Mobilisation générale et Vigilance : Les étudiants de la R.D. Congo prêts à faire face au duo M23-Rwanda, drapeaux français et de l’UE vandalisés à Bukavu

Mobilisés « comme un seul homme » (sic) pour  faire échec par tous les moyens nécessaires aux fréquentes incursions du Rwanda voisin dont les « velléités expansionnistes »  ont été dénoncées la semaine dernière par le président Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, des étudiants congolais réunis sous la bannière de l’association estudiantine Représentation des Etudiants Congolais (REC) ont rencontré vendredi à Kinshasa le Premier ministre Michel Sama Lukonde.

Si l’objectif premier de la rencontre de vendredi était de porter à l’attention du PM certaines de leurs préoccupations telles que la grève à l’Unikin (univertsité de Kinshasa) qui perdure, la mise en  circulation des bus Transacademia promise aux étudiants par le président Tshisekedi, mais retardée à la demande des étudiants qui souhaitaient faire partie de l’équipe dirigeante de cette société, ils en ont profité pour évoquer avec lui « la situation sécuritaire du pays » et lui signifier leur engagement dans “un élan patriotique” pour contrer les agresseurs.

Sus au Rwanda, le  “véritable agresseur” derrière le M23

« Nous, étudiants de la RDC, nous sommes mobilisés comme un seul homme en tant que vrais patriotes pour mener des actions visant à dénoncer aussi l’incursion et les velléités expansionnistes rwandaises avec la complicité de la communauté internationale », a déclaré à l’issue de la rencontre le président de la REC, Kalonji Kazadi Christian, qui a par la même occasion appelé les étudiants congolais à se mobiliser dans un élan patriotique pour dénoncer les atrocités commises à l’Est de la RDC par les  rebelles du  M23 (le Mouvement du 23 Avril) qui selon une opinion répandue ici, n’est qu’une couverture du Rwanda, le véritable agresseur.

La sortie des étudiants congolais constitue à n’en point douter une réponse positive et immédiate à l’appel à la “mobilisation générale” lancé en fin de semaine dernière par le président Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, qui a clairement fait comprendre à ses compatriotes que « La guerre qui nous est imposée (…) exige des sacrifices » et les  a appelés à « taire (leurs) divergences » pour faire bloc, car « La nation a besoin de l’engagement de toutes ses filles et de tous ses fils ».

On se souvient qu’après avoir relevé dans ce message à la nation le manque de résultat tangible nonobstant les démarches entreprises sur le plan diplomatique pour mettre un terme aux menées déstabilisatrices du Rwanda, le Numéro un congolais avait dénoncé « les velléités expansionnistes (du Rwanda, ndlr) avec comme intérêt principal l’appropriation des minerais » et accusé les autorités de Kigali de « [s’activer] à déstabiliser l’Est du Congo pour créer une zone de non droit en vue d’assouvir ses appétits criminels ». Il devait ensuite appeler les jeunes Congolais qui en ont la vocation à se faire enrôler en grand nombre dans les Forces de défense, non sans ordonner au Chef d’Etat-major Général des armées de mettre en place sans délai des centres de recrutement sur l’ensemble du territoire.

#ctaText??#  Région des Grands Lacs : Des arrestations d’espions rwandais par la RDC, prélude de lendemains inquiétants

L’organisation des jeunes en groupe de vigilance (à ne pas confondre avec les comités d’autodéfense dont l’établissement pourrait se révéler source de désordre  -généralisation de la pratique de la justice populaire et des règlements de comptes-), aux fins d’appui et d’accompagnement aux forces de défense et de sécurité dans l’accomplissement de leur mission faisait également partie des prescriptions du président congolais qui a par ailleurs recommandé aux Congolais de « ne pas céder aux propos xénophobes et autres discours de haine ou de stigmatisation des communautés rwandophones ».

A Bukavu, mise en garde contre en garde les USA, la Grande-Bretagne, la France

En allant spontanément dire aux autorités leur bonne disposition à répondre favorablement à l’appel du chef de l’Etat, les étudiants congolais ont donné un vibrant écho aux manifestations de protestation qui avaient eu lieu, 48 heures plus tôt à Bukavu.

Mercredi à Bukavu (province du Sud-Kivu), en effet, des manifestants particulièrement remontés contre la guerre que le M23 impose au pays, sont descendus dans la rue aux cris scandés de “Que les Rwandais rentrent chez eux !“, “Libérez Kiwanja, libérez Bunagana !”  (villes du Nord-Kivu contrôlées depuis une dizaine de jours par la rébellion) pour dénoncer le Rwanda et l’Ouganda, parrains de la rébellion qui a réussi il y a deux semaines environ à  occuper des viles dans le Nord-Kivu, menaçant de prendre aussi la ville de Goma, chef lieu de cette province. Au passage, les manifestants de Bukavu qui brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire Nous mettons en garde les USA, la Grande-Bretagne, la France et les autres Etats pour leur soutien aux régimes sanguinaires de Kagame(*)  et Museveni(**)” ont déchiré le drapeau de la France et emporté celui de l’Union européenne qu’ils auraient finalement brûlé.

(*)  Paul Kagame est le président du Rwanda que les Congolais accusent de se servir comme d’un bras armée du mouvement rebelle tutsi M23 qui a repris les armes l’année dernière, en prétextant la non-application par le gouvernement congolais des accords  relatifs à la réinsertion de ses combattants ; l’ambassadeur du Rwanda a été  expulsé de RDC le 31 octobre.

(** ) Yoweri Museveni est quant à lui le président de l’Ouganda, un autre voisin de la RDC dont les forces armées prêtent plutôt main forte l’armée congolaise dans le Nord-Kivu et en Ituri contre un autre mouvement rebelle,  les Forces démocratiques alliées(ADF), mais de nombreux Congolais pensent que les forces ougandaises  envoyées en appoint en RDC ne brillent pas par leur efficacité, donnant parfois l’impression de faciliter plutôt la tâche aux assaillants.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Venant s’ajouter à d’autres dossiers, l’affaire de corruption présumée...
Burundi. D'après les bruits qui courent dans la région, suite à...

Autres actualités

Les assassins de Martinez Zogo encerclent Remy Ngono

Les auteurs de l'assassinat de Martinez Zogo, veulent que JP Rémy NGONO la boucle lui aussi et...

Après les pleurs et indignations, on fait quoi ?

Le journaliste Martinez Zogo est mort le 22 janvier 2023 parce que ceux qui étaient censés le protéger...

Des chars de l’OTAN en Ukraine: Prélude à une guerre entre les États-Unis et...

Mercredi, le président Joe Biden a annoncé que les États-Unis enverraient 31 chars lourds Abrams en Ukraine, après...

Crise anglophone : l’urgence d’une médiation canadienne

Désastreux bilan On en est à un point où la crise dans les régions à majorité anglophone...

Assassinat de Martinez Zogo : les vérités de Maurice Kamto

La rumeur est, hélas, finalement devenue la vérité. MARTINEZ ZOGO a été enlevé puis assassiné ! Ils ont...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :