Violences en Ituri (RDC) : “Crimes contre l’humanité” voire “génocide”, selon l’ONU

  Un conflit sanglant ravage actuellement la région de l’Ituri, en République démocratique du Congo. Selon l’ONU, les actes qui y sont perpétrés pourraient être assimilés à des «crimes contre l’humanité», voire à un «génocide».

En République démocratique du Congo, deuxième plus grand pays d’Afrique et pays francophone le plus peuplé du monde, la région de l’Ituri est le théâtre d’un conflit interethnique opposant tribus nomades et sédentaires, ayant fait 50 000 morts depuis 1999 et plus de 701 depuis décembre 2017, selon un rapport du conflit sanglant bureau conjoint des Nations-Unies et des droits de l’homme (BCNUDH) cité par l’AFP.

Selon l’ONU, «la grande majorité des victimes des attaques semble avoir été visée en raison de leur appartenance à la communauté Hema», tribu semi-nomade vivant principalement de l’élevage. «Décapitations de femmes et d’enfants».

Selon le rapport des Nations unies, les crimes commis en Ituri pourraient présenter des éléments constitutifs de «crimes contre l’humanité» voire de «crime de génocide». «Meurtre, torture, viol et autres formes de violences sexuelles, pillages et persécution» seraient devenus des pratiques courantes dans cette région. Le rapport fait état de «décapitations de femmes et d’enfants à la machette, de démembrements, le fait d’emporter certaines parties des corps des victimes comme des trophées de guerre», insistant sur la «barbarie» qui caractérise ces attaques.

Selon l’ONU, celles-ci seraient destinées à «traumatiser de façon durable les populations Hema [et] de les contraindre à fuir» la région. Le rapport affirme que «près de 57 000 personnes se seraient réfugiées en Ouganda et plus de 556 356 autres se seraient déplacées vers les territoires voisins». L’Ituri est une région riche en or et offrant un débouché sur le lac Albert, l’un des plus riches en poissons du monde. Bandes criminelles et intérêts financiers viendraient ainsi se greffer sur cette guerre à caractère ethnique.

RT

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

La conférence de la Libye et la nouvelle ruée vers l’Afrique (WSWS)

Par sa forme et son lieu, la réunion fait rappeler la tristement célèbre «Conférence sur le Congo», qui s’est également tenue à Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885, à l’invitation du Chancelier allemand Bismarck. Son résultat fut l’«Acte général de la Conférence de Berlin» adopté par les représentants des États-Unis, de l’Empire ottoman, des puissances européennes et de la Russie.
- Publicité -
Facebook Comments