Extrémisme violent : L’Afrique enregistre 346 attaques terroristes au 1er trimestre 2022

Le ministre ghanéen de la Sécurité nationale, M. Albert Kan-Dapaah, a révélé que 346 attaques terroristes ont été enregistrées en Afrique au premier trimestre 2022, dont 49 % en Afrique de l'Ouest uniquement, a appris cameroonvoice.

Il a également indiqué qu’entre juillet et septembre de cette année, 246 attaques terroristes ayant fait 745 morts et 239 blessés ont été enregistrées en Afrique de l’Ouest.

Le ministre s’exprimait à l’ouverture de la conférence internationale de deux jours sur l’Initiative d’Accra (IA), qui s’est tenue hier à Accra sur le thème “Initiative d’Accra : Vers une réponse crédible, préventive et coordonnée aux défis auxquels sont confrontés les États côtiers et sahéliens”.

L’IA vise à prévenir le débordement du terrorisme à partir du Sahel et à lutter contre la criminalité transnationale organisée et l’extrémisme violent dans les zones frontalières des pays membres.

Les participants à la conférence technique comprenaient des représentants des agences gouvernementales internationales concernées, des organisations de la société civile (OSC), des universités, des groupes de réflexion, des praticiens du secteur de la sécurité et d’autres initiatives multinationales.

La conférence, soutenue par l’Union européenne (UE), leur donnera l’occasion de réfléchir aux mesures et stratégies déployées pour faire face à la menace du terrorisme et de l’extrémisme violent et de proposer des approches innovantes pour renforcer la sécurité régionale.

Selon M. Kan-Dapaah, une collaboration renforcée est la clé de la lutte contre le terrorisme dans la région, ajoutant que les leaders des États d’Afrique de l’Ouest ont pris en 2017 des mesures pragmatiques pour faire face à leurs menaces communes, d’où l’IA.

Décrivant la conférence IA comme opportune, il a déclaré que la détérioration de la situation sécuritaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest nécessitait la collaboration et la participation actives de toutes les parties prenantes, y compris les médias, les OSC, les dirigeants politiques et les universitaires, entre autres, tant au niveau national que régional.

Le paysage des menaces, a-t-il dit, n’a cessé de changer, entraînant des changements fréquents dans les exigences de sécurité des citoyens.

“La dynamique géostratégique, qui a une influence directe sur la survie de l’État, subit sans cesse des mutations sans avertissement. La menace posée par la pandémie à COVID-19 nous a également appris que la consolidation de nos efforts au niveau régional est la meilleure approche pour sécuriser nos États.”

#ctaText??#  La Chine inflige à Charles Michel l'humiliation de sa vie

“Cela souligne la pertinence du dialogue et de l’engagement multipartite, non seulement au niveau national, mais aussi au niveau régional, pour trouver des solutions durables aux menaces de sécurité communes des États d’Afrique de l’Ouest”, a-t-il ajouté.

Il a mentionné que l’importance accordée à la menace du terrorisme et de l’extrémisme violent ces derniers temps ne doit pas être interprétée comme une banalisation d’autres menaces de sécurité telles que les crimes transfrontaliers.

Le Secrétaire exécutif de l’IA, M. Benedict Dere, a pour sa part déclaré qu’il était devenu nécessaire de renforcer la collaboration et la coopération entre les services de sécurité et les services intelligents par l’échange d’informations et de renseignements opérationnels.

Faisant la lumière sur les objectifs de l’IA, il a déclaré qu’empêcher les terroristes et les extrémistes de trouver refuge dans un État membre, démanteler les réseaux terroristes et empêcher l’expansion de leurs cellules et combattre la criminalité transnationale organisée figuraient parmi ses principales priorités.

Pour y parvenir, l’IA s’appuie sur le partage d’informations et de renseignements, le renforcement des capacités et la conduite d’opérations multinationales conjointes.

M. Dere a indiqué que l’IA comprend actuellement sept États membres, à savoir le Bénin, le Togo, le Ghana, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Niger, ajoutant que le Nigeria est un État observateur qui attend d’être pleinement intégré en tant que membre à part entière de l’IA.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Georges Weah prédit une lourde sanction pour l’Algérie

A l'évidence, l'escalade vire aux extrêmes depuis l'élimination in extremis de l'Algérie en terre algérienne par les Lions...

Mali/Guinée/Burkina: une force “anti-coup d’Etat”?

« La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest veut se doter d'une force militaire anti-terroriste et anti-coup d'État. » L'annonce a été...

Non, ce n’est pas Poutine qui a commencé la guerre en Ukraine

« L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (et...

Les 11 villes les plus chères du monde

C'est notamment le cas des habitants de New York et de Singapour, selon les résultats de l'enquête mondiale...

Considérations géopolitiques sur le conflit en Ukraine et la frilosité de l’Union européenne

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l'après-guerre froide en Europe....
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :