Rétropédalage en douce ou réalisme? : Les États-Unis disent en privé à l’Ukraine d’être ouverte aux négociations avec Poutine (Aube Digitale)

Pourquoi Biden demande maintenant à Zelensky de négocier avec Poutine ?

par Jade

La Maison Blanche exhorte désormais en privé le gouvernement ukrainien à se montrer ouvert aux négociations avec la Russie, rapporte samedi le Washington Post. Cela fait suite à la promesse du président ukrainien Volodymyr Zelensky de ne jamais entamer de négociations avec Moscou à moins que Vladimir Poutine ne soit écarté du pouvoir.

L’administration américaine semble tenter de nuancer cette initiative, non pas en la présentant comme un compromis, mais en s’assurant que l’Ukraine « conserve une position morale élevée aux yeux de ses soutiens financiers internationaux ». Il s’agit d’une « tentative calculée de s’assurer que le gouvernement de Kiev conserve le soutien d’autres nations qui craignent d’alimenter une guerre pendant de nombreuses années ».

C’est la première fois que l’administration Biden admet que la gestion de la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants – également à l’approche des élections de mi-mandat où les électeurs redoutent l’inflation – est une priorité publique en Occident qui supplante rapidement la question de savoir si l’Ukraine va « gagner ».

Le rapport du Washington Post indique que la Maison Blanche est pleinement consciente de la « fatigue » croissante de la guerre – également dans un contexte d’objections vocales croissantes du Parti Républicain à l’approche du « chèque en blanc » de l’aide étrangère à l’Ukraine :

Si les responsables américains partagent l’avis de leurs homologues ukrainiens selon lequel Poutine, pour l’instant, n’est pas sérieux dans ses négociations, ils reconnaissent que l’interdiction des pourparlers avec le président Volodymyr Zelensky a suscité des inquiétudes dans certaines parties de l’Europe, de l’Afrique et de l’Amérique latine, où les effets perturbateurs de la guerre sur la disponibilité et le coût des denrées alimentaires et du carburant sont les plus fortement ressentis.

« La fatigue de l’Ukraine est une chose réelle pour certains de nos partenaires », a déclaré un responsable américain qui, comme d’autres personnes interrogées pour ce rapport, a parlé sous couvert d’anonymat pour discuter des conversations sensibles entre Washington et Kiev.

Selon les responsables américains cités dans le rapport, l’arrivée d’un hiver rigoureux et le fait que l’Ukraine connaît déjà des pannes d’électricité d’urgence en raison des attaques de la Russie sur le réseau énergétique sont susceptibles de rendre Zelensky favorable à des pourparlers de cessez-le-feu.

Les responsables américains pensent que Kiev « tente d’engranger autant de gains militaires que possible avant l’arrivée de l’hiver, lorsqu’il pourrait y avoir une fenêtre pour la diplomatie ».

Alors qu’il y a plus d’un mois, les titres des journaux internationaux étaient remplis de déclarations positives brossant un tableau optimiste d’une contre-attaque ukrainienne rapide et réussie contre les Russes à l’est et au sud, ces dernières semaines ont vu cette évaluation brillante s’estomper, une nouvelle impasse s’étant installée sur les lignes de front. Moscou a répondu à la contre-offensive majeure par l’ordre de mobilisation partielle de Poutine, qui a vu des dizaines de milliers de nouvelles recrues affluer sur le théâtre des opérations.

Indépendamment de ces nouvelles informations faisant état d’un effort discret pour amener Zelensky à la table des négociations, également rapportées par Reuters, la résistance à cette idée reste farouche parmi les faucons de Washington et de Kiev. En outre, la position officielle de la Maison Blanche est depuis longtemps que le calendrier des pourparlers de paix dépend entièrement des Ukrainiens. Le rapport du Post poursuit :

Ces dernières semaines, les critiques ukrainiennes à l’égard des concessions proposées sont devenues plus acerbes, les responsables dénonçant les « idiots utiles » de l’Occident qu’ils accusent de servir les intérêts du Kremlin.

« Si la Russie gagne, nous aurons une période de chaos : floraison de la tyrannie, guerres, génocides, courses nucléaires », a déclaré vendredi le conseiller présidentiel Mykhailo Podolyak. « Toute ‘concession’ à Poutine aujourd’hui est un pacte avec le diable. Vous n’aimerez pas son prix ».

Le simple fait de suggérer la possibilité d’un règlement négocié dans le discours public est accueilli par des cris de « danger » de la part des partisans irréductibles de l’Ukraine.

Mais pour les électeurs américains en général, il reste aussi la contradiction flagrante de l’augmentation du coût de la vie dans le pays, combinée au spectacle de l’aide étrangère mensuelle d’un milliard de dollars au gouvernement ukrainien, que ce soit sous forme d’armes ou d’aide humanitaire ou budgétaire.

Il y a également eu des révélations récentes sur la frustration de l’administration américaine à l’égard de Zelensky, avec des accusations selon lesquelles il reste « ingrat » face aux dizaines de milliards que Washington a déjà fournis pour l’effort de guerre, étant donné qu’il en demande toujours plus. « Montrez un peu plus de gratitude… », tel est le message privé de l’administration Biden depuis des mois.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Leçons de la première conférence des journalistes scientifiques francophones

Une rencontre inédite Il fallait que les journalistes se rencontrent pour tirer les leçons de cette crise.Kossi Balao

Selon le New York Times, 1/3 des obusiers occidentaux envoyés en Ukraine sont hors...

Les armes inutilisables sont transférées en Pologne pour réparation, selon le rapport Les pièces d'artillerie de fabrication occidentale...

Est-ce que le Cameroun a une chance de remporter la coupe du monde ?

Le Cameroun, patrie de Roger Milla, Patrick Magic Mboma et de Samuel Eto’o, est avec ses cinq coupes d’Afrique et ses huit...

Pourquoi Breel Embolo n’a pas célébré son but contre le Cameroun ?

Les Lions indomptables sont visiblement en danger après la sortie manquée de ce 24...

Assassinat épouvantable de Mouammar Kadhafi : Comment l’OTAN et la France ont eu le...

Traqué depuis les airs par l’aviation de l’Otan, encerclé par les forces rebelles soutenues par les mercenaires des pétromonarchies du Golfe, le...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :