Burkina Faso : Vérités sur le nouveau coup d’Etat

Des soldats armés en treillis et masqués sont apparus à la télévision au Burkina Faso vendredi soir pour confirmer l'éviction du président Paul-Henri Damiba, le deuxième coup d'État dans ce pays d'Afrique de l'Ouest en proie à des troubles cette année.

Cette annonce a clôturé une journée qui a commencé par des tirs près d’un camp militaire dans la capitale Ouagadougou, une explosion près du palais présidentiel et des interruptions des programmes de la télévision d’État.

C’est un schéma qui est devenu de plus en plus familier en Afrique de l’Ouest et centrale au cours des deux dernières années, alors que les insurgés islamistes font des ravages dans les étendues arides de la région du Sahel, tuant des milliers de personnes et érodant la foi dans les gouvernements faibles qui n’ont pas trouvé le moyen de les repousser.

Le Mali, le Tchad et la Guinée ont tous connu des coups d’État depuis 2020, faisant craindre un retour en arrière vers un régime militaire dans une région qui avait fait des progrès démocratiques au cours de la dernière décennie.

Le nouveau dirigeant du Burkina Faso est le capitaine de l’armée Ibrahim Traore. Dans une scène qui reproduit la prise de pouvoir de Damiba lors du coup d’État du 24 janvier, Traore est apparu à la télévision entouré de soldats et a annoncé que le gouvernement était dissous, la constitution suspendue et les frontières fermées. Il a déclaré un couvre-feu nocturne.

Vendredi soir, on ignorait où se trouvait Damiba.

M. Traoré a déclaré qu’un groupe d’officiers ayant aidé Damiba à prendre le pouvoir en janvier avait décidé d’écarter leur chef en raison de son incapacité à traiter avec les islamistes. Damiba a évincé l’ancien président Roch Kabore pour la même raison.

“Face à la détérioration de la situation, nous avons tenté à plusieurs reprises d’amener Damiba à recentrer la transition sur la question sécuritaire”, indique la déclaration signée par Traoré et lue par un autre officier à la télévision.

Selon le communiqué, Damiba a rejeté les propositions des officiers de réorganiser l’armée et a maintenu la structure militaire qui avait conduit à la chute du régime précédent.

#ctaText??#  Sommet États-Unis-Afrique (13-15 décembre) : Washington choisit ses "bons" et "mauvais" dictateurs africains. Voici les 5 "bad boys" de Uncle Joe Biden

“Les actions de Damiba nous ont progressivement convaincus que ses ambitions s’éloignaient de ce que nous avions entrepris. Nous avons décidé aujourd’hui d’écarter Damiba”, a-t-il déclaré.

Les parties prenantes nationales seront bientôt invitées à adopter une nouvelle charte de transition et à désigner un nouveau président civil ou militaire, a-t-il ajouté.

Les populations civiles ont encouragé les juntas militaires dans l’espoir qu’elles parviennent mieux à contenir les insurgés que leurs prédécesseurs démocratiquement élus. Mais l’espoir s’est vite évanoui.

Le Burkina Faso est devenu l’épicentre des violences menées par des groupes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique, qui ont commencé au Mali voisin en 2012 et se sont étendues à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest au sud du désert du Sahara.

Des milliers de personnes ont été tuées lors de raids contre des communautés rurales et des millions ont été contraintes de fuir. Cette semaine, au moins 11 soldats sont morts dans une attaque dans le nord du Burkina Faso. Des dizaines de civils sont toujours portés disparus.

Le coup d’État de vendredi crée une énigme pour le bloc politique de l’Afrique de l’Ouest, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a tenté de persuader les putschistes de la région de revenir à un régime civil dès que possible.

La CEDEAO a suspendu le Burkina Faso après le coup d’État de janvier, mais a depuis accepté une transition de deux ans vers des élections démocratiques.

“La CEDEAO réaffirme son opposition sans réserve à toute prise ou maintien du pouvoir par des moyens anticonstitutionnels”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Elle a exigé “le respect scrupuleux du calendrier déjà convenu avec les autorités de transition pour un retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024.”

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Georges Weah prédit une lourde sanction pour l’Algérie

A l'évidence, l'escalade vire aux extrêmes depuis l'élimination in extremis de l'Algérie en terre algérienne par les Lions...

Mali/Guinée/Burkina: une force “anti-coup d’Etat”?

« La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest veut se doter d'une force militaire anti-terroriste et anti-coup d'État. » L'annonce a été...

Non, ce n’est pas Poutine qui a commencé la guerre en Ukraine

« L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (et...

Les 11 villes les plus chères du monde

C'est notamment le cas des habitants de New York et de Singapour, selon les résultats de l'enquête mondiale...

Considérations géopolitiques sur le conflit en Ukraine et la frilosité de l’Union européenne

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l'après-guerre froide en Europe....
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :