Vérités sur la discrimination des employés africains de Twitter

Les employés licenciés au siège de Twitter en Afrique accusent Twitter d'avoir "délibérément et inconsidérément bafoué les lois du Ghana" et d'avoir tenté de les "réduire au silence et de les intimider" après leur licenciement.

L’équipe a engagé un avocat et envoyé une lettre à l’entreprise pour lui demander de se conformer au droit du travail de la nation ouest-africaine, de leur verser une indemnité de licenciement supplémentaire et d’autres avantages pertinents, conformément à ce que recevront les autres employés de Twitter.

Ils ont également demandé au gouvernement ghanéen d’obliger Twitter à “respecter la législation ghanéenne sur les licenciements et à offrir aux employés une négociation et une indemnité de licenciement justes et équitables”, selon une lettre adressée au directeur général du travail du pays, parcourue par cameroonvoice.

“Il est clair que Twitter, Inc., sous la direction de M. Elon Musk, bafoue délibérément ou inconsciemment les lois du Ghana et agit de mauvaise foi et d’une manière qui vise à réduire au silence et à intimider les anciens employés pour qu’ils acceptent les conditions qui leur sont imposées unilatéralement”, indique la lettre.

Twitter a licencié tous les employés africains, à l’exception d’un seul, quatre jours seulement après l’ouverture d’un bureau physique dans la capitale Accra, à la suite du rachat par Musk. Mais les employés, au nombre d’une douzaine, n’ont pas reçu d’indemnités de licenciement, pourtant exigées par le droit du travail ghanéen, d’après leurs contrats de travail. Ils affirment également ne pas avoir été informés des prochaines étapes – contrairement aux employés aux États-Unis et en Europe sur leur situation.

Dans la lettre adressée à Twitter Ghana Ltd, parcourue par cameroonvoice, les employés africains ont rejeté un “Accord de séparation mutuelle du Ghana” de Twitter, qui, selon eux, a été envoyé à leurs courriels personnels, offrant un salaire final qui, selon la société, aurait été obtenu après une négociation.

Plusieurs membres de l’équipe et leur avocat ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de telle négociation sur l’indemnité de départ. Ils affirment qu’elle était inférieure à ce qui est requis par la loi et contredit ce que Musk a tweeté que les employés qui partaient recevraient.

“Tous ceux qui sont partis se sont vus offrir trois mois d’indemnités de départ, soit 50 % de plus que ce que la loi exige”, a tweeté Musk. Twitter a informé les employés basés au Ghana début novembre qu’ils seraient payés jusqu’à leur dernier jour d’emploi – le 4 décembre. Et ils continueront à recevoir un salaire complet et des avantages pendant la période de préavis de 30 jours.

#ctaText??#  Twitter licencie le personnel de son seul bureau africain

“C’était très vague, il ne parlait pas de congés exceptionnels ou de congés payés, il nous demandait juste de signer si nous étions d’accord. Je n’ai jamais pris la peine de revenir sur le document parce que c’est de la camelote et que c’est toujours en violation du droit du travail ici”, a déclaré un ancien employé sous d’anonymat.

L’équipe basée à Accra accuse Twitter de les traiter de mauvaise foi, de manquer de transparence et de les discriminer par rapport aux employés licenciés dans d’autres juridictions.

“Les employés sont bouleversés, humiliés et intimidés par la tournure des événements. Il s’agit d’employés non ghanéens, dont certains ont de jeunes familles, qui ont déménagé ici pour trouver un emploi et qui ont maintenant été laissés en plan sans cérémonie, sans aucune provision pour les frais de rapatriement et sans aucun moyen de communiquer avec Twitter, Inc. et de discuter ou de plaider leur cause”, indique l’avis adressé au directeur général du travail du Ghana.

Leur avocate, Carla Olympio, affirme que le licenciement soudain de la quasi-totalité de l’équipe a violé le droit du travail ghanéen car il est considéré comme un “licenciement” qui nécessite un préavis de trois mois aux autorités et une négociation sur l’indemnité de licenciement.

“En contraste frappant avec les assurances internes de l’entreprise données aux employés de Twitter dans le monde entier avant le rachat, il semble que peu d’efforts aient été faits pour se conformer au droit du travail du Ghana, et aux protections qui y sont inscrites pour les travailleurs dans des circonstances où les entreprises procèdent à des licenciements massifs en raison d’une restructuration ou d’une réorganisation”, a-t-elle écrit.

Les employés ont déclaré dans leur appel au directeur du travail du Ghana que l’entrée officielle de Twitter sur le continent avait commencé “en grande pompe et avec le soutien du gouvernement“, et ils s’attendent à ce que leur situation critique fasse l’objet d’une attention similaire.

Ils réclament trois mois de salaire brut à titre d’indemnité de licenciement, les frais de rapatriement du personnel non ghanéen, l’acquisition des options d’achat d’actions prévues dans leurs contrats et d’autres avantages tels que la poursuite des soins de santé qui étaient offerts au personnel dans le monde entier.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Georges Weah prédit une lourde sanction pour l’Algérie

A l'évidence, l'escalade vire aux extrêmes depuis l'élimination in extremis de l'Algérie en terre algérienne par les Lions...

Mali/Guinée/Burkina: une force “anti-coup d’Etat”?

« La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest veut se doter d'une force militaire anti-terroriste et anti-coup d'État. » L'annonce a été...

Non, ce n’est pas Poutine qui a commencé la guerre en Ukraine

« L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (et...

Les 11 villes les plus chères du monde

C'est notamment le cas des habitants de New York et de Singapour, selon les résultats de l'enquête mondiale...

Considérations géopolitiques sur le conflit en Ukraine et la frilosité de l’Union européenne

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l'après-guerre froide en Europe....
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :