout pas les problèmes

Le président rwandais a évoqué la situation sécuritaire dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), qui a exposé les États voisins à des attaques transfrontalières “entièrement évitables”. Plaidant pour une volonté politique de trouver et de traiter les causes profondes de l’instabilité dans l’est de la RDC, il a déclaré que “le jeu des reproches ne résout pas les problèmes”.

Il a également exprimé son soutien aux initiatives régionales afin de compléter les efforts des Nations unies en matière de lutte contre le terrorisme et de consolidation de la paix, citant les efforts fructueux déployés à cet égard en République centrafricaine et pour contenir l’extrémisme violent dans le nord du Mozambique par le Rwanda et la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

#ctaText??#  Cameroun- Accès à l’eau potable : un dangereux privilège ?

L’avenir est numérique

Il a salué la décision d’organiser le Sommet sur la transformation de l’éducation, soulignant que, selon lui, l’avenir de milliards d’enfants et de jeunes dans le monde dépend de la capacité à relever les défis de l’inclusion et de la qualité de l’éducation alors que le monde se remet de la pandémie.

M. Kagame a ensuite appelé à des partenariats public-privé pour créer des emplois pour les jeunes à travers le continent et à des investissements équitables dans les technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle. “L’avenir est numérique”, a-t-il déclaré, plaidant pour des emplois numériques de haute qualité comme réponse pratique à la migration irrégulière et pour combler l’écart de revenus entre les économies riches et en développement.

Facebook Comments
Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *