Bras de fer : le chef de la junte malienne, applaudi pour avoir chassé de son pays l’émissaire de la CEDEAO Goodluck Jonathan

L’heure n’est pas à la diplomatie à Bamako ! C’est du moins l’interprétation que l’on a de l’attitude  des putschistes conduits par le vice-président de la transition, le Colonel Assimi Goita qui a fait mettre aux arrêts le 24 mai le président Bah Ndaw, et le Premier ministre, Moctar Ouane, suite à un désaccord sur la formation du dernier gouvernement qui a vu deux colonels proches de Assimi Goita écartés au profit de deux généraux.

Le Colonel Goita qui redouterait sans doute que les négociateurs de la Cedeao parviennent à ôter  de sa  tête et de celles de ses compagnons d’armes l’idée d’une prise effective du pouvoir -comme c’était le cas l’année dernière après le renversement de Ibrahim Boubakar Keita-, aurait  décrété persona non grata à Bamako l’émissaire en chef de la délégation de la CEDEAO, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, qui avait conduit les négociations de 2020 qui avaient abouti sur la cession du pouvoir par les militaires au civil Bah Ndaw.

C’est ainsi qu’à peine sa délégation avait foulé le sol malien ce mercredi matin, Jonathan Goodluck a été renvoyé aussitôt par le   nouvel homme fort.

Une rencontre prévue mercredi entre les deux hommes  (Goodluck Jonathan et Assimi Goïta) a été annulée sans autre forme de procès, du moins selon les informations dont Cameroonvoice est en possession.


Selon nos informations, la délégation de la CEDEAO se trouvait encore au niveau du jardin Zoologique de Bamako, quand le service du protocole d’Etat malien sur instructions d’Assimi Goïta l’a avisée de l’annulation de la rencontre. La délégation est donc retournée à l’hôtel Azalaï où elle avait pris ses quartiers quelques minutes plus tôt, et attend la suite, alors que des informations concordantes font état d’une probable annonce de leurs démissipar le président Ndaw et le P.M Ouane.

L’humiliation de  la délégation Goodluck par Assimi que les anti-IBK considèrent comme celui qui a mis fin au régime du supplétif français Ibrahim Boubakar Keita, a été très applaudi par de nombreux Africains, qui se souviennent que l’an dernier, la CEDEAO, avec toujours Jonathan Goodluck à la manœuvre, avait œuvré, mais en vain au rétablissement au pouvoir de IBK renversé par l’armée à la suite d’une révolte populaire.

#ctaText??#  Menace de retrait des Forces françaises du Mali : Un député français attaque Macron et dénonce un coup de bluff

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun : Un drépanocytaire révèle comment il a vécu jusqu’à 50 ans

Selon des récents sondages, 20 % de la population camerounaise (estimée à 25 millions d'habitants) sont porteurs de...

Urgent : Un autre accident grave se produit sur la falaise de Dschang

Moins de deux mois après qu’un accident s'est produit sur ce même site, l'on vient de signaler ce 19 juin un accident...

Retour mouvementé de Laurent Gbabgo en Côte d’Ivoire : Comment Kone Katinan a...

Causer la frayeur dans le camp des nombreux partisans de Laurent Gbagbo pour les empêcher de faire un événement historique du retour...

Nécrologie : Deuxième décès en quatre ans d’un Proviseur en service au Lycée d’Akwa...

La communauté éducative du lycée d’Akwa à Douala est inconsolable depuis les premières heures de ce samedi 19 juin 2021. Et pour...

Cameroun-Camair-co : Ces chiffres qui inquiètent pour l’avenir

C’est le bulletin statistique 2019-2020 rendu public par l’Autorité aéronautique civile du Cameroun (CCAA) qui a fourni ces...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :