Mali/Guinée/Burkina: une force “anti-coup d’Etat”?

« La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest veut se doter d’une force militaire anti-terroriste et anti-coup d’État. » L’annonce a été faite, dimanche 4 décembre, à l’issue du sommet des chefs d’État de l’organisation, à Abuja puis le même jour le 62e sommet a donné jusqu’au premier janvier à Bamako pour qu’il libère les 46 soldats ivoiriens au-delà de quoi, tout pourrait lui arriver. A quoi assiste-t-on au juste ?

A la tentative terriblement retorse d’une armée française qui expulsée du Mali, littéralement exsangue en Guinée et sur le point de tout perdre au Burkina, se cache misérablement derrière ses accointances locales au sein de la CEDEAO pour menacer la « première vraie coalition anti coloniale du siècle nouveau en Afrique de l’Ouest », à savoir celle que créent Mali-Guinée-Burkina, d’embargo économique et au besoin, d’action militaire.

 Car à quoi veut en venir RFI quand il prône une « force régionale » qui aura pour charge dixit les médias, « de combattre » à la fois le « terrorisme » et « les entorses à l’ordre constitutionnel » ? Et bien cela veut dire très exactement que dans l’optique d’une France désormais incapable de tenir face à la poussée souverainiste qui secoue l’Afrique de l’Ouest, le vent de changement qui souffle sur le Sahel et dont l’étendu est déjà arrivé à la côte relève du terrorisme ou ce qui revient au même ; tout État africain qui s’insurgerait contre le néocolonialsime est terroriste !

C’est d’ailleurs dans cette même optique qu’il convient de comprendre cet ultimatum du 1er janvier qui renvoie encore à l’affaire de ce commando ivoirien que le pro Occident Ouattara a cru bon d’envoyer à l’aéroport de Bamako mais qui est littéralement tombé dans le piège du renseignement malien et dont les aveux constituent l’une des pièces à conviction les plus précieuses que détient l’État malien contre la France pour le jour où il aura à prouver la culpabilité française et ses crimes innombrables commis contre le Mali durant huit ans et le tout, sous l’étiquette o combien fallacieuse de lutte contre le terrorisme.

La question qui se pose d’emblée est la suivante : Le 2 janvier Bamako ira-t-il relâcher les militaires ivoiriens qui selon des sources auraient même demandé l’exile aux Maliens ? Bien sûr que non. Qu’est-ce qui va se passer alors une fois l’ultimatum expiré ? RFI parle d’un retour des sanctions mais c’est là une carte déjà joué et déjà perdue pour cause de solidarité interafricaine qui de la Guinée au Sénégal en passant par le Togo a fait un colossal échec de l’embargo anti Mali de l’été dernier.

Que pourra donc de plus la France contre le trio Guinée-Mali-Burkina ? Strictement rien et ce d’autant plus que des milliers de volontaires viennent de rejoindre dans les trois pays précités les rangs de l’armée nationale, prêts à combattre jusqu’au bout non seulement le terrorisme mais surtout le néocolonialisme qui en est le vrai géniteur.

Alors à quoi bon de pousser la CEDEAO de créer une « force anti coup d’Etat » qui selon RFI a toutes les chances de rejoindre « l’initiative d’Accra », ce « pendant côtier » du G5 Sahel ? La réponse est bien facile à trouver si on s’intéresse de plus près à ce qui s’est passé en 10 ans de présence militaire française au Sahel : la « force anti coup d’Etat » de la CEDEAO qui a pour ambition de fusionner avec l’initiative d’Accra n’a qu’un objectif : déplacer l’épicentre de la guerre perdue de la France au Sahel sur la côte ou autrement dit à plonger la côte dans les affres du terrorisme.

SOURCE: FRENCH PRESS TV

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Venant s’ajouter à d’autres dossiers, l’affaire de corruption présumée...
Burundi. D'après les bruits qui courent dans la région, suite à...

Autres actualités

Les assassins de Martinez Zogo encerclent Remy Ngono

Les auteurs de l'assassinat de Martinez Zogo, veulent que JP Rémy NGONO la boucle lui aussi et...

Après les pleurs et indignations, on fait quoi ?

Le journaliste Martinez Zogo est mort le 22 janvier 2023 parce que ceux qui étaient censés le protéger...

Des chars de l’OTAN en Ukraine: Prélude à une guerre entre les États-Unis et...

Mercredi, le président Joe Biden a annoncé que les États-Unis enverraient 31 chars lourds Abrams en Ukraine, après...

Crise anglophone : l’urgence d’une médiation canadienne

Désastreux bilan On en est à un point où la crise dans les régions à majorité anglophone...

Assassinat de Martinez Zogo : les vérités de Maurice Kamto

La rumeur est, hélas, finalement devenue la vérité. MARTINEZ ZOGO a été enlevé puis assassiné ! Ils ont...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :