Le génocide arménien est reconnu par Washington: Erdogan promet de reconnaître le génocide indien en réponse

À la suite de l’adoption par le Sénat américain d’une résolution reconnaissant le génocide des Arméniens, le Président turc a pointé du doigt celui des Indiens en Amérique, «une page honteuse» de l’Histoire des États-Unis.

Le Parlement turc pourrait adopter une résolution sur le génocide des Indiens lors de la colonisation de l’Amérique en réponse à la reconnaissance par le Sénat des États-Unis du génocide des Arméniens par l’Empire ottoman en 1915, a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

«Nous avons déclassifié plus d’un million de documents sur les événements de 1915. Venez et étudiez. Nous parlons avec les documents à l’appui. Nous devons également nous opposer à vous avec des décisions analogues de notre Parlement. Et nous le ferons. Peut-on se taire sur les Indiens en parlant de l’Amérique? C’est une page honteuse [de l’Histoire] des États-Unis»,

a déclaré le Président à la chaîne de télévision A Haber.

Résolution du Sénat

Le Sénat, la chambre haute du Congrès américain, a adopté le 12 décembre une résolution indiquant la nécessité de reconnaître le génocide des Arméniens de 1915-1916, à l’époque de l’Empire ottoman.

Outre la nécessité d’honorer officiellement la mémoire des victimes de ce génocide, le texte contient un appel à ne pas associer les autorités américaines à la négation du génocide arménien ou «toute autre forme de génocide», mais aussi à encourager l’information sur le génocide des Arméniens.

La diplomatie turque a blâmé cette résolution, la jugeant «dépourvue de conscience historique et de toute base juridique».

Génocide des Arméniens

D’après différents calculs, un million et demi d’Arméniens ont été exterminés à la chute de l’Empire ottoman. Nombre d’historiens et plus de 20 pays, dont la France, l’Italie et la Russie, ont reconnu qu’il y avait eu génocide. La Turquie affirme pour sa part qu’il ne s’agissait que d’une guerre civile, doublée d’une famine, au cours de laquelle de 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs avaient trouvé la mort.

En dépit des critiques turques, Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont signé le 11 avril un décret inscrivant officiellement le 24 avril dans le calendrier républicain comme date de commémoration du génocide arménien de 1915.

En cas de sanctions, Erdogan menace de fermer deux bases stratégiques américaines

Ankara pourrait envisager la fermeture de deux bases militaires en réaction à d’éventuelles sanctions américaines. Parmi les points de tensions entre les deux pays, l’achat du système russe S-400 et le dossier syrien.

Le président Recep Tayyip Erdogan a menacé ce 15 décembre de fermer, «si nécessaire», deux bases militaires stratégiques utilisées par les Etats-Unis en Turquie. «Si cela est nécessaire, nous pourrons fermer Incirlik et nous pourrons fermer Kürecik», a déclaré le dirigeant lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision A Haber.

Située dans le sud de la Turquie, la base aérienne d’Incirlik est utilisée par l’aviation américaine dans le cadre de la lutte contre Daesh en Syrie. La base de Kürecik, dans le sud-est du pays, accueille une importante station radar de l’OTAN.

Cette semaine, le chef de la diplomatie turque avait déjà évoqué le statut de ces deux installations, précisant que leur fermeture pourrait être «mise sur la table» en réaction à d’éventuelles sanctions américaines contre la Turquie. La Turquie est en effet exposée à des mesures punitives de Washington pour avoir acheté des systèmes de défense russe S-400, en dépit des mises en garde américaines.

Outre cette question, les relations entre la Turquie et les États-Unis, alliés au sein de l’OTAN, se sont dégradées ces derniers mois en raison d’une offensive lancée par Ankara en Syrie contre une milice kurde soutenue par Washington. Le 11 décembre, la commission des Affaires étrangères du Sénat américain a adopté une proposition de loi soutenue par les démocrates comme par les républicains qui prévoit des sanctions draconiennes contre la Turquie et ses dirigeants en lien avec les S-400 et l’offensive en Syrie.

Autre élément de crispation, le vote par le Sénat américain d’une résolution reconnaissant le génocide arménien par les Ottomans, que nie Ankara, a suscité la colère du gouvernement turc qui a estimé que cette mesure mettait «en péril l’avenir des relations bilatérales». La fermeture de ces bases est quasi systématiquement évoquée en Turquie à chaque pic de tensions diplomatiques entre Ankara et Washington. Sources : alterinfo.net

https://fr.sputniknews.com/international/201912161042603211-le-genocide-armenien-est-reconnu-par-washington-erdogan-promet-de-reconnaitre-le-genocide-indien-en/
https://francais.rt.com/international/69161-erdogan-menace-fermer-deux-bases-strategiques-americaines-en-cas-sanctions

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments