Etats-Unis : La Maison Blanche explique aux médias comment couvrir la destitution de Biden

Le président américain Joe Biden s’exprime lors d’un événement à la Maison Blanche le 29 août. © Getty Images / Win McNamee

Les avocats de l’administration ont préparé une lettre exhortant la presse à « intensifier son examen minutieux » des législateurs républicains.

Les avocats de la Maison Blanche auraient écrit une lettre ordonnant à CNN, au New York Times et à d’autres médias américains d’examiner plus agressivement les législateurs républicains alors qu’ils tentent de destituer le président américain Joe Biden. CNN et les autres destinataires de la lettre ont reconnu avoir reçu la missive mercredi. « Il est temps que les médias intensifient leur examen minutieux des républicains de la Chambre des représentants pour avoir ouvert une enquête de destitution fondée sur des mensonges », a écrit Ian Sams, porte-parole du bureau du conseil juridique de la Maison Blanche, dans la lettre.

Il a ajouté que les efforts de destitution devraient « déclencher la sonnette d’alarme pour les agences de presse ».

Le président de la Chambre des représentants des États-Unis, Kevin McCarthy (R-Californie), a lancé mardi la procédure de destitution, ordonnant aux commissions de la Chambre des représentants, contrôlée par les républicains, d’ouvrir une enquête formelle. Il a déclaré que les allégations de trafic d’influence et de sollicitation de pots-de-vin par la famille Biden « dressent le tableau d’une culture de corruption ». Les Républicains américains ouvrent une enquête de destitution de Biden En savoir plus Les Républicains américains ouvrent une enquête de destitution de Biden Avant même de recevoir des directives de la Maison Blanche, certains médias américains semblaient déjà tenter de protéger le président.

CNN et Associated Press, par exemple, ont suggéré que les républicains tentaient de poursuivre Biden en justice sans disposer de preuves pour justifier leur enquête. Ces médias ont apparemment ignoré des preuves telles que les témoignages sous serment des lanceurs d’alerte de l’IRS et les enregistrements de virements bancaires que les législateurs ont déjà révélés. En lançant une procédure de destitution, les commissions du Congrès obtiendront plus de pouvoir pour assigner à comparaître des documents qui pourraient aider à prouver ou à réfuter les allégations.

#ctaText??#  Alors que l’offensive ukrainienne s’effondre, les États-Unis tentent d’obtenir un soutien pour la guerre au G20

Le journaliste américain chevronné Matthew Keys, qui a travaillé pour des médias tels que Reuters et Fox News, a déclaré que la directive de la Maison Blanche sur la couverture de la destitution n’était « pas acceptable ». Il a ajouté : « La Maison Blanche ne devrait pas encourager, influencer ou interférer dans les stratégies éditoriales des rédactions américaines, notamment CNN et le New York Times. »

La lettre pourrait se retourner contre vous, a déclaré Keys, car « chaque fois que les médias tentent de demander des comptes aux républicains, ces législateurs peuvent simplement contrer en se demandant s’il s’agit de véritable journalisme ou de quelque chose encouragé par l’administration Biden ».

Le juriste Jonathan Turley, professeur à l’Université George Washington, a déclaré que la directive « donne un sentiment inconfortable d’ordre de marche aux médias ».

En essayant d’influencer la couverture médiatique de l’enquête de destitution, a-t-il soutenu, l’administration « supprime toute prétention de séparation entre l’équipe juridique personnelle de Biden et le bureau du conseiller juridique de la Maison Blanche ».

Sams, qui est également conseiller principal de Biden, a affirmé que les républicains n’avaient pas réussi, au cours de près de neuf mois d’enquête, à « trouver la moindre preuve que le président avait fait quelque chose de mal ». Il a ajouté que la destitution est « grave, rare et historique » et que la presse doit traiter les affirmations des républicains avec « un examen approprié ».

Le responsable de la Maison Blanche a joint à son mémo une annexe de 14 pages contenant des points de discussion pour aborder les « mensonges » républicains.

Les démocrates contrôlaient auparavant la Chambre et ont destitué à deux reprises le président Donald Trump.

Source : RT (Traduction Ndam Njoya Nzoméné)

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Malgré la brouille, Zelensky en Pologne pour décorer 2 volontaires, mais pas de rencontre...

Le président ukrainien Volodimir Zelensky participe à un événement à Toronto, Ontario, Canada. /Photo prise le 22 septembre 2023/REUTERS/Carlos Osorio

Lâchage de l’Ukraine par la Pologne : Déjà mal partie, la contre-offensive de Zelensky...

Après la défection claire et nette de la Hongrie, l’ambiguïté sur fond de mièvrerie de la Turquie,...

OTS : 5 clés pour résoudre la crise selon Maurice Kamto

Alors que la grogne des enseignants indignés n’est pas retombée plus de deux semaines après la reprise...

Non ! La station-service Neptune Oil n’a pas ouvert le recrutement de 1170 employés 

Devenu viral sur le réseau social Facebook depuis le 9 août 2023, le communiqué annonçant le recrutement...

ONU : Ce discours belliciste de Biden qui ouvre la voie à une confrontation...

Le président américain Joe Biden s’adresse à la 78e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, mardi 19 septembre 2023 au siège...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :