Considérations géopolitiques sur le conflit en Ukraine et la frilosité de l’Union européenne

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l'après-guerre froide en Europe et a ouvert une période de rivalité, voire de confrontation, entre la Russie et les États-Unis, qui rappelle le Grand Jeu du XIXe siècle. Analyse

La crise ukrainienne a modifié le statu quo ante de l’après-guerre froide en Europe. Considérant le soutien des partenaires occidentaux à un changement de régime en Ukraine comme une trahison, la Russie a défendu ses intérêts vitaux, tandis que l’Occident considère tout cela comme une pure agression de la part d’une superpuissance.

La crise ukrainienne a ouvert une période de rivalité, voire de confrontation, entre la Russie et les États-Unis, qui rappelle le Grand Jeu du 19e siècle : la lutte pour la suprématie entre les empires russe et britannique. Cette compétition est asymétrique et très inégale.

Depuis février, le conflit actuel, qui s’étend aux sphères politique, économique et de l’information, inclut également le camp de la guerre. Il se distingue de la guerre froide dans la mesure où les contacts interpersonnels, les échanges commerciaux et les flux d’information ne sont pas complètement interrompus et où la coopération entre les parties est partiellement préservée.

Les intérêts de la Russie sont axés sur l’intégration post-soviétique en Eurasie, tandis que les États-Unis commencent à rétablir la politique d’endiguement de style Truman contre la Russie en Europe.

L’approche américaine de la Russie reflète des craintes traditionnelles, voire des phobies, et ne repose pas sur une compréhension adéquate du pays, notamment parce que la Russie a cessé d’être au centre de la politique étrangère américaine, comme elle l’était dans la période 1945-1991 – une “crainte” actuellement remplacée par la République populaire de Chine.

Le système international devient plus équilibré et les États-Unis doivent s’y préparer en élaborant une ligne politique qui tienne compte des intérêts des principaux acteurs, dont la Russie. L’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie deviennent le centre d’une lutte d’influence entre les États-Unis et la Russie.

Cette rivalité touche également un certain nombre d’autres pays et territoires, notamment l’Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Caucase du Nord russe, la Crimée et les États baltes, comme nous le verrons plus loin. Pendant ce temps, en Europe centrale, la Pologne – le pays le plus étroitement lié à la crise ukrainienne – durcit sa position à l’égard de la Russie.

Avec le développement de la crise ukrainienne, les relations entre l’Europe occidentale et la Russie changent considérablement. La période de coopération et de compréhension mutuelle qui a débuté avec la réunification de l’Allemagne est terminée. Cela s’explique également par le fait que les classes dirigeantes européennes – qui vivent depuis 77 ans dans un pays de cocagne pseudo-kantien – se consacrent largement à des questions que les vrais marxistes appelaient autrefois les “démangeaisons de la bourgeoisie”.

Leur plus grand effort politique consiste à tenter d’imiter le melting-pot américain, en essayant d’éliminer le vernis raciste qui a caractérisé le monde occidental pour les crimes de son système de production impérialiste-capitaliste : la traite des esclaves, le colonialisme impitoyable, les massacres de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, les bombes nucléaires sur le Japon, l’Holocauste, la dévastation du Proche et du Moyen-Orient, l’actuel pillage géographiquement éloigné et invisible de l’Afrique.

Le désir de paraître bon et sympathique à tout prix, sous le parapluie américain qui – de l’avis des classes dirigeantes susmentionnées, non préparées et incompétentes – devrait nous libérer de tous les maux venant de l’Est. Une nouvelle Athènes d’esclaves inconscients, de métis, de femmes avec peu de droits, et dont on parle beaucoup – juste pour tourner autour du pot en trompant l’œil. Un monde politique à mi-chemin entre un internat pour les descendants de familles riches et nobles et un collège d’ignorants.

Ainsi, face à l’hostilité croissante de l’Occident félibre des droits de l’homme et des bombardements porteurs de démocratie, la Russie se tourne davantage vers l’Est. La République populaire de Chine et la Fédération de Russie se rapprochent également par la signature d’accords gaziers. Elles organisent également des manœuvres navales conjointes et développent leurs relations commerciales.

Dans le même temps, la politique dure de la Russie en Ukraine et sa volonté de défier les États-Unis ont renforcé sa réputation au Moyen-Orient et en Asie occidentale. Il suffit de se rappeler ce que l’Occident libéral a fait dans ces endroits à l’approche de la Coupe du monde au Qatar : quatre guerres israélo-arabes (1948, 1956, 1967, 1973) ; trois guerres du Golfe (1980-1988, 1990-1991, 2003) ; la guerre civile en Irak (2003-2011) ; la guerre en Afghanistan (1979-2022) ; la guerre civile en Syrie (2011-2002) ; la première guerre civile en Libye (2011) et la deuxième guerre civile en Libye (2014-2022), sans parler des “révolutions” de couleur, des prétendus “printemps” afro-méditerranéens, des guerres en Afrique, toujours avec la bénédiction de l’industrie de la guerre occidentale.

Nous répétons que la crise politique et militaire qui a éclaté en Ukraine au début de 2014 a marqué la fin de la relation constructive entre la Russie et l’Occident qui s’était développée après la chute du mur de Berlin en 1989. En conséquence, nous assistons à une nouvelle période de rivalité exacerbée avec les anciens adversaires de la guerre froide, que l’on croyait morts et enterrés, ou au mieux ivres de Coke et de soft power hollywoodien.

Cette confrontation rappelle la guerre froide, mais en diffère à bien des égards. Dans la situation actuelle, la composante valeur est représentée dans une moindre mesure que le conflit entre le communisme et la démocratie libérale, qui avait une profondeur idéologique et politique omniprésente – et donc une justification morale.

Il convient de préciser que la dimension militaire traditionnelle – qui est toujours présente – n’est pas devenue prédominante et exclusive, ou du moins pas encore. La crise ukrainienne est lourde de conséquences mondiales mais, en soi, elle n’est pas au cœur du système international et ne devient pas un principe d’organisation de la politique mondiale et de la politique étrangère des principales parties au conflit, principalement les États-Unis d’Amérique.

Si des analogies historiques sont appropriées ici, il est préférable d’établir une comparaison avec le Grand Jeu russo-britannique du XIXe siècle mentionné plus haut, à ceci près qu’aujourd’hui la rivalité russo-américaine est asymétrique.

La gravité de la crise a surpris de nombreuses personnes en Ukraine même, en Russie et aux États-Unis d’Amérique, sans parler de l’Union européenne au pays de Noël. Cela ne signifie évidemment pas que la crise en cours et la détérioration de l’atmosphère dans les relations de la Russie avec l’Occident ont été ignorées.

Néanmoins, de nombreux experts de l’Ukraine, qui pensaient que – comme dans le livre Il Gattopardo de Tomasi di Lampedusa, en référence à la pratique politique consistant à faire des réformes qui ne sont qu’apparentes et non substantielles – “plus ce pays change, plus il reste le même”, ont été pris de court par le développement dynamique des événements.

À la fin du mois de février 2014, l’Ukraine a “basculé” trop fortement et trop brusquement vers l’Ouest et a perdu l’équilibre stratégique qui la maintenait depuis près d’un quart de siècle. Peu de temps auparavant, le soutien américain au changement “libéral” en Ukraine – obtenu par le renversement d’un président démocratiquement élu – avait dépassé ses limites habituelles. La réaction de la Russie, qui s’est sentie acculée, a surpris tout le monde.

Une nouvelle phase dans la lutte d’influence est bien réelle et aujourd’hui nous ne pouvons pas clairement prédire ni sa durée ni son issue. Une chose est sûre : une nouvelle ère a commencé pour la région euro-atlantique.

La crise ukrainienne a été précédée par une compétition entre l’Union européenne et la Russie sur l’orientation géoéconomique de l’Ukraine. Les racines de la crise sont liées à la guerre russo-géorgienne de 2008, qui a mis fin à la possibilité pour la Géorgie et l’Ukraine de rejoindre l’OTAN, et aux turbulences du marché financier mondial, qui ont accru la pertinence des structures économiques régionales. L’Union européenne et la Russie ont évalué différemment l’issue de la guerre et la pertinence de la crise.

Après avoir élaboré le programme de partenariat oriental en 2009, les Européens se sont orientés vers une association politique et économique de l’Ukraine et de cinq autres anciennes républiques soviétiques (Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie et Moldavie). Cette initiative ne constituait pas tant un pas vers l’élargissement de l’UE qu’une tentative de créer une zone de confort à sa frontière orientale et de renforcer l’orientation pro-occidentale des pays participants.

La Fédération de Russie, quant à elle, a cherché à impliquer l’Ukraine et la plupart des autres États post-soviétiques dans la mise en œuvre de son projet d’union douanière. Les travaux en vue de sa création se sont également intensifiés en 2009 et ont pris fin en mai 2014 avec la signature d’un accord sur la création de l’Union économique eurasienne et sur l’amélioration de sa position dans les relations avec ses grands voisins continentaux : l’UE à l’ouest et la République populaire de Chine à l’est.

L’inclusion de l’Ukraine dans ce schéma, que le président russe Vladimir Poutine tente de réaliser depuis 2003-2004, dès l’époque du projet d'”espace économique unique”, était censée fournir à la nouvelle association une “masse critique” de 200 millions de consommateurs, dont les Ukrainiens représenteraient près d’un quart. Dans le même temps, le président Poutine est resté fidèle à la vision de De Gaulle d’une Grande Europe de l’Atlantique à Vladivostok, qu’il a relancée en 2010.

Par conséquent, l’UE et la Russie ont toutes deux considéré l’Ukraine comme un élément important de leurs plans géopolitiques. La partie russe a également tenté d’explorer la possibilité pour l’Ukraine d’être intégrée simultanément à l’UE et à l’Union douanière, ce qui lui permettrait de maintenir un équilibre à l’intérieur du pays et dans les relations internationales. Néanmoins, les Occidentaux – au nom de tierces parties – ont catégoriquement rejeté les négociations avec une “autre” partie sur l’association de l’Ukraine.

La Russie et l’UE ont fini par considérer le choix de l’Ukraine comme un jeu à somme nulle et n’ont pas ménagé leurs efforts pour en influencer l’issue. Nous sommes témoins des résultats jour après jour à la télévision, et nous les lisons dans les journaux.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Venant s’ajouter à d’autres dossiers, l’affaire de corruption présumée...
Burundi. D'après les bruits qui courent dans la région, suite à...

Autres actualités

Les assassins de Martinez Zogo encerclent Remy Ngono

Les auteurs de l'assassinat de Martinez Zogo, veulent que JP Rémy NGONO la boucle lui aussi et...

Après les pleurs et indignations, on fait quoi ?

Le journaliste Martinez Zogo est mort le 22 janvier 2023 parce que ceux qui étaient censés le protéger...

Des chars de l’OTAN en Ukraine: Prélude à une guerre entre les États-Unis et...

Mercredi, le président Joe Biden a annoncé que les États-Unis enverraient 31 chars lourds Abrams en Ukraine, après...

Crise anglophone : l’urgence d’une médiation canadienne

Désastreux bilan On en est à un point où la crise dans les régions à majorité anglophone...

Assassinat de Martinez Zogo : les vérités de Maurice Kamto

La rumeur est, hélas, finalement devenue la vérité. MARTINEZ ZOGO a été enlevé puis assassiné ! Ils ont...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :