Libye : ce que cache l’alliance entre Haftar et Assad

La formation d’un axe entre le régime de Damas en Syrie, de Bachar Al-Assad et le camp du maréchal libyen Haftar alimente davantage l’escalade d’ingérences étrangères dans la bataille de Tripoli. 

C’est un facteur de l’internationalisation de la guerre en Libye et le signe d’une imbrication grandissante des deux scènes syrienne et libyenne aux lourdes conséquences sur la géopolitique régionale. À rappeler que le gouvernement dissident de l’Est libyen du maréchal Haftar n’est pas toujours reconnu par la communauté internationale. Un nouvel axe se forme entre Damas et Benghazi. Mardi 3 mars le gouvernement de l’Est libyen, soutenant  le maréchal khalifa Haftar a rouvert son ambassade libyenne à Damas fermée depuis 2012 en raison de l’état de crise du pays.


Une vue de l’ambassade de Libye qui a rouvert, fermée depuis 2012.

Non loin de Benghazi, une délégation de haut niveau du gouvernement basé à Al-Baïda, bastion du maréchal Haftar, a assisté à l’événement qui rend solennelle une relation jusque-là sécrète, galvanisée par une hostilité partagée envers la Turquie. Selon certaines sources locales, la voix du régime de Bachar Al-Assad, les délégués de l’Est libyen et leurs interlocuteurs syriens se sont engagés à contrer conjointement l’agression de la Turquie contre les deux pays. 

C’est alors un nouvel élan vers la réintégration du régime de Bachar Al-Assad sur le piédestal diplomatique arabe, car, cet axe Damas-Benghazi se veut une réponse à la connexion rivale entre Ankara et Tripoli. Celle-ci a permis à Faïez Sarraj et son gouvernement d’accord national (GAN) siégeant dans la capitale libyenne – et reconnu par la communauté internationale – de faire face à l’assaut déclenché au printemps 2019 par le maréchal séditieux Haftar. Soutenu par les Emirats arabes unis (EAU), l’Arabie saoudite, l’Egypte et la Russie. Outre de l’équipement militaire dont un système de défense antiaérien, Ankara a déplacé à Tripoli environ trois mille combattants syriens pro-Turcs issus de la rébellion anti-Assad. Il y a de cela deux semaines encore Antonio Guterres, supposait préconiser des éléments de sortie de cette crise violente en Lybie. A l’observation elles tardent à être appliquées ou alors ne le seront peut-être jamais.  

Yvan Ngon

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point...
C’est une information qui a été tenue secrète. Contrairement...
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...

Autres actualités

Rencontre Gbagbo-Ouattara : une lueur d’espoir, au-delà des jeux d’intérêts ? (Par Théophile Kouamouo)

Cet édito hebdomadaire est destiné aux abonnés payants de cette newsletter. Mais à titre exceptionnel, ce texte est rendu public. Pour...

Une Camerounaise d’origine nommée sénatrice au Canada

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années », cette boutade tirée du Cid de Pierre Corneille...

La magistrate camerounaise qui a rejoint les Nations unies

Du haut de ses 60 ans, dont 34 années dans le domaine de la magistrature, Régine Esseneme a un nouveau challenge avec son élection...

Jacob Desvarieux, cofondateur de Kassav est décédé

Il était hospitalisé depuis le 12 juillet en Guadeloupe pour une infection Covid-19. Le Guitariste, chanteur, compositeur et co-fondateur de Kassav qui...

Cameroun : la première nuit de Ténor en prison

L’artiste Ténor a passé sa première nuit en prison Il est actuellement placé en détention provisoire à la prison de New-Bell à Douala ce 30...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :