Niger : Alpha Condé, grand gagnant du covid-19

La grande épidémie de covid-19 a entraîné l’annulation de la médiation de la Cédéao avant les différents scrutins contestés de dimanche 22 mars 2020, au grand détriment de l’opposition. Un complot entre les chefs d’Etats d’Afrique de l’Ouest est évoqué.

De retour du récent sommet de l’U.A sur la question d’une conférence « interlibyenne », le président guinéen Alpha Condé avait été accueilli avec l’approche du double scrutin législatif et constitutionnel, prévus le dimanche 22 mars 2020. Malgré ce double scrutin, la Guinée s’arrime à l’air du temps, en pleine période de propension fulgurante du coronavirus ; le pays est fortement infecté et confiné.

Ainsi, il n’est pas question d’un leurre ou d’une simple image. La propagation du Covid-19 a été alléguée par le ministère des Affaires étrangères. La question de la pandémie a été au centre des débats ces deux derniers jours en Guinée. Les autorités ont prétextés la crise sanitaire mondiale qui n’épargne pas le pays, d’où l’annulation par la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) d’une visite de grande envergure, celle de la délégation ouest-africaine qui devait être conduite par trois poids lourds de la région à savoir, le chef de l’Etat nigérien Alpha Condé, le président en exercice de la Cédéao, Mahamadou Issoufou, et ses homologues ivoirien, Alassane Ouattara, et nigérian, Muhammadu Buhari. C’était l’une des dernières, sinon la dernière halte le scrutin de dimanche 22 mars; une échéance vue par l’opposition, sans emphase, comme l’«assaut final », contre le système en place.

La nouvelle est tombée vendredi 20 mars 2020, en effet, les hôtes de la Cédéao ne se rendront plus sur le sol guinéen (pour cause de coronavirus) pour contrôler les élections, le jour du scrutin. Le double scrutin de dimanche a été pour certains citoyens guinéens comme une bouée de sauvetage contre la noyade du pouvoir. L’annulation de la visite a laissé champ libre au chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, pour organiser dans un presque-huis clos, un double scrutin intoxiqué et jugé à sa grande guise. Pour bien de guinéens, il s’agit d’un leurre. Évoquer le coronavirus est une tactique pour que le président soit encore vainqueur, à l’issue des votes.  Une source proche de la Présidence de la République, a avoué que le coronavirus est « un prétexte », elle a ensuite déclaré que « Certes, l’épidémie préoccupe et mobilise l’attention de tous les présidents, mais au fond, vu la crise de covid-19 qui touche profondément le pays, le président Alpha Condé s’est entretenu avec ses pairs collaborateurs de la Cédéao pour annuler la visite de ceux-ci, surement à cause de la détermination de l’opposition. ».

Yvan Ngon

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments