«Pas de site atomique non déclaré en Iran». Le Directeur de l’AIEA iranienne dénonce une AIEA sous influence israélienne (FNA)

Le Directeiur de l’Agence iranienne de l’énergie atomique (AEOI), Mohammad Eslami, a réitéré que Téhéran n’a pas d’activités nucléaires secrètes et a déclaré que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ne devrait pas permettre à l’influence politique d’Israël et des États occidentaux d’affecter ses décisions.

Eslami a fustigé mercredi l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU pour avoir fabriqué de fausses déclarations sur le programme nucléaire de Téhéran sur “des sites non déclarés sous l’influence et la pression du régime israélien et de ses alliés occidentaux”.

Il a noté que l’Iran avait annoncé à plusieurs reprises qu’il avait coopéré et continuerait de coopérer avec l’AIEA concernant les questions de l’agence nucléaire sur les soi-disant sites non déclarés dans le pays. “Téhéran a annoncé avoir fourni des réponses aux questions soulevées par l’agence, mais il est inacceptable que l’AIEA continue de poursuivre les réserves des États-Unis et du trio européen, à savoir l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni”, a ajouté le haut responsable.

« Les pays occidentaux ne doivent pas utiliser l’agence comme un outil politique et ils doivent abandonner de telles méthodes de pression sur l’Iran. L’Iran a toujours coopéré avec l’AIEA avec bonne volonté, alors qu’une telle coopération est passée inaperçue », a souligné le chef de l’AIEA.

« Comment un site nucléaire peut-il fonctionner dans une grange ? » s’est interrogé le responsable du nucléaire. Eslami a critiqué l’AIEA pour avoir permis au régime israélien, qui, selon lui, est fier de son histoire d’assassinats de scientifiques iraniens et de mener des opérations de sabotage sur les sites du pays, de faire valoir ses revendications via le chien de garde nucléaire de l’ONU. Il a noté que les nouvelles capacités qui ont été créées sur les sites de Fordow et Natanz sont basées sur les réglementations de l’AIEA et que les pressions et résolutions politiques ne sont pas la solution. “Nous avons commencé à augmenter la capacité d’enrichissement de 20% à 60% et nous remplacerons les centrifugeuses de première génération par la nouvelle génération”, a poursuivi Eslami.

Les responsables iraniens ont appelé à plusieurs reprises le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, à mettre fin à l’approche influencée par Israël, et ont souligné que Téhéran ne céderait jamais aux pressions politiques du chien de garde nucléaire de l’ONU qui est orientées par les pressions sionistes. Ils ont rejeté les remarques du patron de l’AIEA sur les “traces inexpliquées d’uranium” dans le cadre des efforts visant à rétablir l’accord nucléaire de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), et ont conseillé au directeur général de l’AIEA de ne pas porter d’accusations contre l’Iran sur la base de revendications du régime de Tel-Aviv et des groupes anti-Téhéran.

L’Iran a récemment augmenté son enrichissement d’uranium et l’utilisation de centrifugeuses avancées sur ses sites nucléaires en réponse à une résolution de censure adoptée contre Téhéran par l’organisme mondial de surveillance nucléaire.

La résolution, ratifiée jeudi, a critiqué l’Iran pour ce qu’il a appelé un manque de coopération avec l’agence nucléaire. Il a été mis en avant par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, dans le prolongement de leurs pressions politiques sur Téhéran. La résolution était la deuxième adoptée en six mois critiquant l’Iran pour sa prétendue coopération insuffisante avec le chien de garde nucléaire. Après que le BoG de l’AIEA a adopté une résolution en juin accusant l’Iran de ne pas coopérer avec l’organe de l’ONU, le pays a éteint un certain nombre de caméras de l’AIEA qui fonctionnaient en dehors de l’accord de garanties.

Téhéran a demandé à l’AIEA d’éviter de politiser la question et de se concentrer sur les aspects techniques conformément au mandat de l’organisation.

L’Iran a toujours coopéré pleinement avec l’AIEA et lui a permis de visiter les sites nucléaires du pays, mais qualifie l’approche de l’agence nucléaire de non constructive et destructrice. En septembre, le porte-parole de l’AEOI, Behrouz Kamalvandi, a déclaré que Téhéran avait pleinement coopéré avec l’AIEA à propos de trois sites en question à l’intérieur du pays, ajoutant que la détection de traces nucléaires sur des sites iraniens ne signifie pas que Téhéran possède des matières nucléaires non déclarées.

“L’Iran a été pleinement coopératif concernant les trois sites présumés évoqués par l’organisme de surveillance nucléaire et a envoyé des informations et des réponses aux questions de l’agence nucléaire et a également organisé des réunions pour résoudre l’ambiguïté”, a affirmé le porte-parole de l’AEOI. “Étant donné que l’agence nucléaire a comptabilisé toutes les matières nucléaires déclarées de l’Iran et qu’il n’y a pas de divergence, la simple détection de contamination dans certains sites ne peut être considérée comme signifiant des matières nucléaires non déclarées”, a-t-il souligné.

Source : FNA (Traduction Cameroonvoice)

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Georges Weah prédit une lourde sanction pour l’Algérie

A l'évidence, l'escalade vire aux extrêmes depuis l'élimination in extremis de l'Algérie en terre algérienne par les Lions...

Mali/Guinée/Burkina: une force “anti-coup d’Etat”?

« La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest veut se doter d'une force militaire anti-terroriste et anti-coup d'État. » L'annonce a été...

Non, ce n’est pas Poutine qui a commencé la guerre en Ukraine

« L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (et...

Les 11 villes les plus chères du monde

C'est notamment le cas des habitants de New York et de Singapour, selon les résultats de l'enquête mondiale...

Considérations géopolitiques sur le conflit en Ukraine et la frilosité de l’Union européenne

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l'après-guerre froide en Europe....
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :